The yodelling cowgirl dress

robe_cowgirl5

Je n’ai plus rien écrit à propos de mes projets couture depuis l’automne et ce n’est pas faute d’avoir cousu – une dizaine de vêtements ont rejoint ma garde-robe, y compris trois pièces pour mon voyage au Sri Lanka. Ce qui m’a empêché d’en parler ici, ce sont les photos. Difficile en effet de faire des selfies de soi en entier et mon grand miroir est placé à un endroit trop sombre, au décor peu intéressant – dans le hall d’entrée face à la cage d’escalier. A cela, il faut rajouter mon côté introverti qui n’a pas osé déranger ma voisine Carol et les faire au boulot, c’est toujours un peu compliqué. Et l’appareil photo fixé sur un pied alors ? Mon expérience m’avait déçue: je trouvais les photos floues. Pour résoudre ce problème, j’ai acheté une télécommande pour mon Nikon. Sauf que là, c’est la procrastination qui a frappé ! Et longtemps, plus d’un an. J’ai parfois une crainte exagérée de la technique et j’ai longtemps eu peur que ce soit très compliqué à installer. Il y a deux mois, j’ai ressorti l’appareil photo; il y a un mois, j’ai rechargé sa batterie; dimanche, je me suis enfin lancée. Evidemment, il n’y avait rien de spécial à installer, juste trouver le bouton sur lequel appuyer. Tout ça pour ça donc.

robe_cowgirl4

Je me suis donc lancée dans une séance photo au jardin, tentant de sourire (ou pas) et regardant souvent sur le côté ou en l’air tout en essayant de cacher la télécommande. Le résultat, ce sont quelques photos plus ou moins réussies mais je trouve que certaines sont toujours un peu floues. La faute de l’appareil photo qui se fait vieux ou juste un problème de mise au point ? (Des idées pour résoudre ce problème ? J’ai pensé que je pourrais mettre une chaise à l’endroit où je compte me placer et faire la mise au point sur celle-ci, pour ensuite l’enlever et me mettre à sa place.) J’ai par la suite passé toutes les photos dans Polarr (j’adore cette app) pour améliorer le contraste et la luminosité.

robe_cowgirl1

Oui, mais la robe ?

Elle est la combinaison du haut Burda (robe 121 de novembre 2012) que j’utilise tout le temps et que j’ai beaucoup modifié – dans ce cas, j’ai à nouveau changé l’encolure – et d’une jupe du Ultimate Dress Book de Gretchen Hirsch, la “side pleated skirt”. Mon tissu de 110 cm n’était pas assez large pour faire entrer le patron mais comme il ne manquait que quelques centimètres, j’ai juste réduit l’angle de la ligne de la couture côté en repliant le patron jusqu’à ce qu’il rentre dans mon tissu.

robe_cowgirl3

Elle est cousue en tissu de coton d’Alexander Henry, From the hip que j’ai acheté lors des soldes d’hiver chez Het Machien, un webshop belge au service très efficace. Je ne suis pas sûre que les cowgirls font vraiment du yodel mais ça pourrait, et comme j’aime ça… Pour la première fois, j’ai compté le temps que je mettais pour terminer une robe et je peux donc dire qu’il me faut environ 6 heures de travail, une fois le patron déjà approuvé et à ma taille. Sachant que je n’arrive à me concentrer que deux heures de suite, il me faut donc trois jours.

robe_cowgirl2

Si vous voyez des plis sur les photos, c’est parce que je me tiens mal; quant au col qui rebique un peu, c’est ma faute, j’ai pensé très fort à stabiliser l’encolure avec une couture mais je l’ai oublié. A part ça, je l’aime beaucoup et je sens que je vais souvent la porter en toutes saisons.

S’il ne pleut pas le weekend prochain et s’il ne fait pas trop frais, je fais une nouvelle séance photos. En attendant, cadeau:

 

Short diary of the week (191)

Lundi: une sortie sur les routes du Brabant Flamand, yeah j’ai trouvé des bulbes de gloriosa, et un nénuphar, difficile de pousser un chariot dehors quand il fait si froid qu’on veut garder les mains dans les poches, le ciel est gris mais les nuages sont beaux au-dessus des paysages vert printemps, ajouter de la terre aux pousses de tomates et sortir pour planter tout ce que j’ai acheté alors que le soleil pointe son nez, du Baume du Jardinier pour mes mains toutes abîmées, de la lecture, la fin de Chaussée d’Amour – pas mal mais sans plus – l’histoire s’essouffle très vite

Mardi: remettre la veste d’hiver mais persister avec les vêtements de mi-saison, le métro est à nouveau envahi, yeah chacun a reçu un mini oeuf de Pâques, rajouter deux livres à ma longue liste “à acheter”, écrire ce mail compliqué en l’argumentant convenablement, hâtivement recouvrir les plantes exotiques déjà sorties, Broadchurch – fin de la saison 3, Doctor Who – début de la saison 10

Mercredi: la voiture est gelée – j’espère que les plantes n’ont pas souffert, heureusement le mail a été bien reçu – décision dans une semaine, faire une mini-bataille de clips kitsch-horribles, un cocktail au LIB puis un bo bun chez Yi Chan, le plaisir toujours renouvelé de la conversation avec une amie

Jeudi: mes plantes font triste mine après le gel de cette nuit et cela me déprime, retrouver après de nombreuses recherches le nom de cette série (Jamestown, donc), ah si seulement la technique n’avait pas buggé toute la journée j’aurais sans doute bien mieux avancé dans mon boulot, réfléchir au plat du soir tout en rentrant, ce sera pâtes avec sauce tomate crème roquette, constater avec dépit que les feuilles du kiwi et du figuier ont gelé et que d’autres plantes ne se portent pas beaucoup mieux, deux épisodes de Masterchef

Vendredi: oh mais il commence à y avoir des liens entre l’histoire des personnages dans le roman fleuve que je lis, c’est parti pour Bali, et puis pour le Cambodge avec une sortie resto entre amis au Cambodiana, attendre le bus sur la chaussée presque vide, encore un peu de lecture avant de dormir

Samedi: chaque sortie au resto se voit sur la balance, du vélo avec TBBT S02E06, des courses, de la couture: me décider pour une jupe à plis d’après Gertie, de la lecture, tester l’humidité du gazon et me décider à tondre la pelouse, manger léger, Masterchef, The Americans, Longmire – fin de la saison 3

Dimanche: TBBT S02E07, du pliage de linge, de la couture: terminer une nouvelle robe, enfin couper l’élan à cette procrastination vieille d’un an au moins, de la lecture, avoir du mal à lire plus longtemps pour cause de fatigue oculaire qui pourrait bien être due à un début d’allergie au pollens, Doctor Who – mais qu’est-ce que c’est gentillet !, 13 Reasons Why – je sens que ça pourrait bien me plaire, une constatation: cette semaine était bien plus sereine que les précédentes – heureusement parce j’ai vraiment tenté d’inverser le courant des choses grâce à la diplomatie (et au dalaï lama – j’expliquerai ça plus tard)

Short diary of the week (190)

Lundi: des maux de tête, pas très concentrée, terminer l’Egypte – enfin !, commencer un texte sur Sumatra et me rendre compte qu’il sera bien trop long, trouver une idée pour l’adapter, Berlin 1956, Chaussée d’Amour

Mardi: des discussions intéressantes, un mail que j’hésite à envoyer, une réponse argumentée, une réponse vexante et complètement déplacée très certainement envoyée par erreur à “tous”, tenter d’oublier tout ça au resto grec, une soirée remplie de conversations qui changent mes idées

Mercredi: une nuit bien trop courte, une envie de tout abandonner là, et pourtant je suis poussée par une certaine motivation, bref oublions cette journée, Broadchurch, Masterchef

Jeudi: enfin bien dormi mais pas encore assez, un rendez-vous à la radio, un compliment qui me fait plaisir, quelques courses – des vêtements de sport chez C&A (il y a tellement peu de magasins qui vendent ça – à part Décathlon qui est loin de mon circuit habituel et le magasin super déprimant près de la maison), The Americans, Masterchef

Vendredi: me sentir soutenue par rapport à l’incident de mardi malgré des soucis antérieurs, Bornéo ou Kalimantan, quelques perles de reprises, une playlist musiques de film, le plaisir anticipé d’un long weekend, Berlin 1956, la moitié de Garderner’s World, Masterchef, m’endormir comme une masse

Samedi: une humeur à l’image de la météo, sauf que cette pluie était vraiment attendue pour le jardin, j’ai l’impression que mon père a essayé de me dire qu’il voulait mourir – je sens bien qu’il ne va pas très bien mais sans trop savoir comment réagir, commencer une nouvelle robe, de la lecture, des sashimis et makis, Berlin 1956 sans retrouver la V.O. dont j’avais pu profiter hier – une agréable série un peu trop courte à mon goût

Dimanche: 10 km de vélo d’appartement en regardant un épisode de la saison 2 de The Big Bang Theory, de la couture – mon projet initial de terminer une robe en trois jours me semble déjà bien loin, une virée plantes (des clématites, des plantes aquatiques, un framboisier, une azalée…), un curry malais, Vengeance Valley (Richard Thorpe, 1951) ou un film en Technicolor passé par la VHS – bref l’image est toute pourrie et l’histoire un peu confuse, Longmire

Short diary of the week (188)

Lundi: terminer mon roman juste au moment où j’arrive à destination, petit plaisir du jour: ce livre d’histoire reçu ce matin possède des notes en bas de page – pas à la fin du livre, avoir envie de profiter du soleil et être enfermée toute la journée, un message annonçant un colis, des restes de curry, Chaussée d’Amour, Black Sails

Mardi: réveillée bien trop tôt – à nouveau, ce manque de sommeil joue sur mon humeur et me fait voir certaines choses en noir – ce sont des détails mais quand même, une après-midi pénible qui m’attend, au moins tout le monde était d’accord pour ce vote, vidée, la postière me compliment sur le joli nom de blog – The Lady from Canton donc, un nouveau vermouth, Broadchurch, Longmire

Mercredi: encore une journée où je ne pourrai pas me concentrer, un rendez-vous professionnel, une alarme incendie au bureau, une discussion productive à propos d’une future table des matières, des propositions en vrac sur le thème des villes, un cerveau qui bouillonne encore pendant le trajet du retour, The Americans, Masterchef sur la BBC, être plus passionnée par mon livre d’histoire que par mon roman

Jeudi: une nuit assez agitée, de la fatigue et en même temps de l’adrénaline qui fait avancer le travail – sauf qu’il faudra que je trouve un moyen pour l’arrêter, arriver quasi au bout d’Oum Kalsoum, dommage que je ne puisse pas profiter du beau temps, de la lecture dans ce livre d’histoire si passionnant, Masterchef

Vendredi: deux rêves affreux, dans le premier mon père vient de mourir – je me réveille les larmes aux yeux, dans le second ma directrice m’engueule, c’est parti pour du tri marathon, courbaturée de partout, après une nouvelle scène encore plus ridicule que le reste j’abandonne Riverdale, Longmire, Garderner’s World, Masterchef

Samedi: me réveiller pas reposée du tout, chercher des recettes et finalement me rabattre sur des plats de mon répertoire, la motivation n’est pas très grande pour la couture, et pourtant la seconde toile a l’air de m’aller, ne pas oser couper le beau tissu et remettre ça à plus tard, de la lecture, cette petite pluie est parfaite pour mes semences de pelouse, The big sky (Howard Hawks, 1952) un peu long et les images de très mauvaise qualité ne m’aident pas à apprécier le film

Dimanche: encore une mauvaise nuit alors que je n’ai pas de raison, à la zumba je sens bien que le haut de mon corps est fatigué, à vrai dire cette zumba a en partie éliminé la fatigue, déterrer des plantes et les changer de place – pas toujours aisé – beaucoup de sueur a coulé, semis de tomates (et seconde tentative pour la plupart des piments – je ne sais pas ce que j’ai fait de mal cette année), de la lecture, ah mais oui voilà où trouver des infos que je cherchais !, The 100, Longmire, de la lecture

Short diary of the week (186)

Lundi: mettre une nouvelle robe très printanière (et constater qu’il y a un souci d’ajustage au niveau des seins – oh well…), ressortir un parfum plus printanier, sentir des maux des tête qui apparaissent, Black Sails, Call the Midwife – fin de la saison 6 et triste que ce soit fini

Mardi: calculer combien de temps il me faudra pour terminer ce livre et pouvoir commencer un nouveau – ça devient une habitude (et ce n’est pas que je ne l’aime pas – au contraire), constater que le premier jet de mon texte écrit hier n’est pas si mal et en éprouver une certaine fierté, reprendre un certain rythme – le travail sur la Grèce m’a vraiment aidé, Broadchurch, Longmire

Mercredi: tenter de repérer ce que lisent mes voisins dans le métro, oh cet homme lit Dans la forêt de Jean Hegland qui est sur ma PAL, une journée de formation à propos des pages facebook, des discussions communication, rentrer à mon aise, me faire débloquer de partout chez Coyote, je n’avais même pas senti les blocages dans mes doigts, quelques fous rires parce que je suis une patiente différente paraît-il, un épisode de Twin Peaks pour rester dans une ambiance un peu rêveuse, terminer mon roman

Jeudi: deux chats qui s’observent, je peux à nouveau tourner la tête à droite sans avoir mal !, ce livre est juste ce qu’il me fallait pour ce projet dont le futur est de plus en plus lointain, une grande fatigue malgré tout, tenter de trier les disques d’Oum Kalsoum et trouver une liste de ses chansons avec les dates, ce soleil…, un cocktail complètement raté au goût trop bizarre, The Americans, Longmire – fin de la saison 2

Vendredi: écrire mon budget pour l’exercice suivant mais manquer d’éléments, du travail répétitif, Chaussée d’Amour, Gardener’s World, terminer mon roman

Samedi: lancer une lessive, réfléchir à une future robe, aller acheter sous la pluie des fournitures de couture, hésiter devant les fleurs au marché mais ne rien acheter, aller voir mon père qui est complètement déprimé à cause d’une future opération et ne pas savoir comment réagir, tenter de ne pas me laisser entraîner par son humeur, transformer ce patron de 1954 à mes mesures, lire dans le canapé, me souvenir de cette lessive qui aura eu le temps de bien chiffonner, Devil’s doorway (Anthony Mann – 1950) – un western pro-indien même si le personnage principal Indien est joué par un Blanc – avec en prime une femme forte et intelligente – enfin pour l’époque, Longmire – début de la saison 3

Dimanche: réveillée tôt, de la zumba, de la couture – une première toile qui demande un certain nombre d’adaptations, de la lecture, du shrub au concombre, Rio Grande (John Ford – 1950)

Short diary of the week (184)

Lundi: mal dormi – c’était à prévoir, la réponse au mail du vendredi était prévisible mais me met en colère, il faut arrêter de vouloir toujours se mettre en avant à tout prix, juste écouter est bénéfique, ah mais comme il n’écoute pas…, pas beaucoup d’énergie, retrouver mon amie Katrien dans le centre et passer une excellente soirée

Mardi: mal dormi – c’était à prévoir (pour d’autres raisons), je vais devoir ressortir tous mes talents de méditation pendant la réunion qui s’annonce ennuyeuse à souhait, et donc le directeur a trituré sa bouteille d’eau pendant une heure en parlant, le mail qui me met de très mauvaise humeur, la règle est plus importante que la convivialité, je me demande qui travaille vraiment 7h36 sans s’interrompre de temps en temps, une soupe aux nouilles soba – moins bonne que la fois passée mais quand même, Taboo – fin de la première saison, Call the Midwife – et son effet habituel, sauf que cela aura permis de faire sortir ma colère et mes soucis

Mercredi: traîner un peu trop ce matin, il pleut à verse mais il est vraiment temps de partir, trempée et frigorifiée, m’installer pour lire dans le métro et être dérangée par la musique de l’horrible chanteuse, devoir supporter la fumée de cigarette d’un homme irrespectueux dans la station de métro, encore une autre contrariété ? non la liste s’arrête là – d’ailleurs c’était suffisant pour la matinée, manger seule dans mon bureau pour cause de sombres histoires de pointage – ce sera ma nouvelle habitude…, est-ce que je vais vraiment travailler plus ?, un réunion qui m’empêche de partir à l’heure prévue, rater le tram, un métro avec beaucoup de retard, le laisser passer, le suivant qui interrompt son trajet en plein milieu, mettre une bonne heure pour rentrer, cuisiner, Black Sails, The Halcyon – fin de la saison 1

Jeudi: espérer que cette journée sera plus calme à tous points de vue, écouter des chants soufis égyptiens, écouter du gamelan balinais, réussir à partir à l’heure, me dégonfler complètement pour le vélo d’appartement et préférer terminer le tri de mes photos du Sri Lanka, tester la liqueur de yaourt – oui euh bon – c’est bon que je l’ai reçue, Broadchurch – début de la saison 3, Riverdale et m’ennuyer sérieusement devant tous les clichés

Vendredi: tous ces machins du vendredi qui ne prennent pas beaucoup de temps en soi mais qui accumulés prennent la matinée, pourquoi ne pas écrire un billet sur mes interrogations du moment ?, acheter du fil puis continuer la promenade et acheter une veste d’été et des magazines, commencer un film et me rendre compte que sans sous-titres ça va être trop compliqué, Twin Peaks, Longmire, mes yeux se ferment tout seuls

Samedi: traîner dans le canapé et trouver un article intéressant sur les jeunes auteurs japonais, discuter voyages avec mon papa – une fois de plus, comme il ne pleut pas attaquer le nettoyage du jardin, profiter des sons de la nature – ah euh non il y un cortège de Carnaval tout près, rentrer juste avant la pluie, lire un peu, et donc c’est un bout de plombage que je vois là, Blood on the moon (Robert Wise, 1948)

Dimanche: un beau soleil au lever, TBBT S02E03&04, préparer le matériel à semis, terminer la robe en cours et ne pas être satisfaite: malgré les deux toiles elle baille à certains endroits, semer les piments – 10 variétés, préparer la plat du soir qui doit mijoter, de la lecture, un peu unidimensionnel ce curry mais pas mal quand même, The 100, Longmire

Bilan culturel – février 2017

Romans:

  • Joyce Carol Oates, Son of the morning
  • Yaa Gyasi, No home
  • Jami Attenberg, Instant love

Livres documentaires:

  • Dick Tomasovic, Shots ! Alcool & cinéma

Séries tv:

  • Vikings – saison 4, deuxième partie (6,5/10)
  • Sweet/Vicious – saison 1 (8/10)
  • Taboo – saison 1 (6,5/10)

Films (cherchez l’intrus !):

  • Wagon Master – John Ford, 1950
  • Operation Mekong – Dante Lam, 2016
  • The Gunfighter – Henry King, 1950
  • Winchester 73 – Anthony Mann, 1950
  • Broken Arrow – Delmer Daves, 1950

Couture:

  • une robe claire à oiseaux hivernaux (Burda modifié pour le haut, jupe à plis de Gertie pour le bas)