Short diary of the week (231)

Lundi: malgré mes efforts la nuit fut mauvaise, un sentiment de découragement devant les tâches qui m’attendent encore, me changer les idées en allant acheter des chaussures – rien de bien particulier – mais quelque chose de pratique pour marcher, acheter un livre aussi, Call the Midwife, une dégustation de rhum en commun via chat

Mardi: encore une mauvaise nuit, mon humeur s’en ressent, en plus mon repas de midi n’est pas très réussi et j’ai un peu mal au ventre, avancer sur divers plans, mais pas au niveau “papa/maison/etc”: après un appel de plus au callcenter de la poste on m’a proposé de m’envoyer une nouvelle carte de banque, un plat estival en plein hiver, The X-Files, Good Girls Revolt

Mercredi: ou comment titiller mes intérêts, “when I grow up I want to be Mary Beard”, ma tentative d’avancement pour un truc lié à la maison de mon papa est contrée par l’absence de la personne responsable, tenter de corriger un texte mais cela ne me réussit pas très bien, encoder des playlists, m’inscrire sur le site de VRT Nu pour regarder Ultimate Rome: empire without limit (le documentaire est disponible sur you tube également)

Jeudi: toujours ce texte à corriger mais ça ne me réussit toujours pas trop, ne pas avoir grand chose à dire en fait, il y a des journées comme ça, Ultimate Rome: empire without limit – épisode deux – ces souvenirs heureux de ma visite à la villa d’Hadrien

Vendredi: pas envie de me lever, pas envie de travailler, mais il faut bien faire ce qu’il y a à faire, un plat classique: sole – épinards – purée, des inquiétudes à propos de la perte de mémoire de plus en plus fréquente de mon papa, Ultimate Rome: empire without limit suivi de Pompeii: life and death in a Roman town

Samedi: réveillée par des avions, hésiter et puis me décider à partir pour acheter une jolie orchidée et des primevères ainsi que quelques trucs pour de futurs semis, des courses, couper les plantes mortes au jardin, m’installer au chaud pour lire, un repas d’inspiration mexicaine, The last frontier (Anthony Mann, 1955) avec un acteur principal qui a tout pour me déplaire mais le film est intéressant

Dimanche: le jardin est tout blanc à cause des gelées nocturnes, du rangement et du ménage, de la lecture déjà le matin, de la couture, de la lecture encore l’après-midi, de la cuisine, décider d’abandonner The Tudors et regarder deux épisodes de Good Girls Revolt, la fin d’un weekend sans obligations – le premier depuis fin décembre – et cela m’a fait du bien

Advertisements

The Sailing Geishas dress

Quand je souhaite avoir rapidement une nouvelle robe, je me tourne toujours vers des patrons déjà testés, comme celui de cette robe Burda (modèle 121 de novembre 2012) qui, à force de transformations, ne ressemble plus du tout à l’original. J’ai une fois de plus modifié l’encolure, m’inspirant de la jolie robe rouge de Mrs Maisel. J’ai retracé le patron un peu au hasard et pendant toute ma couture, j’ai craint qu’il ne soit trop décolleté vers le bas et qu’il montre les bretelles de mon soutien-gorge. Ce n’est pas le cas mais pour la prochaine, je pense quand même le diminuer un peu en largeur.

Juste avant de coudre cette robe, j’avais décalqué le patron du modèle B6380 de Gertie et je me suis dit que c’était l’occasion de l’essayer vu que ma toile du haut de ce modèle était tout simplement catastrophique et que je mettrais du temps à le réaliser (spoiler: ça s’est plus ou moins arrangé entre temps et c’est le prochain patron que je vais coudre).

Le tissu est “Geisha Scenic” de Timeless Treasures, que j’avais acheté l’année passée en soldes chez Stop of Zolder, un webshop belge au service très rapide et agréable.

Thesalinggeishasdress05

Thesalinggeishasdress01

Thesalinggeishasdress02

Thesalinggeishasdress03

Thesalinggeishasdress04

The Oh so pink skirt

Chaque année, dès qu’il fait froid, je me retrouve avec ce besoin de nouveaux vêtements chauds. Et c’était encore pire le mois passé: mes jupes plus anciennes sont pour la plupart devenues trop petites.

J’avais du tissu et j’ai repris un patron testé et approuvé, dont j’ai tracé la taille supérieure. En un weekend, j’avais de quoi m’habiller chaudement à nouveau (j’avoue, j’ai aussi acheté quelques vêtements).

Il s’agit du modèle n°120 du Burda de juillet 2012, cousu ici pour la quatrième fois, dans un tissu de lainage à dominante rose acheté aux soldes de l’hiver passé aux Tissus du Chien Vert. La doublure vient sans doute d’une troc party ou d’une trocante.

Je n’ai pas fait fort attention en coupant le tissu et les carrés ne correspondent pas partout, mais cela ne me dérange pas. Je voulais surtout avoir rapidement une nouvelle jupe.

Theohsopinkskirt01

Theohsopinkskirt02

Theohsopinkskirt03

Short diary of the week (225)

Lundi: profitons de ce dernier jour de congé avant longtemps, des photos des nouveaux vêtements cousus, mettre au point un plan pour The Lady from Canton, me pencher à nouveau sur cette toile de robe à réadapter complètement, dur tri de photos, de la lecture, manger un peu trop (pour ne pas jeter), Vikings, The Marvelous Mrs. Maisel (cette robe rouge !)

Mardi: une nuit agitée et une mauvaise digestion, des nausées du matin, ce n’est pas anodin que ce soit le jour où je retourne travailler, me sentir nerveuse à cause du boulot qui doit être fait cette semaine (rien qui ne me plaise vraiment beaucoup), me sentir bouillonner, avoir du mal à me calmer, me calmer et avancer dans le boulot avec une liste de tâches qui s’allonge de plus en plus, lire avec un plaisir certain le résultat des drawas, un repas léger, commencer Alias Grace – une autre série adaptée d’un roman de Margaret Atwood, The Marvelous Mrs Maisel, une nouvelle tentative de livre

Mercredi: la tempête pendant la nuit et l’eau qui bat sur les vitres, abandonner le livre commencé hier soir et commencer encore un autre que je ne suis pas sûre de continuer après 10 pages, le boulot toussa toussa, de nouveaux jolis tissus dans un nouveau magasin à Woluwe – Atelier Moondust, Alias GraceThe Marvelous Mrs. Maisel

Jeudi: tenter d’organiser un projet mais ne pas avoir tous les éléments, et donc beaucoup courir en rond, rentrer pour rencontrer un ami qui a de nombreux conseils pour vider la maison, rentrer chez moi et frissonner, ne rien faire de bien, repartir et retrouver des amis dans le tram pour aller au resto, déguster de la délicieuse cuisine laotienne  chez Issan et passer une excellente soirée, rentrer chez moi et frissonner, ne pas réussir à me réchauffer, mettre du temps à m’endormir

Vendredi: fatiguée ce matin, les tâches du vendredi, envie de faire la sieste, des questions et des confidences, enfin le weekend !, Alias GraceThe Marvelous Mrs. Maisel

Samedi: réveillée avec le bruit de la pluie, hop c’est parti !, un détour par le Brico où je retrouve par hasard l’aide de mon papa, à l’attaque d’un des grenier, au final il n’y a pas grand chose à garder à part quelques photos et papiers anciens, le tour de la chambre parentale est rapide, que faire par contre avec tout ce courrier dans la troisième chambre ? tout ceci me poussera à faire un grand tri chez moi dans quelques mois, aller voir mon papa et discuter avec lui, il commence à prendre ses marques, faire des courses alimentaires, le gros coup de pompe, le western du samedi – Silver Lode (Allan Dwan, 1954) – pendant lequel je m’endors – il faut bien dire que l’histoire n’est pas très passionnante, mais comme il est très court j’ai encore l’occasion de voir un épisode de The Marvelous Mrs. Maisel

Dimanche: apparemment j’avais besoin de sommeil, une matinée calme, reprendre cette toile et arriver à un résultat convenable, me demander si je ne peux pas remplacer la doublure par des parementures – oui je suis paresseuse, de la lecture, un plat qui mijote, les deux derniers épisodes de The Marvelous Mrs. Maisel – une série attachante et pas trop compliquée – avec de très jolies robes rétro

Short diary of the week (223)

Lundi: j’ai bien dormi au final mais je me sens épuisée, croiser mmarie sur le chemin du travail – ce qui me distrait de mes pensées négatives, tenter de me concentrer, avancer dans le tri des disques, faire quelques courses en ville – une nappe et du maquillage que j’achète malgré le fait que le bon reçu le matin même n’est pas encore actif, Godless (ces épisodes sont trop longs – 1 heure 9 minutes), The Crown

Mardi: être quelque peu inquiète, aller au rendez-vous à la maison de repos avec mon papa et y être très bien reçus, choisir la chambre avec vue sur les arbres et l’écureuil, signer le contrat pour une entrée le lendemain, je ne sais pas comment exprimer mon soulagement, aller quand même au travail pour l’après-midi, il reste des restes des restes à manger, The Crown, Masterchef The Professionals

Mercredi: des insomnies – évidemment, partir de chez moi avec le coeur serré, retrouver mon papa mal réveillé mais avec un picon vin blanc ça va un peu mieux et donc reporter un peu l’arrivée à la résidence, l’y conduire avec son aide et ami, tout de suite l’installer dans sa nouvelle chambre et brancher le téléphone (c’est vital !), retourner à la maison et préparer ses affaires avec son aide et sa femme qui est arrivée entre temps, recevoir beaucoup de réconfort de leur part, retourner à la résidence et le trouver abattu – ce qui est normal, régler encore toute une série de problèmes administratifs, faire quelques courses et rentrer chez moi épuisée, prévenir par téléphone le voisin de mon père et appeler son filleul – mon cousin – et je discute finalement un peu avec sa femme qui me dit de ne pas hésiter à demander de l’aide, regarder The Crown en luttant contre le sommeil, m’endormir dès le début de Masterchef The Professionals et finalement me mettre au lit

Jeudi: dormir plus ou moins convenablement mais me réveiller bien trop tôt, être encore très fatiguée et avec les émotions qui font les montagnes russes, retourner travailler, recevoir un appel de mon papa qui m’annonce qu’il a bien dormi et me demande si je peux appeler la police pour surveiller sa maison, il a une bonne voix et cela me rassure, il me raconte qu’il a déjà trouvé d’autres personnes pour parler son dialecte west-flamand, je commence à m’occuper de ses affaires administratives, mon cousin me promet de m’aider, Masterchef The Professionals – la finale

Vendredi: me réveiller trop tôt et donc arriver tôt au travail, parler avec des collègues, découvrir quelque chose qui ne m’étonne pas, quitter mes collègues jusqu’à l’année prochaine, faire mes courses du w-e dans un Delhaize de plus en plus vide, mon papa continue de m’étonner, The Crown – deux épisodes

Samedi: un réveil intempestif au milieu de la nuit et dormir longtemps le matin, décider de me donner deux jours et demi rien que pour moi avant de commencer à m’occuper de la longue liste de choses à faire pour mon papa, à vrai dire je comptais consacrer mon entière semaine de congé à moi mais c’était avant les chamboulements et donc je sais que je n’y arriverai pas, quant à mon récit de voyage il mettra encore plus de temps que prévu à être publié complètement, une visite express dans la maison paternelle pour y prendre deux-trois choses précieuses, une plus longue visite à mon papa qui a bonne mine même si je sens que l’adaptation est toujours difficile, dessiner une nouvelle encolure pour une future robe, de la lecture, un repas très estival en hiver, Le syndicat du crime 3 (Tsui Hark, 1989)

Dimanche: une nuit sans réveils intempestifs, le grand nettoyage de la salle de bain, ne pas trop penser au fait qu’on est le 24, de la couture et de la lecture, abandonner ce roman après 200 pages (même s’il n’en reste que 100), cuisiner de bonnes choses, être horrifiée par l’histoire de l’épisode 9 de The Crown et terminer la saison en regardant l’épisode 10

Je n’ai plus rien à me mettre (quand il fait froid)

Hier matin, j’ai eu un grand moment de solitude devant ma garde-robe: la plupart des mes vêtements chauds sont devenus trop petits et ceux qui me vont encore m’ennuient profondément. J’avais préparé une jupe vert foncé et un gilet plus clair mais en dernière minute, j’ai choisi une robe plus colorée en coton et un fin gilet en me disant qu’il ferait assez chaud dans mon bureau. Et heureusement j’ai un manteau bien épais. Et puis il a neigé et j’ai eu froid.

Cela fait environ quatre ans que je couds mes vêtements maintenant, avec une nette préférence pour des robes en coton et en tissus imprimés – mais les premiers vêtements cousus sont devenus trop petits pour la plupart. Parallèlement j’ai perdu le goût du shopping: passer du temps dans plein de magasins pour trouver la pièce rare est devenu une corvée. Parfois, je trouve par hasard quelque chose mais cela arrive de moins en moins souvent. Et puis, j’ai l’impression que pour les magasins, l’hiver n’existe pas vraiment: les manteaux sont ultra légers et les gilets en coton. Je me rabats sur les pulls de Benetton qui sont encore en vraie laine mais ils ne sont pas très solides et pas très épais.

Je pourrais coudre des robes plus hivernales, mais les tissus plus chauds ne m’inspirent pas et demandent souvent du nettoyage à sec. Je n’ai même pas d’idées sur les patrons à utiliser et quand je parcours les photos des groupes de couture que je suis sur FB, il n’y a que peu d’inspiration – à croire que tout le monde porte des vêtements d’été en hiver. Je pourrais coudre de nouvelles jupes mais il faudrait que j’aille à la chasse au tissu approprié alors que mon armoire déborde de cotons colorés.

(Une bonne nouvelle nouvelle: j’étais dans la même situation pour les vêtements de voyage mais le problème est réglé: j’ai retrouvé des pantalons larges en coton et j’ai cousu pas mal de nouvelles choses – je fais bien vite un résumé).

Et aussi: pendant des années, j’ai accumulé les chaussures, surtout des sandales mais de septembre à mai, je mets toujours les 4-5 mêmes paires. Il est temps que j’en jette une: en cas des pluie, c’est piscine. Les ballerines achetées pour le Japon seront bientôt usées et sur les trois paires à talons, une est proche du bout de sa vie. Oui, il me reste plein de chaussures dans mon armoire, mais j’ai mal aux pieds: elles sont trop serrées ou les talons sont trop hauts, sauf que je ne me suis pas encore résolue à les donner à une troc party.

J’aimerais donc trouver:

  • une ou deux robes plus chaudes
  • une ou deux jupes en lainage
  • ou des patrons d’hiver qui me tentent, avec le tissu approprié facilement lavable (peut-être qu’un jersey épais serait une option mais je n’y connais rien à ce genre de tissu et de couture)
  • plusieurs pulls ou gilets bien chauds
  • un manteau épais (l’actuel commence à s’user)
  • et aussi de nouvelles chaussures, avec peut-être de vraies bottes pour la neige mais mettables en ville (j’en ai marre d’avoir les pieds mouillés)

Est-ce que vous avez des conseils pour des modèles précis et des adresses de magasins (en pierre ou en ligne) ?

UPDATE: je me suis achetée une robe et un gilet !

Short diary of the week (214)

Lundi: aucune raison d’angoisser et pourtant la nuit fut très mauvaise, deux vaccins, une promenade pour profiter du soleil automnal, zut ! achat reporté, de la lecture au jardin mais frissonner légèrement et rentrer au chaud, les chats de Simon ont encore détourné mon attention, arriver enfin après deux semaines à extraire cette écharde de mon doigt, The Deuce – le genre de série où rien ne se passe, Halt and Catch Fire, ouch pas moyen de dormir du côté du bras vacciné

Mardi: du brouillard, réussir à caser quatre courses à quatre adresses différentes sur Zaventem et associées en une matinée et un parcours bien étudié (dont une que je procrastinais depuis… euh… trois ou quatre ans – rien de très glamour: l’achat de poubelles papier et verre), de la lecture, deux épisodes de Vietnam, est-ce la pluie que j’entends tomber ?

Mercredi: des rêves qui se passent dans une maison trop encombrée – un signe que je dois encore plus vider ma tête ?, récupérer mon passeport et mon visa indien, m’acheter un nouveau téléphone portable mais ne pas avoir la carte sim appropriée, m’attaquer au jardin et déplacer quelques plantes, c’est physique tout ça !, de la lecture, le dernier épisode de la série Vietnam – un long documentaire en neuf parties qui propose tous les points de vue et qui explique comment dès le départ cette guerre n’était pas voulue, Longmire – un épisode de transition

Jeudi: réveillée tôt par la pluie, pas de projets précis pour la journée à part me vider la tête et me faire plaisir, rhaa le tissu mauve a déteint sur une partie du linge, couture de boutonnières, tentative de couture de boutons à la machine, rhaa (bis) la seconde lessive de blanc est aussi touchée par la couleur de la précédente, découvrir qu’il existe un programme spécial pour coudre les boutons sur ma machine mais il me manque le bon pied, me vider la tête avec Simon’s Cat, The Year of Living Dangerously (Peter Weir, 1982) – une romance entre Mel Gibson et Sigourney Weaver sur fond de chaos indonésien

Vendredi: oh une bonne nouvelle dans la boîte aux lettres, à la recherche de décolorant pour linge, du délicieux fromage du fromager, de la lecture au jardin – probablement la dernière fois de l’année, acheter ce pied pour coudre les boutons à la machine, une heure trente à perdre, finalement elle passe fort vite en flânant, il paraît que je suis très tendance avec mes nouvelles Adidas (oui j’ai acheté des chaussures de sport pour tous les jours !), avoir des sentiments forts partagés en m’approchant de Saint-Gilles où j’ai habité 14 ans, retrouver Gasparde et Bohemond chez Cipiace, de délicieux cocktails et un bon repas, mais qu’est-ce qu’il fait bruyant, rentrer dans ma banlieue résidentielle que je préfère maintenant au bruit de la ville

Samedi: préparer des billets de blog, du pliage de linge, une visite chez mon papa qui est de fort bonne humeur aujourd’hui, coudre les boutons à la machine en deux temps trois mouvements, ré-enfiler la surjeteuse avec le fil foncé – l’hiver approche, reprendre The Handmaid’s Tale, Longmire, me sentir anxieuse sans raison, m’endormir, me réveiller en sursaut juste après parce que j’entends le chauffage fonctionner alors qu’il ne devrait pas, ne pas avoir le courage de me lever et me rendormir

Dimanche: une nuit très moyenne, de la zumba, de la couture – avec une faute idiote, et donc j’ai dû découdre, mais j’ai une nouvelle jupe longue, cuisiner le plat du soir qui doit mijoter, Halt and Catch Fire (snif), Longmire, une séance de méditation avant la nuit (où je me suis saisie au bruit de la clochette pour en sortir)