Short diary of the week (166)

Lundi: un chat roux qui m’observe du haut du mur – entouré de végétation, lire dans Quiet que les introvertis n’aiment pas le small talk, me retrouver à parler du filtre à eau avec mon chef, rentrer en faisant mentalement une liste de choses à faire, quatre choses donc, mise en place du projet big bang, Masters of Sex, une grosse crise de jalousie

Mardi: laisser passer un métro – ça commence à me gonfler vraiment, pas très réveillée, deux conversations que je n’avais pas envie d’avoir: sur mon célibat et sur mon travail, m’enfermer dans mon bureau, sentir un mal de tête qui s’incruste de plus en plus, de même que des courbatures, lancer malgré tout le programme big bang, The Big Bang Theory saison 1 – épisode 1, manger peu et lutter contre des envies de plus, Agent Carter, The Americans, le mal de tête s’était atténué mais revient en force

Mercredi: une sombre journée au point de vue météo mais le moral va bien, juste quelques angoisses que je partage avec un collègue, j’apprécie sa compréhension, envie de bouger, faire quelques courses, la fin de la troisième saison de Halt and Catch Fire – moins excitante que la 2 mais plus profonde et annonciatrice d’une fantastique saison 4 (je l’espère !)

Jeudi: mon humeur qui se dégrade à l’approche du travail, ce moment d’hésitation dans le métro où j’ai failli faire demi-tour, ce n’est pas tant le travail en lui-même qui me dérange en fait mais mes inquiétudes par rapport à ce que je dois faire ou pas la semaine prochaine, une après-midi sans énergie, Timeless – début de la saison 1, The Americans, terminer un roman

Vendredi: tenter de m’imposer entre deux personnes prenant de la place dans le métro – l’une comprend vite et se ramasse un peu sur elle-même – l’autre pas du tout, difficile de travailler quand ça bloque tout le temps, envie d’être ailleurs, Timeless, The Americans

Samedi: une expérience – j’aurai tenu jusqu’à 11h, du linge à plier, tri dans mes robes – plier ces jolies créations de Mademoiselle Jean dans lesquelles je ne rentre plus mais ne pas me résoudre à les donner, de la couture – une jupe en un peu plus de deux heures – il manque juste un ruban que je n’ai pas en stock et qui n’était pas indiqué dans les fournitures du patron, de la lecture, une tentative d’okonomiyaki mais sans chou, pas mal mais bien trop copieux, Fury at Furnace Creek (H. Bruce Humberstone, 1948) – un réalisateur et des acteurs inconnus mais quelle scènes de poursuite – sans musique, The Americans, la lune éclaire toute la maison

Dimanche: constater que l’expérience a porté ses fruits – mais pour combien de temps ? (-1 kilo ce matin), ces morceaux de la zumba qui me restent dans la tête comme de fameux earworms, mettre à jour les mac pendant que je plante les derniers bulbes de tulipes et d’alliums, lire au jardin (ce sera vraiment la dernière fois, je pense), exécuter mille et une petites tâches nécessaires, un cocktail au mezcal et une jolie photo, premier plat de gibier avec une sauce aux mûres et au sloe gin (merci au magazine BBC Goodfood), The Americans – deux épisodes parce qu’il y a un certain suspense au milieu de la saison 4