The scarlet poinsettia dress

Après mon retour de vacances, je voulais une nouvelle robe très rapidement. Et comme Noël approche, je souhaitais utiliser le tissu “scarlet poinsettia” de Michael Miller, acheté chez Tomato à Tokyo. J’ai donc repris mon modèle habituel fortement modifié de chez Burda (modèle 121 de novembre 2012), avec une encolure ronde et la “side pleated skirt” de l’Ultimate Dress Book de Gertie. J’ai également allongé le corsage d’1,5 cm parce qu’il ne descendait pas jusqu’à ma taille dans les précédentes versions. 

Trois weekends plus tard, ma robe était prête.

TheScarletPoinsettiaDress01

TheScarletPoinsettiaDress04 TheScarletPoinsettiaDress03 TheScarletPoinsettiaDress02

The Ahoy Ahoy dress

Je n’ai pas grand chose à dire à propos de ma nouvelle robe. Il s’agit du même modèle que The Sailing Geishas Dress cousue cet hiver, avec des manches plus courtes et un petit ajustement du décolleté: il est un peu moins plongeant et le V est un peu différent. Il s’agit donc de la combinaison du haut du modèle 121 de novembre 2012 de Burda et de la jupe de B6380 (Gertie for Butterick) cousue en tissu Skelewags d’Alexander Henry, acheté à Hong Kong sur le site Kawaii Fabrics (les prix sont raisonnables mais il faut compter les frais de douane).

J’ai choisi son nom en m’inspirant bien évidemment des pirates, mais aussi de la chanson Ahoi de Yat-Kha que j’aime beaucoup (et qui n’a rien à voir avec les pirates).

The Ahoy Ahoy dress

The Ahoy Ahoy dress

The Ahoy Ahoy dress

The Ahoy Ahoy dress

The Ahoy Ahoy dress

The return to paradise dress

Thereturntoparadisedress003

Après la robe précédente qui a été longue à réaliser, je voulais une couture facile. Je me suis donc tournée vers mon patron fétiche, le haut de la robe Burda modèle 121 de novembre 2012. J’ai à nouveau modifié l’encolure, recopiant celle de la robe Butterick B5032 et pour le jupe, j’ai choisi la “side pleated skirt” de l’Ultimate Dress Book de Gertie.

Le tissu est d’Alexander Henry, Kasuku Jungle, aujourd’hui indisponible (sauf peut-être en cherchant bien). Il m’a un peu déçue par ses couleurs un peu moins franches que prévues (ce qui ne se voit pas trop sur les photos). Une couture facile pour un plaisir immédiat !

Je l’ai baptisée en pensant à ce morceau de Martin Denny.

Thereturntoparadisedress004

Thereturntoparadisedress002

Thereturntoparadisedress001

Coudre sa garde-robe de voyage

L’année passée déjà, avant de partir au Sri Lanka, je me suis rendue compte que je n’avais plus vraiment les vêtements appropriés pour partir en voyage dans des pays qui demandent d’être un peu couverts. Ma prise de poids des dernières années a éliminé la majorité des pantalons que je réservais à ça et mes quelques jupes étaient soit trop courtes soit usées. J’ai donc commencé une couture spécifique en 2016 mais je n’ai jamais pris le temps de publier mes créations. Mon voyage en Inde de cette année m’a permis de compléter ma garde-robe et je pense que je suis maintenant parée pour les prochaines années ! J’ai tenté pendant mon séjour au Rajasthan de me faire prendre en photo avec ces nouveaux vêtements, ce qui me permet de publier un article presque complet (il manque un pantalon que je n’ai pas pris avec moi cette année, venant du Knipmode et réalisé en tissu de coton beige).

Le modèle paréo du patron Butterick 6354 est parfait pour les longues jupes à emmener en voyage et très rapide à coudre. J’en ai cousu deux en taille 44, l’une plus longue que l’autre, dans des tissus achetés quelque part en Asie (sans doute au Cambodge).

146-India-Jaipur

JupeGertie001

J’ai également cousu deux jupes froncées sans suivre de patron: deux pans de tissus, une bande à la taille et une tirette sur le côté. Le tissu gris est le reste d’une des premières robes que j’ai cousues et vient des Tissus du Chien Vert, le batik vient de chez Nostex à la Chasse (quand c’était encore Joyce).

031-India-Agra

500-India-TharDesert

Je cherchais aussi un modèle de jupe à coudre dans un bout de tissu assez limité et mon attention a été portée sur le modèle à boutons Burda, Hors série Printemps-Eté 2014, numéro 49H, modèle 2C (taille 44). Elle demande un peu de temps mais je suis contente du résultat. Je trouve juste que les parementures sont un peu rigides à cause de l’entoilage, surtout celle de la patte à boutons. Comme j’ai horreur de coudre les boutons à la main, j’ai craqué pour le pied spécial de ma machine à coudre. C’était cher mais tout a été cousu en moins de 30 minutes et je ne regrette pas mon achat. Le tissu vient du Chien Vert.

702-India-Chittorgarh

The Oh so pink skirt

Chaque année, dès qu’il fait froid, je me retrouve avec ce besoin de nouveaux vêtements chauds. Et c’était encore pire le mois passé: mes jupes plus anciennes sont pour la plupart devenues trop petites.

J’avais du tissu et j’ai repris un patron testé et approuvé, dont j’ai tracé la taille supérieure. En un weekend, j’avais de quoi m’habiller chaudement à nouveau (j’avoue, j’ai aussi acheté quelques vêtements).

Il s’agit du modèle n°120 du Burda de juillet 2012, cousu ici pour la quatrième fois, dans un tissu de lainage à dominante rose acheté aux soldes de l’hiver passé aux Tissus du Chien Vert. La doublure vient sans doute d’une troc party ou d’une trocante.

Je n’ai pas fait fort attention en coupant le tissu et les carrés ne correspondent pas partout, mais cela ne me dérange pas. Je voulais surtout avoir rapidement une nouvelle jupe.

Theohsopinkskirt01

Theohsopinkskirt02

Theohsopinkskirt03

The yodelling cowgirl dress

robe_cowgirl5

Je n’ai plus rien écrit à propos de mes projets couture depuis l’automne et ce n’est pas faute d’avoir cousu – une dizaine de vêtements ont rejoint ma garde-robe, y compris trois pièces pour mon voyage au Sri Lanka. Ce qui m’a empêché d’en parler ici, ce sont les photos. Difficile en effet de faire des selfies de soi en entier et mon grand miroir est placé à un endroit trop sombre, au décor peu intéressant – dans le hall d’entrée face à la cage d’escalier. A cela, il faut rajouter mon côté introverti qui n’a pas osé déranger ma voisine Carol et les faire au boulot, c’est toujours un peu compliqué. Et l’appareil photo fixé sur un pied alors ? Mon expérience m’avait déçue: je trouvais les photos floues. Pour résoudre ce problème, j’ai acheté une télécommande pour mon Nikon. Sauf que là, c’est la procrastination qui a frappé ! Et longtemps, plus d’un an. J’ai parfois une crainte exagérée de la technique et j’ai longtemps eu peur que ce soit très compliqué à installer. Il y a deux mois, j’ai ressorti l’appareil photo; il y a un mois, j’ai rechargé sa batterie; dimanche, je me suis enfin lancée. Evidemment, il n’y avait rien de spécial à installer, juste trouver le bouton sur lequel appuyer. Tout ça pour ça donc.

robe_cowgirl4

Je me suis donc lancée dans une séance photo au jardin, tentant de sourire (ou pas) et regardant souvent sur le côté ou en l’air tout en essayant de cacher la télécommande. Le résultat, ce sont quelques photos plus ou moins réussies mais je trouve que certaines sont toujours un peu floues. La faute de l’appareil photo qui se fait vieux ou juste un problème de mise au point ? (Des idées pour résoudre ce problème ? J’ai pensé que je pourrais mettre une chaise à l’endroit où je compte me placer et faire la mise au point sur celle-ci, pour ensuite l’enlever et me mettre à sa place.) J’ai par la suite passé toutes les photos dans Polarr (j’adore cette app) pour améliorer le contraste et la luminosité.

robe_cowgirl1

Oui, mais la robe ?

Elle est la combinaison du haut Burda (robe 121 de novembre 2012) que j’utilise tout le temps et que j’ai beaucoup modifié – dans ce cas, j’ai à nouveau changé l’encolure – et d’une jupe du Ultimate Dress Book de Gretchen Hirsch, la “side pleated skirt”. Mon tissu de 110 cm n’était pas assez large pour faire entrer le patron mais comme il ne manquait que quelques centimètres, j’ai juste réduit l’angle de la ligne de la couture côté en repliant le patron jusqu’à ce qu’il rentre dans mon tissu.

robe_cowgirl3

Elle est cousue en tissu de coton d’Alexander Henry, From the hip que j’ai acheté lors des soldes d’hiver chez Het Machien, un webshop belge au service très efficace. Je ne suis pas sûre que les cowgirls font vraiment du yodel mais ça pourrait, et comme j’aime ça… Pour la première fois, j’ai compté le temps que je mettais pour terminer une robe et je peux donc dire qu’il me faut environ 6 heures de travail, une fois le patron déjà approuvé et à ma taille. Sachant que je n’arrive à me concentrer que deux heures de suite, il me faut donc trois jours.

robe_cowgirl2

Si vous voyez des plis sur les photos, c’est parce que je me tiens mal; quant au col qui rebique un peu, c’est ma faute, j’ai pensé très fort à stabiliser l’encolure avec une couture mais je l’ai oublié. A part ça, je l’aime beaucoup et je sens que je vais souvent la porter en toutes saisons.

S’il ne pleut pas le weekend prochain et s’il ne fait pas trop frais, je fais une nouvelle séance photos. En attendant, cadeau:

 

The little Mount Fuji dress

Pendant les soldes estivales, j’avais acheté une série de tissus sur des webshops flamands, Babarum et Liesellove (qui est en liquidation totale pour le moment). Le choix avait été difficile mais j’ai sélectionné un coupon de 2m50 chez Cotton + Steel, dessiné par Saras Watts (à nouveau), dans la collection de l’automne 2014 nommée Tokyo Train RideDrawnings from my trip to Japan (j’achèterai Kamakura au Japon quelques mois plus tard). Comme je trouvais évident d’avoir un vêtement avec ce tissu pour mon voyage, j’ai choisi un patron testé et approuvé, la robe Burda transformée pour ressembler à la robe Emery. J’ai rallongé le corsage d’un centimètre pour qu’il tombe mieux sur ma taille mais pour le reste, je n’ai pas fait de changement.

La couture s’est déroulée sans soucis mais au moment de l’essayage, j’ai constaté que le col en V dans le dos baillait. En cousant la parementure, j’ai malheureusement étiré le tissu (je n’avais pas cousu de piqûre de renfort comme certains patrons conseillent parfois – je le retiendrai pour les réalisations suivantes). J’ai décousu, un peu bidouillé et cela baille beaucoup moins. Ce n’est pas parfait mais cela ne se voit pas trop. J’adore ma robe et elle a déjà été beaucoup mise, à Budapest notamment, mais elle n’est pas sortie de ma valise au Japon, je ne me sentais pas assez à l’aise pour la mettre. A nouveau, les photos ont été faites sur mon mannequin pour pouvoir enfin la publier ici.