Let’s cook our books #14 & 15: from Japan to India

Cette semaine, j’ai testé des recettes de mes nouveaux livres de cuisine. Je n’ai pas choisi des plats bien compliqués, la japonaise frise même le simplissime. Du coup, ce sera facile de les intégrer à mes menus hebdomadaires sans trop devoir réfléchir.

ginger pork from Everyday Harumi

Premier plat: « Ginger pork » issu de Everyday Harumi. Normalement préparé avec du pak choi mais il n’y en avait pas au supermarché. Je l’ai remplacé par du brocoli. Pour le reste, le porc est coupé très fin, puis trempé dans un mélange de mirin, sauce soja et gingembre avant d’être égoutté puis rapidement frit dans une poêle très chaude. Très bon mais un peu salé, je devrais investir dans de la sauce soja moins salée.

lambs kebabs, kachumbar and raita

Second plat: une association de « Lamb kebabs with cumin and coriander » et de « Kachumbar » proposés par Meera Sodha dans Made in India. La recette ne précise pas le temps de marinade (gingembre, ail, cumin, coriandre, cannelle – juste un tout petit peu – et piment en poudre) de l’agneau, j’ai préparé le tout une heure à l’avance, en même temps que le kachumbar qui est en fait une salade de tomates à l’échalote (remplacée par de l’oignon de printemps moins fort) et à la coriandre. Elle prend en effet plus de goût si on la laisse reposer un peu. J’ai accompagné ces plats d’un raïta maison, avec un malheureux bout de concombre qui gisait au fond de mon frigo. Très bon également – après, la maison embaumait l’ail par contre ! A tester au barbecue mais cela fonctionne avec une poêle à griller très chaude.

Une dernière constatation: tout comme pour les verres à cocktails, j’ai envie, à cause de ce challenge, d’acheter plus de vaisselle. Sauf que ce n’est pas sage: mes armoires débordent déjà.

Let’s cook our books #12: Keralan sautéed lamb with coconut

39e94a322d126de5fb8b8b349825c9f1_zpsjbwz2i3y

Encore une recette indienne du livre d’Anjum Anand, Anjum’s new Indian ! Cette fois-ci j’ai sélectionné un curry du Kerala, au sud de l’Inde, caractérisé par la noix de coco râpée. La recette préconise de la noix de coco fraîche ou surgelée, chose introuvable près de chez moi et je l’ai donc remplacée par de la version déshydratée pour gâteaux, ce qui a fonctionné. C’est un curry sec, un peu piquant, auquel on rajoute les tomates en dernière minute, ce qui est pas mal. Par contre, je préfère quand l’agneau a mijoté longtemps, ce qui n’est pas le cas ici.

Let’s cook our books #6: My rogan josh

Ce weekend, j’avais une envie de cuisine épicée, indienne plus précisément. J’ai donc repris mon livre d’Anjum Anand, Anjum’s new Indian et sélectionné « My rogan josh » qui n’avait pas l’air trop difficile. Je ne sais pas vraiment comment goûte un vrai rogan josh et je ne me suis pas informée sur les modifications qu’elle apporte à la recette mais le résultat était très bon. Je n’avais pas de macis, ni de cardamome noire et j’ai donc préparé le plat sans, mais j’ai bien suivi les indications pour les multiples autres épices ! La préparation demande un peu plus d’attention que d’autres currys parce qu’il faut rester un moment près de la casserole pour réduire le mélange mais ce n’est pas bien compliqué. En accompagnement, je me suis inspirée d’une recette de petits pois et concombres que j’ai remplacé par un bout de courgette qui traînait au frigo. Pour celle-ci, je n’ai pas suivi toute la liste d’ingrédients mais le résultat était malgré tout très bon.

Inde et Thaïlande (Winter Cookbook Challenge) + update #11

Après une semaine sans recettes, l’inspiration est revenue et j’ai réalisé trois plats. Samedi, j’avais envie de scampis et je me suis tournée vers une recette déjà testée il y a longtemps, les Crevettes au lait de coco, à la menthe et à la citronnelle publiée dans Marie Claire cuisine de Michele Cranston. Malgré le fait que j’avais bien mis la menthe sur ma liste de courses, j’ai omis d’en acheter, pensant que je l’avais notée pour une autre recette que je n’allais pas faire. De même, je n’avais pas envie de gaspiller un sachet de germes de soja alors que j’en avais besoin que d’un tout petit peu. Je les ai remplacé par de la roquette. Dans le lait de coco, il fallait faire infuser lemongrass, sucre et jus de citron, j’y ai rajouté un demi piment et de la sauce poisson. J’ai bien acheté par contre des copeaux de noix de coco que j’ai fait griller comme demandé. Résultat: délicieux mais peu copieux.

Pour dimanche soir, je me suis à nouveau penché sur le livre d’Anjum Anand, Anjum’s new Indian et j’ai sélectionné le Lahori lamb que j’ai accompagné de Stir-fried peas et d’un raïta maison (aneth – roquette). Je ne suis pas arrivée à réduire la sauce comme demandé et j’ai trouvé que 40 minutes de cuisson de l’agneau le rendait fort sec mais le plat est très bon. La recette des petits pois implique un peu de lait, ce qui est bizarre, mais fonctionne pas mal en conjonction des épices. Ce livre a prouvé une seconde fois qu’il contient des recettes pas trop compliquées et délicieuses. J’ai bien fait de l’acheter à l’époque et il rejoint grâce à ce challenge la pile des favoris (avec les Jamie Oliver bien sûr et La cuisine asiatique pour tous).

Et vous ?

  • Shermane (In Food we still trust) propose deux recettes végétariennes très appétissantes
  • Kleo (Kleo à Paris) a préparé des desserts mais pas uniquement
  • Pauline (La reine des paupiettes) a fait quelques recettes faciles
  • Aramina (Nietzche Paillette & sac à main) a testé une recette de… Jamie Oliver !
  • Marie (Sur un coin de table) a fait une recette de pâtes bien originale

Et comme toujours, il y a les photos sur Instagram avec une recette de poulet de Gasparde et les nouvelles recettes de Kleo.

 

Keralan sautéed lamb with coconut (Winter Cookbook Challenge) + update #2

Il y a quelques années (en 2009 apparemment), j’ai suivi l’émission de cuisine sur la BBC de l’Indienne Anjum Anand. Et j’ai acheté son livre, Anjum’s new Indian. Beaucoup de recettes me tentaient mais beaucoup demandaient des feuilles de curry. J’en ai cherché dans Bruxelles sans trouver. Les magasins chinois et thaïs du centre ville n’en vendent pas, les magasins Indiens n’ont pas beaucoup de choix non plus. En allant à Cardiff en 2013, je me suis dit que c’était la bonne occasion. J’ai finalement trouvé des feuilles de curry séchées à Londres dans le quartier des magasins de tissu qui est aussi un quartier indo-pakistanais (Shepherd’s Bush et Goldhawk Road). J’avais donc enfin mes feuilles de curry. Que j’ai rangées dans l’armoire et oubliées.

Le Winter Cookbook Challenge était l’occasion rêvée pour enfin ressortir ce livre et réaliser une première recette. J’ai choisi l’agneau sauté à la noix de coco parce qu’elle ne me semblait pas trop compliquée et que j’avais envie d’un plat avec cette viande-là. J’ai fait ma liste de courses, acheté les ingrédients nécessaires et mariné l’agneau comme demandé avec de l’ail et du gingembre. Et là je me rends compte que j’ai oublié d’acheter de la noix de coco en poudre (qui était sur ma liste – que j’ai relue trois fois dans le supermarché). Comme c’est de toutes façons trop tard, je cherche une solution (non, il n’y a plus de vieille noix de coco qui traîne) et je me dis que je mettrai un peu de lait de coco.

Au moment de cuire le plat, deuxième problème: plus de graines de moutarde ! Bon ben, je ferai sans. C’est censé être un curry sec qui cuit en une vingtaine de minutes mais Anjum Anand conseille d’ajouter un « splash » d’eau pour que ça n’attache pas. Ce que je fais. Sauf que mon splash était plus grand que le sien apparemment et mon curry ne sera jamais sec, surtout quand j’y rajoute une bonne cuillère de lait de coco.

Mon plat final ne ressemble donc pas du tout à la photo du livre mais ce n’était pas mauvais. Sauf que j’ai aussi oublié de mettre du sel et donc c’était un peu fade. Mais la viande était moelleuse à souhait et parfaitement cuite alors que j’avais mes doutes sur cette cuisson courte de 20 minutes qui ne laisse pas vraiment le temps de mijoter. J’ai servi avec du riz et un raïta au concombre et coriandre. Je ne m’avoue pas vaincue: le plat a un potentiel certain et je tenterai de le préparer à  nouveau en possédant les bons ingrédients.

Et vous ? Voici ce que j’ai repéré cette semaine: plusieurs recettes salées et sucrées par Kleo, ainsi que des udon au poireau et à l’oeuf (sur Instagram), un gâteau au yaourt et à l’orange par Pauline (sur Instagram) et un risotto à la courge butternut par Shermane (sur Instagram). Je n’ai oublié personne ?

Mumtaz

Après le cinéma, j’ai été au restaurant avec mon amoureux. Notre choix s’est porté sur le Mumtaz, un indo-pakistanis qui se trouve ch. de Wavre à Ixelles. Ce n’était pas la première fois qu’on y allait, ça doit même faire une dizaine d’années que je le connais. Pour moi, c’est un des meilleurs restos indiens de Bruxelles. La carte est écrite dans un anglais et un français traduit littéralement par Babelfish ou autre traducteur du genre, très drôle donc. Mon plat préféré est le Chicken Sri Lanka, au lait de coco mais j’ai préféré changer cette fois-ci et j’ai pris le Chicken Jalfrezi (le n°25), un curry aux épices et à la tomate. Délicieux ! Mon homme a pris un plat dont il a oublié le nom (murghi quelque chose, le n°35), un curry de poulet, tomate et pois chiches.