Fitness frustration

C’est l’été et les cours de zumba sont interrompus jusqu’en septembre. Je ne voulais faire le mollusque pendant trois mois, surtout qu’au point de vue poids, j’ai repris les quelques kilos perdus cet hiver et je le sens biens dans mes vêtements. Ils se sont casés dans mon ventre et certaines de mes jupes serrent à nouveau. Vu l’enthousiasme autour du 30 Day Shred de Jillian Michaels, je me suis lancée, ne connaissant rien d’autre. Le premier niveau est fatigant mais après 5-6 fois, je suivais à peu près normalement. Sauf pour les pompes. Et vous savez de quoi est fait le niveau 2 ? De plein de positions du genre. Que je suis incapable de tenir. Et que je n’ai pas envie de savoir tenir parce que je ne veux pas de carrure de nageuse est-allemande ni de bras super musclés. J’ai vraiment eu un moment de frustration et de découragement extrême hier, j’avais l’impression de me retrouver à l’école secondaire, très nulle, toujours houspillée par ces nazis de profs de gym, toujours choisie en dernier pour les équipes de basket et cie.

J’ai un peu étalé ce découragement sur FB et j’ai bien fait: j’ai reçu plein d’encouragements (je vous en remercie encore). J’ai maintenant une série de nouveaux programmes à tester à la maison et j’espère qu’ils seront plus adaptés à mes capacités et à mes désirs. Et comme les lectrices de ce blog ne sont pas tout à fait les mêmes que mes contacts FB, n’hésitez pas à me proposer vos solutions, vos idées de programmes de fitness à faire à la maison.

Et je pourrais aussi tenter de regonfler les pneus de mon vélo ou aller à la piscine vu qu’il fait bon maintenant. Je vous en reparle !

Question de poids et de sport

En septembre, j’avais commencé des cours de zumba. J’espérais secrètement que ça me ferais perdre du poids, en plus de me remettre en forme phyqiquement. J’allais dépasser la barre fatidique des 70kg, ce qui me glaçait d’horreur. Et bien ça n’a pas fonctionné: en décembre, je pesais 71kg et je ne rentrais plus dans une série de vêtements. J’ai passé tout l’hiver avec une garde-robe assez réduite, mettant essentiellement des jupes que j’avais cousues récemment. A Noël cependant, il y a eu déclic dans mon corps. Je n’ai pas changé de régime, j’ai peut-être mangé un tout petit peu moins certains jours mais j’ai toujours eu des phases comme ça. La balance a commencé à annoncer des diminutions de 200g, une fois par semaine. Cela a mis un certain temps avant de passer à nouveau en-dessous de la barre des 70kg (et quelques jours de quasi jeune suite à ma rupture ont aidé). Depuis, mon poids diminue régulièrement, sans se presser mais j’ai repris mes mensurations de l’été 2012 (prises avant de commencer la couture). Mes soucis de santé des dernières semaines ont à nouveau un peu accéléré la descente: avant l’opération, je pesais 68kg et après plus que 67kg. J’aimerais continuer comme ça jusqu’à 65kg ! Mais j’ai un souci: j’ai dû arrêter la zumba à cause de l’opération (et de toutes façons le cours s’arrête pour l’été). Je ne sais pas trop quoi faire d’autre comme sport: quelque chose de doux et qui n’implique pas d’efforts au niveau du ventre et du postérieur (le vélo d’appartement est exclu pour cause de selle trop dure). La piscine dans un premier temps n’est sans doute pas une bonne idée non plus, tant que la cicatrisation n’est pas terminée. En fait, je ne suis même pas sûre qu’il existe un sport qui conviendrait pour le moment…. mais si jamais vous avez des idées…

Je hais le sport

Je hais le sport, j’ai été traumatisée par des profs de gym qui eux-mêmes étaient frustrés parce qu’ils n’avaient jamais été des stars olympiques et donc se défoulaient contre les moins bons. Moi donc. Je n’ai jamais réussi à faire la roue et à peine le poirier. Aux réunions de parents, le seul prof que voyait ma mère, c’était le prof de gym, pour l’engueuler. Pour dire qu’on ne mettait pas des 8/20 à une bonne élève, que c’était traumatisant de voir du rouge dans un bulletin parsemé de 16 et 18. Et puis cette obligation de jouer au basket ou au volley, avec des ballons trop durs et poussiéreux. Où le prof choisissait deux chefs d’équipe qui tour à tour choisissaient les participants. Qui était choisie en dernier ? Moi. Idéal pour la confiance en soi, surtout quand on n’en a déjà pas beaucoup. Mr Beka, Mme Aechten, si je vous rencontre aujourd’hui, je vous réserve encore une belle engueulade. Pour que vous compreniez le mal que vous m’avez fait.

J’aimais bien le badminton, mais c’était réservé au 3e trimestre, bref à 3-4 semaines sur l’année. J’aimais aussi la natation et l’aérobic ou la danse, mais on ne pratiquait pas ces sports à mon école. Une fois à l’université, je me suis inscrite à la salle de sport et j’ai un peu joué au badminton. Et après, j’ai suivi quelques cours de danse, contemporaine ou indienne.

Et depuis plus de 5 ans, rien. Je suis une grande difficile, je veux des cours près de la maison et qui soient juste après le travail (pas le vendredi), et pas trop chers, ce qui exclut la salle de sport (où je me sentirais de toutes façons super mal à l’aise avec ces filles et ces mecs super entraînés). La wii fit m’avait semblé une bonne idée mais ça parlait trop et j’ai vite abandonné. Faire quelques exercices prenait trop de temps. Une ou deux fois par an, j’ai fait du vélo, mais avec des résultats souvent catastrophiques. Parce qu’évidemment, ma condition physique est nulle, au point zéro.

A tel point que Coyote m’a ordonné de faire du sport, tout de suite, pour mon bien et ma santé. Le vélo me tente toujours mais la météo ne permet pas d’en faire toute l’année. J’ai finalement commandé hier un vélo d’appartement, suite aux conseils et encouragements d’un ami. Il sera livré jeudi.

J’espère être assidue, m’obliger à pédaler au moins 1/4 d’heure tous les jours (en lisant un bouquin !), plus le w-e. Peut-être aussi perdre les 4-5 kilos qui m’embêtent, m’assurer par la même occasion que je pourrai toujours mettre mes jolies robes l’année prochaine… Et me sentir mieux, il paraît que c’est un excellent antidépresseur !

Et vous, que faites-vous pour être en bonne condition physique ? Avez-vous trouvé la recette miracle ?

The cycling fiasco

Pendant tout le printemps et tout l’été, j’ai eu envie de faire du vélo mais l’occasion ne s’est pas présentée. Hier, il faisait beau et diane a réussi à me convaincre de sortir pour une ballade. J’enfourche mon vélo, tout va bien, il fait beau – bon d’accord, mes pneus se dégonflent très vite mais ça va. Nous rejoignons vite les champs, et puis là, première montée. Je peine mais j’y arrive. Mon cœur bat à tout rompre. Mais peu importe, voilà une belle descente. Je pense que ça va aller. Mais il vaut mieux faire demi-tour, après un quart d’heure. Et puis là, évidemment, une nouvelle montée, je n’y arrive pas. Je descends de mon vélo et continue à pied. diane s’ennuie à m’attendre. Je fais encore un effort, mais c’est un faux plat. Je redescends. Mais même à pied je n’y arrive plus. Je n’arrive plus à respirer, je dois m’arrêter, et évidemment je fonds en larmes de frustration. Ma condition physique est vraiment catastrophique, à un point même que je n’arrivais pas à imaginer. Je me calme un peu et les derniers 500 mètres sont plus ou moins plats. Je rentre et m’écroule, trempée de sueur et en ayant mal au cœur. Demain, je vais porter mon vélo chez le réparateur. J’espère que ma prochaine expérience sera meilleure. La météo par contre risque de me jouer des tours. Peut-être dois-je envisager l’achat d’un vélo d’appartement pour me refaire une condition pendant l’hiver ?