The Dr. Who Experience

Cardiff est une petite ville de province et n’offre pas énormément de choses à voir mais c’est la ville où sont tournés pas mal d’épisodes de la série Dr. Who. C’est en sachant cela que j’ai commencé à regarder la série à partir du mois de septembre, engloutissant deux saisons et demi en deux mois (et je suis accro). La BBC a construit un grand bâtiment avec des attractions et expositions sur le sujet. Y aller seule n’était pas la chose la plus enthousiasmante que je pouvais faire mais ne pas y aller aurait été encore plus regrettable. Et comme il fallait passer par Cardiff Bay pour y accéder, j’ai finalement passé une très belle matinée. J’y étais assez tôt, il y avait quelques familles avec de petits enfants, des ados et des couples.

La première partie est interactive. Nous sommes dans un musée avec tous les objets venus de différents coins de l’espace quand nous sommes attaqués. Le Docteur nous invite à le rejoindre dans son Tardis qui évidemment fume et bouge beaucoup au décollage. Ce sont les Daleks qui sont derrière tout ça ! La séquence est pleine de bruits angoissants, les touts petits ont vraiment eu peur, s’accrochant aux jambes de leurs parents… mais le Docteur est là pour nous sauver, avec de la 3D et tout !

La deuxième partie est l’exposition en tant que telle: il y a plusieurs Tardis différents, avec des consoles de différentes époques, les costumes des docteurs successifs, plein de monstres et personnages, une armée de Daleks mais aussi de Cybermen, avec leur évolution depuis les débuts de la série dans les années 60. La plupart des costumes sont originaux, les autres ont été reconstitués pour l’expo. Et évidemment, la visite se termine au magasin où il y a moyen d’acheter plein de souvenirs !

Si vous passez par Cardiff et que vous aimez le Dr. Who, n’hésitez pas à visiter l’endroit !

(j’ai fait plein d’autres photos avec mon appareil photo mais j’ai un peu la flemme de les trier, recadrer et uploader…. l’iPad, c’est tellement plus facile !)

4 days in Cardiff

A la fin du mois d’octobre, je pars en général quelque part en Europe pour le travail. Cette année, c’était Cardiff, dans le Pays de Galles, qui était au menu, le genre d’endroit où je n’aurais jamais pensé mettre les pieds. J’ai longtemps hésité sur le moyen d’y arriver vu qu’il n’y avait pas de vol direct depuis Bruxelles. J’ai finalement opté pour l’Eurostar jusque Londres, puis le train jusque Cardiff – ou une journée de voyage de 7 heures environ, retards compris. En avion via Bristol, cela aurait pris autant de temps et donc l’option train était pas si mal. On oubliera juste le peu de confort des trains britanniques.

Mes après-midi et soirées étaient occupées par le travail: prendre contact avec des gens, organiser des événements futurs, boire des verres, voir des concerts. Ce qui me laissait les matinées pour découvrir la ville. Mon hôtel, l’Holiday Inn Express, avait été choisi pour sa situation à mi-chemin entre le lieu de la foire en journée et les salles de concert du soir (il était un peu plus proche des concerts, ce qui était d’autant mieux). C’est le genre d’hôtel fonctionnel, aux chambres de bonne taille et très propres mais sans rien de plus. Le petit déjeuner par contre était industriel et pas très appétissant (des omelettes aux œufs chimiques, du pain à toast sans goût, des croissants tout secs… je ne parle même pas des beans et saucisses). Cette situation à mi-chemin signifiait aussi qu’il était dans un espèce de no-mans-land, dans un quartier résidentiel moderne pas très animé, au bord d’un plan d’eau qui était un ancien dock du port.

Eddy n’a pas trop apprécié la vue depuis ma chambre

Tant qu’on n’est pas dans le centre de Cardiff, c’est une ville moderne assez moche, avec grands bâtiments et tunnels divers. Le centre est complètement piétonnier et des bâtiments anciens se mêlent à des plus modernes, tous avec des magasins. Quelques jolies arcades victoriennes relient les différentes rues. Agréable pour flâner, tant que la ville n’est pas envahie par des supporters de rugby présents pour l’ouverture de la Rugby League le samedi. Je suis aussi passée par un petit marché couvert assez ancien où les échoppes alimentaires se partageaient la place avec des stands de brols du genre tout à un euro. Je suis passée près du château mais je n’ai pas investigué de plus près.

Les arcades dans le centre piétonnier

Drink more Brains – ou le côté industriel de Cardiff

De l’autre côté du quartier résidentiel se trouve Cardiff Bay, un quartier développé récemment sur les terrains de l’ancien port. C’est là que se trouve la très belle salle de concert, le Millenium Center, ainsi que de nombreux restaurants. La matinée où j’ai flâné par là, il faisait beau, avec quelques nuages, et assez venteux mais j’en garde le souvenir d’un moment très agréable, avec une belle lumière. Je ne me serais sans doute pas promenée par là de jour si je n’avais pas eu un but précis… (suite au prochain épisode)

A gauche, le Millenium Center, grande salle de concert

Cardiff Bay

Short diary of the week (53)

Lundi: je veux mon lit

Mardi: mieux dormi, plus d’énergie mais une certaine fébrilité/angoisse avant mon départ, réimprimer tous les documents nécessaires pour mon voyage pour être sûre – au cas où, rentrer plus tôt mais me retrouver coincée avec les ados dans le tram, valise, Dr Who

Mercredi: pieds, métro, un thé au business lounge de l’Eurostar, train, retrouver des gens dans le train, Londres, métro, retrouver Étienne à Paddington, train, arrivée à Cardiff, taxi, hôtel, pieds, Womex, retrouver Katrien, pieds, canard aux cerises, concert folklorico-bolchoï, trop de vin

Jeudi: mauvais petit déjeuner, ballade à Cardiff, foire, concerts, se poser, drink alpin, drink et buffet finlandais avec un super concert de Pekko Käppi entre folk et metal, sieste, drink breton, bouts de concerts

Vendredi: se promener dans Cardiff Bay sous un beau soleil, rencontrer le Docteur et me faire presque exterminer par les Daleks, concert avec trop de blabla, barmaid au drink belge, sieste, resto sur les quais, bouts de concerts, la fatigue est sérieusement là

Samedi: météo maussade, promenade dans le centre de Cardiff mais trop de magasins et de supporters de rugby, un sandwich de chez Marks & Spencer comme au bon vieux temps, concerts, l’attaque du Maori, documentaire sur John Fahey, pas eu l’occasion d’obtenir un mojito et rentrer à l’hôtel, vent, ressortir dans la tempête sous une forte pluie, manger au Wagamama, trois concerts intéressants, rentrer seule par le chemin isolé

Dimanche: taxi, train bondé, Londres, métro, abandonner Étienne, trouver mon hôtel et m’installer, aller à la Tate Modern via le Millenium Bridge, manger au restaurant tout en haut, flâner dans les collections entre la foule, me promener, rentrer épuisée, Downton Abbey à la tv, dormir