Cuba and its music

51iol6itl3l-_sx331_bo1204203200_Ned Sublette, Cuba and its music: from the first drums to the mambo: dès l’introduction, Ned Sublette annonce qu’il a été tellement passionné par l’histoire de Cuba et de ses musiques qu’il doit scinder son livre en deux tomes. Il a écrit le premier en 2007 et promet une seconde partie qui en 2018 n’a toujours pas vu le jour. Dans ce volume, il s’arrête donc aux années 50 et à la mode du mambo. Mais il commence son histoire en Europe, parlant de l’esclavage et de la « découverte » des Amériques, décrivant les premiers liens entre le vieux continent et le nouveau, revenant en arrière sur l’Espagne musulmane et la reconquista. Et c’est important pour déterminer les origines des musiques cubaines, entre celles d’origine européennes qui ne connaissent pas les percussions et celles d’origine africaines marquées par la polyrythmie. Le livre est une plongée dans l’histoire en général avant de parler plus précisément des musiques. Et même lorsque l’état cubain est devenu indépendant, Ned Sublette accorde encore une grande part à l’histoire du pays. C’est évidemment très dense et très complet, parfois pas tout à fait clair dans le sens où les chapitres chronologiques décrivent souvent plusieurs musiques à la fois mais en même temps, cela reste passionnant du début jusqu’à la fin et en tournant la dernière page, le lecteur espère vraiment que le second tome sera publié un jour.

Telex from Cuba

51zridfs9gl-_sy344_bo1204203200__zpsmdgporjkRachel Kushner, Telex from Cuba: Cuba – fin des années 1950. Dans l’Oriente, région pauvre de l’île, quelques familles d’expats américains s’occupent de la gestion des mines de nickel et de l’exploitation des champs de cannes sucre. Vivant dans le grand luxe, ils ne s’intéressent pas au monde qui les entoure. Et pourtant ce monde est au bord de la rupture: dans le maquis, les frères Castro préparent la révolution, avec l’aide notamment d’un Français au passé trouble. Rachel Kushner mélange la fiction et l’histoire, décrivant la vie des gens sur place, une vie dans laquelle il ne se passe pas grand chose. Et c’est ce qui m’a dérangée, il n’y a que peu de ressort dramatique, à part celui de l’histoire de Cuba – que j’ai été relire sur wikipedia pour savoir à quoi m’attendre. De plus, elle raconte son récit à partir de plusieurs points de vue, d’enfants et d’adultes et au début du roman, j’ai vraiment eu du mal à suivre qui était qui. Ma lecture a été très lente et peu suivie, mais je n’ai pas voulu abandonner parce que l’écriture est précise, les descriptions donnent une image très réelle du pays et de cette colonie d’expats détachés du monde réel.

Book_RATING-30