Short diary of the week (200)

Lundi: wow – 200 !, comme prévu les démangeaisons me gênent très fort, arriver dans un bureau surchauffé et avoir du mal à le rafraîchir, enlever mes sandales et mettre mes tongs de bureau, avoir du mal à remettre mes sandales au moment de partir, la maison est restée relativement fraîche, m’installer au jardin et terminer le roman commencé le soir précédent

Mardi: l’idée de demander à collègue d’ouvrir la porte de mon bureau quand il arrive une heure plus tôt que moi était géniale, rien de spécial à raconter, regarder le dernier épisode de la troisième saison de Better Call Saul – une série un peu lente mais qui a sa personnalité propre par rapport à Breaking Bad, lire au jardin, regarder passer les avions au crépuscule, tenter de faire retomber la température dans ma chambre sans vraiment y arriver et devoir fermer les fenêtres à cause des mêmes avions

Mercredi: dormir profondément pendant seulement cinq heures c’est trop peu pour moi, un petit-déjeuner réunion, le bruit des jardiniers, traîner le matin (corriger les fautes des autres prend plus de temps que prévu) mais bien avancer l’après-midi, un temps record pour remplir la déclaration d’impôts en ligne (30 secondes de remplissage – 4 minutes pour vérifier que j’ai bien tout rempli), 27° chez moi à l’intérieur contre 32° dehors, si je cuisine aujourd’hui je pourrai éviter de devoir cuire des choses demain, au jardin avec un gin tonic et quelques livres pour profiter du solstice, 22h15: 21° dehors mais toujours 26° à l’intérieur

Jeudi: dormir profondément toute la nuit, le retour du gamelan javanais, un bureau aussi chaud que l’extérieur, fondre, finir par rentrer une demi heure plus tôt, trois gouttes de pluie, en fait ça se rafraîchit assez vite, Twin Peaks, The Good Fight

Vendredi: choisir des vêtements puis changer d’avis pour quelque chose de plus joli, les trucs du vendredi, parler avec les seuls collègues encore présents vers 17h, Doctor Who, Jamestown

Samedi: mais où est le soleil ? (les prévisions météo me dépriment déjà – je n’aime que le beau temps et la chaleur !), de la couture, un téléphone de mon papa pour me dire que je ne dois pas venir aujourd’hui (je sens qu’il y a eu une dispute avec sa compagne), moi non plus ce n’est pas la grande forme aujourd’hui, me rendre compte que la batterie de la voiture est à nouveau déchargée, avoir du mal à me calmer, de la couture à la main, faire mes courses, terminer la couture de la robe, terminer un roman, The man from the Alamo (Budd Boetticher, 1953), m’endormir tôt

Dimanche: des brouillons de billets de blog, TBBT S02 E14&15, la mesure de mon tour de taille ne ment pas: + 10cm en 5 ans, de la couture: hésiter entre plusieurs modèles de jupes, 2h30 plus tard la jupe sélectionnée est terminée, plein de petits trucs divers touchant au ménage et au jardinage, de la lecture, une nouvelle tentative de photos de mes derniers vêtements cousus, Jamestown, The Good Fight

Short diary of the week (199)

Lundi: des sensations de brûlures à mes deux plantes de pieds qui me réveillent en sursaut – probablement des piqûres de moustique – sauf que je ne l’entends pas – bien réveillée du coup – bref une mauvaise nuit, la liste de choses à écrire devient de plus en plus longue avec une deadline de plus en plus rapprochée, tentée par un projet mais c’est un projet qui m’angoisse un peu – laissons faire le sort, écrire et encore écrire, croiser Apolina dans la métro et discuter voyages, une rencontre qui m’a mise de très bonne humeur, fouiller mon armoire pour retrouver des colliers divers, Doctor Who, Jamestown

Mardi: une nouvelle mauvaise nuit – même les techniques de respiration ne fonctionnent pas, écriture – suite (huit petits articles urgents et divers plus longs moyennement urgents), sortir du tram et me retrouver comme dans un film: dire bonjour à mon collègue en camionnette, me faire interpeller par un autre à vélo, sourire à une mini gamine en pleine crise de larmes, saluer une ancienne compagne de classe à la boulangerie… avant d’enfin arriver à mon boulot, huit textes à écrire et les éliminer un à un, saturer à un moment et regretter de ne pas être libre de mes horaires – si cela avait été le cas j’aurais fait une longue pause pour reprendre plus tard et terminer, avocat et scampis – le combo gagnant, Better Call Saul, Anthony Bourdain Parts Unknown à Oman – superbe mais où sont les femmes ? zut les piles de mon Dodow sont plates…

Mercredi: et hop une troisième nuit agitée, terminer plein de textes sauf un à relire plus tard, le projet de lundi a été annulé, attaquer à nouveau le gamelan, rentrée vidée et sans envie de cuisiner, m’y mettre quand même parce que mon ventre crie famine, me battre avec un site pour acheter quelque chose, Twin Peaks, The Good Fight, enfin réussir à faire le payement pour ma commande

Jeudi: et de quatre, ouvrir un peu la tirette de ma jupe pour qu’elle tombe plus bas sur ma taille (oui j’ai grossi en deux ans), mille et un problèmes informatiques qui ralentissent le travail, tenter une cure de magnésium pour mieux dormir, me désabonner d’un compte instagram sur les voyages à cause d’une photo du couple en question trop glamour vulgaire qui ne correspond absolument pas à mes standards (et le site web était rempli de fautes d’orthographe – alors que mademoiselle fait de la communication comme métier), un cocktail insolite mais intéressant, American Gods, The Good Fight

Vendredi: et de cinq, partir à mon aise pour mon rendez-vous à la galerie Ravenstein, une réunion productive et intéressante, une proposition, les trucs du vendredi, rentrer chez moi avec un grand sourire – cette journée était vraiment bien même si je suis en manque de sommeil certain, tenter de ne pas m’endormir devant Café Lumière de Hou Hsiao-Hsien puis me laisser happer par les trains de Tokyo

Samedi: j’aurais probablement pu dormir plus longtemps mais mon cerveau s’est réveillé avant mon corps, une heure de couture – le haut de la robe est presque fini, la traditionnelle visite chez mon papa, tondre la pelouse et tailler la haie, me faire manger par des insectes mais ne pas voir les traces, de la lecture au jardin, forcée de rentrer – incapable de supporter le concert d’un cover band quelques jardins plus loin (ma dose d’énervement est montée très fort), Fargo, m’endormir toutes fenêtres fermées pour ne pas entendre le bruit

Dimanche: plein de rêves bizarres dont un inspiré par American Gods, me réveiller avec des démangeaisons: je compte huit piqûres d’insectes qui commencent à former une allergie – les prochains jours vont être difficiles, TBBT S02E12&13, de la couture, une nouvelle tentative de couture après le repas mais il fait trop chaud à l’intérieur, continuer à étudier la photo, de la lecture, cuisiner un plat indien qui prend un certain temps – plus que prévu en fait, terminer mon livre au  jardin et m’apercevoir qu’à 22 heures passées il fait encore clair

Short diary of the week (152)

Lundi: lundi matin = pas très en forme – c’est comme ça !, ne pas savoir si c’était une bonne idée ou non de mettre des bas, un mal de tête qui s’étend, une digestion très aléatoire, un dafalgan, Hell on Wheels, The Americans, espérer une bonne nuit de sommeil

Mardi: à nouveau en forme, oh mes livres sont déjà là !, un repas rapide, une soirée cocktails au 9e étage du Résidence Palace, retrouver des personnes rencontrées récemment et qui sont très vite devenues des amies, collision entre la blogosphère “food” et “lifestyle” – deux styles totalement différents, des cocktails trop sucrés et trop longs à obtenir, mais ce n’était pas ça l’important !, rentrer et découvrir mon allée presque terminée

Mercredi: avoir du mal à lâcher mon livre dans le métro, passionnée par l’histoire des migrations hors d’Afrique des homo sapiens, une conversation plus ou moins liée à ça avec un collègue, où il me précise que mes goûts musicaux (en classique – l’ancien, le baroque et le contemporain) font de moi une personne très sensible, le meilleur disque est à la fin, tenter de préparer un sac le plus léger possible, la finale de The Great British Sewing Bee

Jeudi: un sommeil un peu agité de peur de rater le réveil, métro, train, il fait déjà chaud à Paris !, une première expo, un repas sur les quai de la Seine, lecture sous un saule, une deuxième expo, une citronnade, promenade au Jardin des Plantes, un Perrier, un resto, maux de ventre malvenus qui bousculent mes plans et qui reportent à une prochaine fois la découverte d’un bar à cocktail – un peu frustrée donc

Vendredi: un départ à mon aise, des jolis tissus, deux expos, un thé glacé, des livres, une gare bondée, retour à Bruxelles où il fait beaucoup plus frais, fatiguée de ces deux jours

Samedi: les jardiniers bruyants sont déjà là – heureusement ils repartent assez vite, commencer le bruit de mon côté: tondre la pelouse et tailler la haie, même recouverte de citronnelle je me fais piquer par un minuscule insecte ailé, enfin une météo à barbecue !, lire au jardin jusqu’à ce que la nuit tombe

Dimanche: une lessive qui sera oubliée dans la machine jusqu’au soir, du repassage de nouveaux tissus, et puis plus rien – ou presque: lecture tout l’après-midi au jardin en bougeant de temps en temps le fauteuil pour suivre l’ombre, tester un cocktail du Smuggler’s Cove et être un peu déçue – mauvais choix sans doute, encore de la lecture, me sentir bien grâce à cette chaleur

Short diary of the week (104)

Lundi: fermer tous les rideaux pour empêcher la chaleur de rentrer, porter de nouveaux vêtements, un certain découragement à midi, est-ce parce que mon repas n’était pas bon ? est-ce parce que les w-e sont trop courts et que j’ai envie de faire plein de choses sans avoir le temps ? est-ce parce que la somme de travail à réaliser avant septembre au boulot ne me permettra pas de prendre des vacances ? est-ce parce que je me sens tout simplement dépassée ? et évidemment l’après-midi a été fort troublée et peu productive, il me reste du lait de coco – tentons une Piña colada !, True Dective – l’endormissement a été proche

Mardi: une télévision à l’écran défoncé sur le trottoir, hop ! enlever mes sandales et mettre mes tongs de bureau, rentrer et ouvrir toutes les fenêtre, envie d’un mojito un peu spécial, The Good Wife, Anthony Bourdain Parts Unknown: Nouveau-Mexique – cette deuxième saison est moins intéressante

Mercredi: des moustiques, des insomnies, une robe qui ne couvre pas beaucoup, deux plantes qui arrivent par la poste emballées dans plein de frigolite, pas énormément d’énergie, un chat qui veut rentrer dans mon bureau, de délicieuses boulettes aux olives avec tadziki, The Good Wife, lire au jardin dans la relative fraîcheur du soir

Jeudi: pas beaucoup d’énergie, toujours ce sentiment de tristesse qui tente de s’immiscer, me rafraîchir dans un centre commercial et trouver des soutien-gorges en soldes, The Good Wife, lire au jardin mais être distraite par mes réflexions: je n’arrive pas encore à me réapproprier ce jardin en été parce que j’ai trop de souvenirs de bons moments à deux

Vendredi: toujours assez peu efficace, partir plus tôt et trouver des sandales en soldes, puis trouver cette petite table de jardin qui était sold out au Casa près de la maison et donc la traîner dans le métro jusque chez moi, pas envie de cuisiner mais qui le fera si je ne le fais pas ?, The Good Wife, profiter du jardin et des températures qui ne baissent pas

Samedi: aussi chaud dedans que dehors, en profiter pour ne pas faire grand chose, lire au jardin, découper un patron pour une nouvelle robe, expérimentation de cocktail, thon au lait de coco, The Good Wife, un peu de fraîcheur, un feu d’artifice au loin

Dimanche: réveillée tôt, quelques exercices, mes pauvres genoux qui font mal depuis quelques jours n’aiment pas trop, découpage de tissu, pester sur Burda qui m’a fait faire des fautes dans les marges de couture, pester sur Burda bis à cause des explications incompréhensibles – surtout qu’il y a moyen de monter cette robe bien plus facilement, du vent et encore du vent mais toujours pas une goutte de pluie, et au moment où j’écris ça la pluie commence à tomber, plein d’ail !, enfin trouver l’envie pour une séance photo au jardin, un sourire échangé avec ma voisine qui me surprend en train de prendre des poses, Anthony Bourdain Parts Unknown: Copenhague – ou plus précisément le Noma

Summer

J’adore l’été, j’adore le soleil, j’adore la chaleur ! J’ai profité de ce beau temps pour prendre quelques jours de congé et mes journées se passent allongée sur mon lit de jardin, sous les noisetiers et le sumac. Je lis des livres de plein de pages, je bois du thé glacé, je prépare des salades pour le soir, ou un barbecue. Je reste dehors jusqu’à ce que le soleil se couche et au-delà, observant la chauve-souris qui vole au-dessus de moi à la recherche de son repas. J’allume quelques bougies jusqu’à ce que l’humidité devienne trop importante. J’adore ces journées passées à ne rien faire, sans aucune obligation. Je profite !