Short diary of the week (154)

Lundi: oh mais cette robe cousue l’année passée serre un peu maintenant – et que faire pour les bretelles ne tombent pas tout le temps ?, un repas dehors sur les nouvelles tables de pique-nique, oui mais non, un pineapple daiquiri, trouver le lendemain matin ce qui manquait à mon plat niveau goût, Hell on Wheels, lecture au jardin avant l’invasion de moustiques

Mardi: ce chat qui observe la rue depuis la fenêtre ouverte du premier étage, un colis, deux colis – il est temps que je prenne congé pour lire tout ça, pas envie de préparer à manger, un gin tonic au jardin, rentrer juste avant les moustiques

Mercredi: ce n’est pas ma robe préférée mais sans doute la plus agréable à porter avec les températures tropicales, peut-être que je devrais en coudre une nouvelle en ajustant ce qui ne va pas ?, terminer mille et une choses, faire des courses pour moi et mon père, décliner le verre de vin blanc en plein milieu de l’après-midi, lire au jardin avec quelques aller-retours lors des quelques gouttes de pluie, un délicieux plat inspiré par la chaleur: scampis et salade asiatique avec piments – basilic thaï – coriandre, me faire piquer – évidemment, sortir la couverture pour me protéger alors qu’il fait encore chaud

Jeudi: les perruches gazouillent, préparer quelques billets de blog, décider de coudre mais finalement la matinée est passée, une après-midi à l’ombre avec livres et thé glacé, un repas très local: courgette – tomate – basilic du jardin, Indian Summers

Vendredi: et donc le thé c’est uniquement avant midi, aller au marché pour des cerises et revenir avec une commande de nouvelles lunettes de soleil, tondre la pelouse et couper les bordures, lecture, Black Sails saison 2, Indian Summers

Samedi: et bien j’ai dormi 11 heures cette nuit…, parler politique et voyages avec mon correspondant thaï, oups et bien il quasi midi !, un mal de tête qui commence, des courses, un début de taille de haie (celle en lierre), lecture – encore – au jardin – mon activité préférée de l’été, le mal de tête empire – j’ai peut-être trop dormi en fait, reprendre du Dafalgan et préparer des cerises au marasquin, un plat birman facile à préparer, Black Sails, Indian Summers

Dimanche: lister dans ma tête les activités de la journée – bien trop nombreuses pour une journée !, tailler le reste de la haie de lierre – le matin il fait moins chaud !, quelques billets de blog en préparation, de la lecture, un barbecue avec une nouvelle recette birmane, Hell on Wheels – la fin

Maraschino cherries

Vous ne trouvez pas que les cerises au marasquin de supermarché sont très chimiques ? de goût et de couleur ? Pour la couleur, j’ai lu que les cerises étaient d’abord blanchies puis recolorées avec du colorant. Bref, quand j’ai vu sur Njam (une chaîne de tv flamande consacrée à la cuisine et site associé) que Manuel Wouters mettait dans ses cocktails des cerises au marasquin préparées lui-même et qu’il précisait que la recette était sur le site, je me suis dit que je devais tester ça. J’ai d’abord dû attendre la saison des cerises évidemment, et évidemment j’écris ce billet quand elle est passée ! Mais peu importe, je vous la traduis en y rajoutant mes commentaires.

  • 750g de cerises sucrées avec tige (j’en ai fait 500g, c’est amplement assez pour une première fois. Il suffit juste de diviser les autres quantités)
  • 250ml d’eau
  • 125ml de jus de raison rouge
  • 100ml de jus de citron
  • 300ml de liqueur au marasquin (j’ai pris de la Giffard, qui est bonne mais qui n’a pas ce petit goût fumé si caractéristique de la Luxardo – une bonne manière donc de la liquider !)
  • 250g de sucre fin
  • 1 pincée de sel
  • 2 anis étoilé (attention, ça goûte assez fort, peut-être qu’un pourrait suffire)
  • 2 cuillères à café d’extrait d’amande (je n’en ai pas, je l’ai remplacé par du sirop d’orgeat)

Mettre tous les ingrédients sauf les cerises, la liqueur au marasquin et l’extrait d’amande et porter doucement à ébullition jusqu’à ce que le sucre soit fondu.

Ajouter les cerises et l’extrait d’amande et faire bouillir doucement pendant 10 minutes. Laisser refroidir et ajouter la liqueur de marasquin.

Conserver au frigo dans un bocal en verre.

Enjoy ! C’est délicieux dans un Manhattan comme sur la photo !

UPDATE: ça ne conserve pas longtemps du tout, même au frigo. Là en ouvrant le bocal, ça a quasi explosé à cause de la fermentation… Dommage ! Je réessayerai en les mettant dans de l’alcool plus fort.