Short diary of the week (363)

Lundi: comme je n’ai toujours pas les résultats du test covid je reste en télétravail, mais j’ai du mal à m’y mettre, du Chili, ah voilà: test négatif ! – 7 jours entre la demande initiale et le résultat – je comprends qu’on ne teste plus les personnes asymptomatiques pour le moment, terminer des textes, de la lecture, deux épisodes de Garden Rescue dont un avec un jardin gothique – ce qui est plutôt rare – et qui me fait rêver d’un jardin bien plus grand où je pourrais installer une folie

Mardi: commencer un autre texte, ça avance à son aise, terminer ce roman pavé lent à lire, Garden Rescue – ça pourrait bien être le dernier épisode pour un moment

Mercredi: du télétravail, un rendez-vous chez l’ophtalmologue, un passage au bureau pour traiter des commandes et prendre du travail, du télétravail, il fait si doux aujourd’hui mais aussi très venteux, en profiter pour faire des photos de la dernière robe cousue, le début du documentaire sur les Black Panthers (Arte) mais arrêter après 20 minutes parce que je sens que je m’endors, traîner encore peu puis aller dormir

Jeudi: deux jours en compagnie du chauffagiste qui remplace ma chaudière, des échanges de mail, terminer un texte, du tri de disques, un gros coup de pompe, du scan de dias, de la lecture, j’ai encore trouvé un épisode de Garden Rescue, mes yeux se ferment tout seuls

Vendredi: une très mauvaise nuit pleine d’angoisses liées aux travaux à faire dans la maison (pas de raison d’angoisser en vrai mais la nuit tout prend des proportions immenses), et donc la grand-messe du boulot à Namur est maintenue la semaine prochaine (ce qui me fera 3h30 de transports en commun pour 2h30 de discours), du tri, des corrections, le bruit de la foreuse, le glouglou des radiateurs qui se vident, et puis qui se remplissent à nouveau, il reste encore du travail mais la nouvelle chaudière fonctionne, sauf que je n’ai plus d’eau froide, il m’arrive toujours des trucs de ce genre après des travaux, et donc une vanne était fermée, après ces péripéties: cuisine !, un ceviche péruvien, la suite du documentaire sur les Black Panthers

Samedi: une grise journée en perspective – au point de vue météo en tous cas, une grand vide d’inspiration pour la couture – je ne sais plus trop quel modèle coudre, rajouter du sirop de sucre dans les macérations de fruits réalisées cet été, de la lecture, des ramens très fusion avec des tranches de magret de canard fumé, Inside Llewyn Davis (Joel & Ethan Coen, 2013) qui confirme pourquoi je trouve le folk des années 1960 ennuyeux

Dimanche: me réveiller très tôt à cause du bruit de la pluie, du repassage, toujours pas d’idée pour de la couture, de la lecture, préparer le repas du soir (du canard sauvage) et des midis de la semaine, la seconde partie du documentaire sur les Black Panthers

Short diary of the week (362)

Lundi: remettre une robe parfaite pour l’automne, des inquiétudes, inquiétudes décuplées quand j’apprends qu’un collègue proche est atteint du covid, attendre les mesures de la direction, tout le monde est renvoyé à la maison jusque jeudi d’office et je dois me faire tester, mon rendez-vous n’est que jeudi – c’est long, espérer que tout va bien mais c’est à ce moment-là que mon corps se venge et que j’ai plein de petits maux, des maux de tête et des courbatures donc, traîner dans le canapé, la fin du film d’hier: Death on the Nile (John Guillermin, 1978)

Mardi: une nuit très moyenne, me réveiller fatiguée et avec des maux de tête, tenter de me concentrer sur le travail, aucune concentration pour de la lecture en tous cas, un épisode de Garden Rescue puis tomber sur le documentaire Arte sur le Ku Klux Klan

Mercredi: ça va mieux aujourd’hui, reprendre le Chili, peu d’ardeur en début d’après-midi mais quand je m’y mets me retrouvée happée par le sujet et ne pas quitter ma chaise jusqu’à la fin des mes heures de travail prévues, m’inquiéter parce que je n’ai toujours pas le document du médecin pour faire mon test covid, deux épisodes de Garden Rescue, tenter de faire redescendre mes angoisses

Jeudi: une mauvaise nuit, toujours pas de document, appeler le médecin qui prépare le document en live et me l’envoie à 8h21, passer le test à 9h05 (heureusement c’est à 4 minutes de la maison en voiture), c’est un peu désagréable mais pas très long, et c’est encore un peu sensible quelques heures après, une commande d’article par le DG alors que je voulais continuer le travail en cours, de nouveaux maux de tête, de la fatigue, la seconde partie du documentaire sur le Ku Klux Klan, Garden Rescue

Vendredi: une bonne nuit mais heureusement que c’est la fin de la semaine, des négociations, du Chili, être à court de chocolat puis en trouver un paquet caché derrière les céréales, l’impatience de l’attente des résultats, mais ce ne sera pas encore pour aujourd’hui, Garden Rescue, et puis comment un mot réussit à me déprimer totalement: knuffelcontact (le néerlandais étant une langue agglutinante de nouveaux mots sont créés à tout moment – ça veut dire quelque chose comme « contact avec qui on a des câlins »)

Samedi: toujours d’humeur plutôt sombre, pas que je ne suis pas mécontente de télétravailler plus (n’empêche il faudra attendre lundi pour avoir la confirmation – une attente de plus) mais même si je ne sortais pas beaucoup au resto ou au café cela restait malgré tout possible, du rangement et du nettoyage, aller au jardin et planter la moitié des bulbes de printemps, de la lecture, toujours pas de résultats du test – c’est donc reporté à lundi j’imagine, je ne peux pas dire que c’est angoissant parce que je me porte bien mais ça reste quand même présent dans mes pensées, We need to talk about Kevin (Lynne Ramsey, 2011)

Dimanche: traîner une grande partie de la matinée, un gros coup de pompe avec le retour des maux de tête, une sieste, terminer de planter tous ces bulbes (il y en avait plus de 270 !), me sentir bien mieux que tout à l’heure, de la lecture – l’histoire avance enfin de nouveau, du gibier, Jane Eyre (Cary Joji Fukunaga, 2011) – au moins maintenant je connais l’histoire de ce classique