Short diary of the week (226)

Lundi: un sommeil fort agité et un réveil qui sonne au moment où je vais me rendormir, trop de choses à faire et donc un cerveau qui ne veut pas s’arrêter, mettre ma nouvelle robe, tenter d’organiser un projet – suite et pas fin, c’est de plus en plus compliqué même, un autre projet est bloqué pour des raisons informatiques, l’impression d’avoir couru dans tous les sens, enfin à la maison, Vikings et puis tout simplement m’écrouler au lit avant 22h

Mardi: mauvais sommeil – suite, ça avance – un peu, un gros énervement suite à du matériel capricieux qui m’empêche de graver un disque, la solution: changer le graveur – merci à mon collègue !, finalement après un moment le principal est fait et je peux enfin me poser un instant, un rendez-vous en ville et une soirée à discuter à la Brasserie Bozar, ne pas rentrer trop tard et traîner encore un peu avant de me mettre au lit

Mercredi: une meilleure nuit, régler une série de choses à la poste et à la maison communale, aller dans la maison paternelle, repartir avec le décodeur tv qui doit être rendu en magasin, prendre des informations dans une agence immobilière, trier et encore trier, recevoir de l’aide et ramener plusieurs caisses de vaisselle chez moi – un joli service Boch (Carlotta, Bonaparte et Ney), enfin me poser, préparer à manger, regarder les trois derniers épisodes d’Alias Grace – pas mal comme série mais je me pose pas mal de questions sur l’histoire – ce qui est sans doute voulu

Jeudi: c’est reparti pour une journée de tri mais j’ai de l’aide, et elle a apporté le petit déjeuner, ne pas avancer – le tri des papiers est toujours longs, et puis avancer très vite, une visite d’agent immobilier, me forcer un peu et terminer le tri par la cave, rentrer chez moi, deux nouvelles séries: The end of the f***ing world et Babylon Berlin – mais où sont les femmes ?

Vendredi: mon cerveau n’a pas voulu s’arrêter cette nuit, de retour au boulot, les trucs du vendredi, chercher un scanner à diapositives et me dire que finalement mon scanner de bureau sera le plus efficace, passer chercher les extraits de banque de mon papa, Garden of Evil (Henry Hathaway, 1954) – un début qui ne me passionne pas trop mais une seconde partie haletante

Samedi: pas en forme ce matin – avec des nausées, mais je vais quand même travailler dans la maison paternelle, tous ces verres à emballer, remplir deux voitures de caisses qui vont encombrer ma cave avant d’être mieux rangées, une visite chez papa qui me dit se sentir bien – il a même des projets !, des courses, et puis plus rien: trop fatiguée pour faire autre chose que jouer à Simon’s Cat, un repas léger, un épisode de Babylon Berlin et deux épisodes de The end of the f***king world qui me charment tous les trois par l’utilisation de la musique

Dimanche: repos, oui mais il y a aussi des lessives à faire, trier des photos – la fin approche, c’est en ne faisant pas grand chose que je me rends compte que je suis vraiment fatiguée, sortir le scanner de l’armoire et tester la numérisation de dias – et tout fonctionne ! – par contre c’est lent, le ciel est en feu quand je pars, des dim sum au Yi Chan, un concert de Senyawa à l’AB – oublions le chœur de femmes qui me donne des boutons mais retenons la musique entre rock et xprmtl des deux Indonésiens, revoir des amis pas vus depuis… plus de 10 ans

Advertisements

Short diary of the week (216)

Lundi: des pensées parasites pendant la nuit – des histoires de mot de passe, ressortir de l’armoire une robe oubliée, mais où est ce colis ?, cette impression qu’un rhume commence, vidée en fin de journée, un cocktail simple mais bon, Halt and Catch Fire, la suite du premier épisode de Feud, où comment l’organisation de la journée du lendemain m’angoisse alors qu’il n’y a pas d’autre raison que la grève prévue

Mardi: une nuit d’insomnies, me demander comment soigner ces angoisses souvent irrationnelles et très handicapantes pour mon sommeil, me décider pour les transports en commun, ne pas avancer très vite, hésiter pour les projets du soir puis me laisser entraîner, un vernissage d’exposition – Ancestors & Rituals à Bozar – une exposition intéressante qui mériterait une visite plus approfondie, un retour en voiture, une excellente nouvelle: mon papa est guéri de son mélanome, Feud

Mercredi: ah je ne peux pas continuer le boulot que je voulais continuer – il y a d’autres priorités (= frustration), bloquer sur une phrase, passer à autre chose, des ralentissements de métro: pourquoi est-ce que je prends toujours la mauvaise décision ? (laisser passer le métro bondé pour prendre le suivant qui finalement fait demi-tour avant la fin du parcours et m’oblige à attendre le suivant), manger trois fois du même plat c’est vraiment lassant, Wild (Jean-Marc Vallée, 2014) avec Cheryl Strayed interprétée par Reese Whiterspoon et pas trop de choses sensationnalistes en plus par rapport au livre

Jeudi: un nouveau pays ? ah non une réunion avec une seconde pendant la première, des commandes et constater qu’un fournisseur fait vraiment mal son boulot de pub, bon – je crois que je recommencerai à épargner en novembre…, trop d’attente chez le coiffeur – ce sera pour plus tard, Anthony Bourdain Parts Unknown dans les Alpes françaises, The last post – série de la BBC à propos de la fin de la période coloniale à Aden dans un camp militaire

Vendredi: une inondation dans mon frigo mais pas vraiment le temps de sécher tout ça ce matin, les trucs du vendredi, le colis commandé hier est arrivé – à moi les photos d’animaux en gros plan ! – c’est un peu du luxe mais je pense que je l’aurais regretté, l’inondation est donc une bouteille de jus de pomme frais qui a fermenté et percé le plastique, le début de La supplication – le documentaire – mais vite abandonné parce que cela n’apporte pas plus que le livre, Once more with feeling – le documentaire de 2016 sur Nick Cave (tout en essayant de ne pas trop râler de ne pas avoir acheté des tickets pour le concert)

Samedi: une matinée calme avant une après-midi avec trop de choses à faire, aller voir mon papa qui n’est pas en grande forme aujourd’hui, les courses, avoir juste le temps de tondre la pelouse avant de devoir repartir (avec regret) pour une activité organisée à mon boulot, deux concert et un documentaire (Jakarta Jakarta ! de Vincent Moon, déjà vu l’année passée), il fait déjà noir quand je rentre, un repas rapide, The Deuce

Dimanche: une nuit fort agitée, je me suis réveillée avec des fourmis dans le pied à cause d’une position bizarre, de la zumba, du rangement dans le jardin, lire au jardin – jusqu’au moment où le soleil d’octobre est trop bas pour me réchauffer, le contraste: cuisiner du gibier, Halt and Catch Fire – la fin d’une magnifique série sur les femmes

Short diary of the week (178)

Recyclart - 170120 - Tanya TagaqTanya Tagaq par Fabonthemoon (allez voir ses magnifiques photos !)

Lundi: pas de trottoirs glissants et le soleil qui perce – c’est pas plus mal !, commencer la semaine avec une réunion, d’humeur un peu asociale, des mises à jour, Westworld – deux épisodes

Mardi: tenter d’avancer le plus vite possible, tester la méditation en marchant et remarquer plein de détails inconnus jusqu’alors, où une conversation sur FB me fait acheter des livres, des mauvaises nouvelles, Westworld – deux épisodes, tenter de dormir en ne pensant pas trop

Mercredi: dieu qu’il fait froid !, rien de spécial, donner plein de conseils de voyage, faire le trajet du retour avec une amie, les nouvelles empirent, finir Westworld – enfin – je me suis beaucoup ennuyée malgré quelques beaux moments et malgré la trame qui se dévoile au cours des épisodes

Jeudi: tenter de ne pas ruminer, me plonger dans une politique de l’autruche – pour le moment, de la musique byzantine, des dim sum, avoir encore faim, The Halcyon – premier épisode d’une série qui pourra sans doute satisfaire mes envies de jolies robes, Longmire

Vendredi: frigorifiée, ça avance, les encouragements sont nécessaires pour ce soir, le froid n’aide pas, des pâtes à la saucisse au fenouil, plein de monde, trouver une petite place sur le côté près de la scène, Tanya Tagaq et les sons incroyables qui sortent de sa bouche – un concert très intense, rentrer dans le froid, me mettre au lit frigorifiée

Samedi: ne pas réussir à me réchauffer même sous une couverture, décider du menu du weekend, aller chez mon papa et lui faire ses courses, on ne sait toujours rien que ce soit positif ou négatif – ce qui tempère quelque peu les mauvaises nouvelles du début de la semaine, un peu de couture mais rien de très passionnant, de la lecture, un cocktail 100% belge, She wore a yellow ribbon (John Ford, 1949)

Dimanche: prendre mon courage à deux mains pour aller à la zumba dans le froid, terminer la couture d’une jupe – c’est plus long que prévu et implique pas mal de couture à la main, préparation du plat du soir: un tajine de jarrets de veau aux panais, carottes et citrons confits délicieux, Red River (Howard Hawks, 1948)

Short diary of the week (167)

Lundi: de grosses insomnies – la pleine lune ou juste mes anxiétés par rapport à la semaine qui vient ?, et donc fatiguée et maux de tête latents mais ce n’est pas grave – je sais que je peux fonctionner presque normalement, l’après-midi est quand même longue, des courses de dernière minute, des débuts de valise, Masters of Sex, The Americans, sentir mon corps se préparer à l’insomnie sans réussir à la contrer

Mardi: bis repetita, un état proche de l’Idaho, difficile de se concentrer, rentrer faire une sieste, un détour par la gare du Midi, Digue du Canal, un dîner gastronomique de 8 services à Culinaria, juste wow !, rentrer avant la fin vu l’heure tardive, un agréable chauffeur de taxi

Mercredi: oups ça va être dur aujourd’hui, métro, train, avion, un deuxième avion, taxi, terrasse, un délicieux vin blanc, un resto, dormir

Jeudi: un bus, un bâtiment qui ressemble à un ovni qui s’est posé au milieu des collines, tout s’enchaîne parfaitement, gin tonic, délicieux repas de tapas et de steak galicien maturé, des concerts tous plus mauvais les uns que les autres

Vendredi: me lever tôt pour être sûre de ne pas rater le premier film, et en effet Jakarta Jakarta valait la peine, errer quelque peu, deux concerts, tenter de prendre les chemins de traverse et y renoncer de peur de me perdre, un long trajet de bus, quelques achats de livres, une tentative de sieste, un repas léger, les concerts sont bien mieux ce soir

Samedi: parler, voir un autre documentaire, voir un showcase, parler, boire un peu au drink, parler, parler même dans le bus du retour, boire, manger, concerts, le déluge, une fin de soirée un peu bizarre

Dimanche: mal dormi, encore plus fatiguée, promenade puis cérémonie de fin avec awards, concert très dansant de Calypso Rose, tapas, sieste, apéro, repas, tentative de concert, rester discuter entre amis jusque tard, rentrer un peu ivre en riant beaucoup avec Katrien

Short diary of the week (159)

Lundi: retour au boulot et retour du mal de tête, une conversation intéressante, envie de plein de livres, des maux de tête de plus en plus violents accompagnés de vertiges et courbatures, m’affaler sur le canapé, une légère accalmie, UnReal – début de la saison 2

Mardi: pas mieux – ça revient déjà dès le matin, et pourtant j’aimerais terminer une série de choses, un colis de livres dont deux que je n’aurais probablement pas achetés si je les avais feuilletés, poussée par les congés des prochains jours je termine ce qu’il faut terminer, mon mal de tête ne s’en porte pas mieux, enfin me détendre, lire un moment au jardin puis rentrer – rattrapée par l’humidité, UnReal, Anthony Bourdain Parts Unknown à Manille (saison 7), les maux de tête ont enfin diminué

Mercredi: a priori ça va mieux mais toute rechute est encore possible, ce patron va demander pas mal d’adaptations, lire au jardin, oh il est déjà temps de partir !, un Spritz au Mokafé, Parc Royal – zone VIP – superbe buffet avec barbecue, rencontre d’un couple passionnant, plein de connaissances, Sons of Kesmet – pas mal mais pas ma tasse de thé – trop de batteries et de cuivres, Imarhan – le rythme des chameaux touaregs qui met un moment à démarrer, la beauté du parc la nuit, la température qui diminue subitement en traversant une rue – ou le passage des quartiers à forte densité à celui des jardins, le sentiment d’avoir passé une excellente soirée

Jeudi: ravitaillement, commencer un livre de plus pour pouvoir varier les plaisirs le long de l’après-midi et de la soirée, UnReal

Vendredi: réveillée entre 1h et 2h pour cause de gamins hurlant et sautant dans la piscine, coudre une toile pour le haut de la robe rockabilly, réfléchir aux nombreuses adaptations nécessaires, en relisant ma PAL me rendre compte que j’ai déjà des livres sur certains sujets qui m’intéressent, lire au jardin, thon au lait de coco, Halt and Catch Fire – début de la saison 3

Samedi: la seconde toile résout les problèmes mais en crée d’autres – rien d’insurmontable, des courses, la chaleur collante, terminer un roman et en commencer un autre, lire aussi des livres d’histoire, un barbecue, me faire piquer, m’envelopper dans un grand drap blanc et profiter du jardin jusqu’à ce que la nuit tombe

Dimanche: retracer les dernières pièces du patron avec leurs adaptations, les épingler sur le tissu et me rendre compte qu’il a un sens, recommencer dans l’autre sens, vertiges et petite chute de tension, me dire que je ne terminerai aucun livre aujourd’hui et que dès demain j’aurai bien moins de temps à y consacrer, avoir froid (et oui, il fait moins de 25°), Halt and Catch Fire, UnReal

Short diary of the week (145)

Lundi: rassembler les recettes de cocktail qui demandent de la rhubarbe, quelle est la différence entre un sirop et un cordial ?, épinglage de la jupe pour la robe tiki (non, elle n’est pas trop petite comme je le craignais), devoir arrêter parce que la tirette prévue est trop longue (et pas envie de la couper), commencer un autre projet et hésiter longtemps sur la taille, traiter la rhubarbe en liqueur – cordial – sirop, utiliser le cordial dans un délicieux cocktail, Ennemi Public – deux épisodes, The Great British Sewing Bee

Mardi: un sommeil un peu agité mais pas trop déplorable en fin de compte, enfin une semaine où je peux me consacrer à l’écriture de textes, conférence refusée: ce n’est pas plus mal, un coup de pompe gigantesque en rentrant, encore un negroni détourné, The Leftovers, The 100, terminer mon livre

Mercredi: commencer le livre suivant – un mauvais choix – il sera juste survolé, des hésitations quant à Saint-Jacques de Compostelle: trois jours me sont payés mais je resterais bien plus longtemps, direction centre ville pour un resto improvisé avec Baba, direction l’AB pour un concert, magnifique performance de Jambinai – post rock déviant vers le metal de Corée – avec instruments traditionnels, les derniers mètres avant la maison sous l’averse qui commence et qui libère les odeurs de la terre

Jeudi: une nuit agitée et trop courte, ces pinaillages sur les budgets m’ôtent toute envie de travailler, conversation musique à midi – encore une qui aurait pu constituer le sketch parfait pour une série tv ou un film comme Clerks, où certaines chansons correspondent à mon humeur du moment, un aller-retour à Saint-Gilles mais sans résultat, envie de comfort food: pâtes aux lardons et fromage (et petits pois – l’excuse légume), The Leftovers, The 100

Vendredi: un nouveau roman parce que le précédent ne me semblait pas passionnant après 50 pages (et il en fait 700), en attente pour des billets Thalys, une grosse caisse, thon grillé, les deux derniers épisodes de The 100 – avec une tension insupportable

Samedi: Paris début juillet ! – les tickets sont finalement arrivés, à la recherche de recettes pour le w-e, plantation des tomates piments et courgettes, supprimer tous les myosotis fanés – ça fait tout de suite plus propre, bien fatiguée après ça, lecture au jardin, Jungle Bird – un drôle de cocktail à réessayer avec un autre rhum, The Leftovers (je m’endors presque), The Americans, toujours pas de pluie

Dimanche: il a enfin plu – ça fait du bien au jardin, pas d’énergie avant la zumba – beaucoup plus après, terminer la robe tiki sans en être tout à fait satisfaite, cuisiner un plat chinois et le laisser mijoter, The Leftovers, The Americans

Bilan culturel – février 2016

Romans:

  • Eleanor Henderson, Alphabet City
  • Fabrice Colin, La poupée de Kafka
  • Nicholas Christopher, The bestiary

(j’ai toujours autant de retard pour publier mes chroniques)

Livres documentaires:

j’en lis plusieurs de front mais aucun n’est terminé

Séries:

  • The Leftovers saison 1: je ne sais toujours pas si j’aime ou pas, c’est long et décousu, j’espère que la saison 2 sera aussi bonne qu’on le dit
  • The X-Files saison 10: plus nul que ça tu meurs
  • This is England ’86: dur et émouvant, comme le film
  • This is England ’88: dans la continuité de la saison précédente

Films:

  • This is England, un film très sombre sur des ados dans l’Angleterre de Thatcher
  • Ruined heart, une longue virée dans les rues de Manille sur un fond musical écrit par Stereo Total et des images superbes par Christopher Doyle. Hypnotique.

Documentaires:

  • Anthony Bourdain Parts Unknown saison 4
  • Salad days: A Decade of Punk in Washington, DC (1980-90): un documentaire passionnant sur le monde du hardcore, avec notamment Henry Rollins et Ian MacKaye

Musique:

  • A. Kostis, The Jail’s A Fine School: du rebetika en 78 tours (7,5/10)
  • Bali 1928 vol.IV: du gamelan et du chant de Bali avec un son qui crachote (7,5/10)
  • Bali 1928 vol.V: surtout du chant, ce qui rend le disque un peu plus difficile à écouter (7/10)
  • Hongthong Dao-Udon, Bump lam phloen, essential Hongthong Dao-Udon: morlam et lukthung des années 70 et 80 en Thaïlande, un de mes styles pop préférés (8/10)
  • Sea Pinks, Soft days: de la pop agréable à écouter (7/10)
  • Half Japanese, Perfect: rock un peu déjanté mais moins déjanté qu’avant (7/10)
  • Haïti: meringue et konpa 1952-1962: pas mal mais il manque le vrai travail d’un compilateur comme pour des labels anglo-saxons (Strut, Soundway…) (6,5/10)
  • Indian talking machine: – ou l’Inde en 78 tours. Un livre magnifique, une musique d’un autre temps (8,5/10)
  • Sunflower Bean, Human ceremony: rock avec fille qui chante et guitares (7,5/10)
  • DIIV, Is the is are: néo-shoegaze très mou (5/10)
  • Ryuichi Sakamoto & Alva Noto, The revenant: sombre et très prenant (8/10)
  • Carter Burwell, Carol: un petit air de Downton Abbey mais en mieux (8/10)
  • Alexandre Desplat, The Danish girl: un peu moins prenant que les deux précédents mais pas mal, quoique très classique (7/10)
  • Soul sok sega. Séga sounds from Mauritius 1973-79: des disques oubliés aux rythmes très rock et funk (8,5/10)

Spectacles/concerts:

  • Emanuela Lodato au PointCulture ULB: une belle découverte alors que j’y allais pour le travail et sans grand intérêt

Expositions:

  • Bloody Belgium au PointCulture Bruxelles (terminé – mais une nouvelle expo commence ce jeudi): photos de l’ère punk à Liège