A year of culture – 2019

Un bilan de mes activités culturelles, gastronomiques et de couture de l’année passée.

J’ai beaucoup moins lu que l’année passée, je ne suis même pas arrivée au total de 60 que je m’étais fixée sur goodreads. Je pensais que j’avais lu des livres plus épais et donc autant de pages que l’année passée, mais ce n’est pas le cas. C’est à partir de l’été que j’ai commencé à accumuler du retard – je n’ai pas vraiment d’explications, à part peut-être que j’ai voulu nettoyer quelque peu ma PAL et que j’ai donc commencé puis abandonné pas mal de livres. De toutes façons, ce n’est pas très grave. Je répéterai cet objectif de 60 livres pour 2020 et on verra bien le résultat en fin d’année.

J’ai lu essentiellement des auteurs américains, mais aussi asiatiques, et beaucoup étaient des femmes, ce qui est une constante ces dernières années.

Mes favoris (je n’arrive pas à sélectionner de préféré comme l’année passée):

  • Aline Kiner, La nuit des béguines
  • Elisa Shua Dusapin, Hiver à Sokcho
  • Pitchaya Sudbanthad, Bangkok wakes to rain
  • Richard Wagamese, Starlight 
  • Tanya Tagaq, Split tooth
  • Ogawa Ito, La papeterie Tsubaki

et pour la non-fiction:

  • Patrick Winn, Hello shadowlands
  • Mona Chollet, Sorcières – La puissance invaincue des femmes
  • Manon Labry, Riot Grrrls: chronique d’une révolution punk féministe 
  • Anne Llewellyn Barstow, Witchcraze. A new history of the European witch hunts
  • Roger Crowley, Conquerors. How Portugal forged the first global empire
  • Matt Pietrek & Carrie Smith, Minimalist tiki. A Cocktail Wonk look at classic libations and the modern tiki vanguard
  • Laura Spinney, Pale rider. The Spanish flu of 1918 and how it changed the world

J’ai vu 32 saisons de séries, mais parmi celles-ci, il faut compter mon re-visionnage de Buffy et Angel, toujours en cours d’ailleurs. Parmi les autres, voici mes préférées:

  • Crazy ex-girlfriend
  • Sex education
  • Derry Girls
  • Chernobyl
  • Gentleman Jack
  • Unbelievable
  • Modern love
  • Midnight Diner – Tokyo Stories
  • The Crown

J’ai continué à regarder des westerns et des films de Hong Kong, je viens de commencer un cycle cinéma japonais, mais j’ai vu très peu de films actuels. Cela fait 23 films, 8 de moins que l’année passée.

Je suis sortie trois fois hors des frontières, avec une semaine à Madère (un voyage pas tout à fait satisfaisant au niveau des visites mais qui a permis de me reposer), quatre jours à La Haye (avec plein d’art contemporain et de bons restos) et trois semaines au Japon (pour remplacer un séjour à Hong Kong que j’ai annulé par crainte des émeutes). J’espère pouvoir à nouveau partir trois fois en 2020, selon plus ou moins le même schéma (deux voyages courts et en Europe, un long et lointain).

Au niveau culinaire et cocktails, je suis retournée dans mes bars favoris (The Modern Alchemist, LIB) et découvert Chez ta Mère et Edgar’s Flavors. J’ai également passé un très bon moment à Blend, de la Brussels Cocktail Week. Au niveau culinaire, je retiens Chez Luis, un Portugais de Saint-Gilles, UMAMI by Han à La Haye (cuisine fusion-asiatique) et Nénu, nouvelle cuisine vietnamienne dans la quartier Louise.

J’ai eu le temps de coudre 14 vêtements, dont trois fois la même jupe, mais surtout plusieurs robes.

This was 2019

S’il y a bien quelque chose qui a marqué mon année, ce sont les péripéties à mon travail. En début d’année, j’espérais une année calme et sereine après tous les déboires autour de la vente de la maison de mon papa. Et en effet, les premiers mois ont été calmes, jusqu’au moment où la direction a pris une décision sans appel quant au futur de l’institution, décision qui me forcerait à changer de fonction. Syndicat et comité des usagers ont lutté de longs mois – et même si je soutenais complètement cette lutte, je me suis sentie très mal à l’aise lors des assemblées générales et autres rassemblements de groupe. Je détestais déjà ça et c’est encore pire aujourd’hui.

Quatre propositions de nouvelles fonctions ont été faites et je savais clairement que je souhaitais devenir rédactrice. Cela a mis quelques mois mais finalement en septembre, j’ai commencé à écrire. Ce n’est qu’en novembre que j’ai officiellement changé de chef et cela a été un soulagement indescriptible – cela faisait des années que je vivais très mal la relation avec l’ancien.

Et puis, l’avant-veille de mon départ en vacances, coup de théâtre: la ministre oblige la direction à faire marche arrière. Ce qui est une excellente nouvelle mais qui pose problème par rapport à mes fonctions actuelles et anciennes. Fin décembre, j’ai donc repris mon ancien travail, tout en restant rédactrice, mais je me rends compte que cela me pèse. J’aimais cette liberté de ne pas devoir gérer cette coulée continue et de pouvoir me concentrer sur un sujet avant de passer au suivant, sans être constamment interrompue par des questions plus administratives. Il faudra voir comment tout ceci évolue en 2020 et il est clair qu’il y aura encore beaucoup de questions à résoudre.

Au niveau personnel, j’ai beaucoup pensé à ma solitude de célibataire et nullipare et cela a pesé. Je n’arrive pas à me dire que tout ira bien si jamais je suis gravement malade ou que j’ai un accident (qui ira faire mes courses, qui me tiendra la main si j’ai mal, qui sera là tout simplement). Alors, il y a des chances que je ne tombe pas malade, et beaucoup de choses sont organisables, mais ce n’est pas la même chose que quelqu’un de proche. Et même après une dure journée au boulot (il y en a eu beaucoup), j’aurais bien aimé juste pouvoir en parler à quelqu’un le soir. Mon papa n’écoute plus vraiment depuis un certain temps et nos relations n’ont pas toujours été simples – mais avec lui, c’est par périodes et je sais que je dois profiter des moments où il est de bonne humeur et qu’il va bien. En même temps, j’aime vivre seule la plupart du temps, prenant les décisions que je souhaite quand je les souhaite; je voyage, j’ai des amis (même si tout n’a pas été rose de ce côté là) et des chouettes collègues et voisins.

J’ai voyagé trois fois cette année, commençant par une semaine à Madère, où je me suis reposée et où j’ai profité de températures clémentes en plein hiver. Début juillet, j’ai passé quelques jours à La Haye, une agréable ville où j’ai très bien mangé. J’avais à ce moment-là déjà réservé un voyage à Hong Kong, juste avant que les protestations suivies d’émeutes ne commencent. J’ai espéré tout l’été mais cinq semaines avant mon départ, j’ai préféré tout annuler et réserver un autre voyage au Japon. Vu que c’était en dernière minute, ce séjour a été moins bien organisé mais j’ai malgré tout passé trois excellentes semaines sur place. Et je réfléchis déjà à mes projets pour 2020.

L’été et le début de l’automne ont été occupés par les travaux de ma cuisine et de mon salon. J’ai tout vidé à mon aise, rangeant un peu par la même occasion la cave, puis j’ai tout remis (ou presque) en une semaine de congé après la fin des travaux. Je suis vraiment contente de ma cuisine (même si j’ai mis un peu de temps à m’adapter) et du nouveau coin tv qui est beaucoup moins en désordre qu’avant sans les étagères à cd qui sont restées en haut et grâce au nouveau meuble tv. Quant au bleu foncé sur le mur, il est juste parfait.

Si j’en crois l’astrologie chinoise, 2019 marque la fin d’un cycle de 12 ans. En janvier nous entrons dans l’année du rat, qui est aussi mon signe. Et c’est aussi la fin d’une décennie. Elle avait mal commencé mais je n’étais pas encore consciente à ce moment-là que les premières années seraient aussi difficiles. J’ai eu un peu de répit et puis les soucis avec mon papa ont commencé, et puis ceux au travail. Tout cela m’a évidemment changée, mais en mieux, j’en suis persuadée.

Je vous souhaite à tous une très belle nouvelle année !

A year of culture – 2018

Ou un bilan de mon année culturelle.

La grande nouveauté en lecture, c’est mon inscription à Goodreads. Je m’étais fixée un but de 50 livres que j’avais quasi atteint à la fin de l’été et j’ai donc augmenté la jauge à 70. J’y suis arrivée mais j’ai dû ruser en fin d’année, ne lisant plus que des livres très courts (ce qui fait un total de 21 561 pages). Du coup, pour 2019, j’ai mis 60: cela met un peu de pression et me donne la latitude pour lire plus de pavés. J’ai d’ailleurs trié ma PAL et j’aimerais éliminer les livres les plus anciens, quitte à les abandonner après quelques pages.

Le livre le plus long était Bellefleur de Joyce Carol Oates, et les pays d’origine des auteurs se partagent essentiellement entre les Etats-Unis, l’Inde et le Japon. Mai, juin et juillet sont les mois où j’ai terminé le plus de livres, mais certains, comme les livres d’histoire, avaient été commencés pendant l’hiver.

Quels sont mes favoris (en gras, mon préféré) ?

  • Jean Hegland, Dans la forêt 
  • Mayumi Inaba, La péninsule au 24 saisons 
  • Gabriel Tallent, My absolute darling
  • Lisa Ko, The leavers 
  • Anthony Bourdain, A cook’s tour 
  • William Finnegan, Barbarian days: a surfing life
  • Tan Twan Eng, The garden of evening mists
  • Stefan Hertmans, De bekeerlinge
  • Richard Wagamese, Cheval indien

Et en non fiction:

  • Peter Frankopan, The silk roads. A new history of the world
  • Jeff Berry, Beachbum Berry’s sippin’ safari (10th anniversary edition) 
  • Tokyo totem. A guide to Tokyo 
  • Mary Beard, SPQR. A history of ancien Rome
  • Matt Goulding, Rice noodle fish. Deep travels through Japan’s food culture
  • Ned Sublette, Cuba and its music

J’ai vu 27 saisons de séries cette année, 11 de moins que l’année passée. J’ai été moins emballée par ce qui sortait mais voici mes favorites:

  • The End of the F***ing world
  • The Marvelous Mrs. Maisel 
  • Babylon Berlin
  • GLOW
  • The Americans
  • Sharp Objects 
  • I’m dying up here 
  • Crazy Ex-Girlfriend

J’ai vu 31 films, des westerns (je continue ma liste chronologique), des films japonais mais aussi à nouveau des films de Hong Kong. J’ai également vu des documentaires, reprenant notamment les premières productions d’Anthony Bourdain, A cook’s tour et No Reservations.

Je n’ai pas vraiment noté mes coups de coeur musicaux, peut-être viendront-ils s’ajouter un peu plus tard.

Peu de concerts cette année (j’aimerais en voir plus en 2019) mais quelques belles expositions, tout particulièrement Japanorama: nouveau regard sur la création contemporaine à Metz mais également celles visitées au Japon. Ce qui résume aussi mes escapades hors frontières: un weekend à Metz et trois semaines au Japon (Tokyo, Kyoto, Kyushu et Yakushima).

J’ai bu de délicieux cocktails chez Yi Chan, Arthur Orlans, LIB et The Modern Alchemist et je me suis régalée chez Issan et de soupes ramen au Japon (entre autres choses). J’ai également bien profité d’une soirée de la Brussels Cocktail Week et du Brussels Whisky and Spirit Festival à Autoworld.

J’ai cousu 9 vêtements, un peu moins qu’en 2017, mais j’ai eu moins de temps disponible, surtout pendant l’hiver.