Short diary of the week (192)

Lundi: sortir ma nouvelle robe à cowgirls, autant j’aime les musiques de Bali autant le boulot n’avance pas très vite, Better Call Saul, 13 Reasons Why, me rendre compte trop tard qu’il y avait un épisode de Masterchef aujourd’hui

Mardi: éviter mon voisin dans le métro, me mettre à l’avant, devoir quasi me battre pour qu’on me laisse sortir à mon arrêt – tout ça à cause de mon voisin, le reste de la journée est heureusement d’un tout autre ton, couvrir les plantes fragiles en rentrant, un plat basique combinant viande légumes pommes de terre, Better Call Saul, 13 Reasons Why

Mercredi: attaquer un nouveau livre dans le métro, une journée qui se passe, un enchaînement de clips, une journée qui dure trop longtemps, une soupe aux nouilles soba inspirée de celle que j’avais préparé en suivant la recette de Nouilles d’Asie – un nouveau plat s’est ajouté à mon répertoire courant, The Americans, Masterchef

Jeudi: oh ce petit-déjeuner n’était pas aussi informel et convivial que je l’avais imaginé, Jakarta – de clip en clip, des maux de ventre, 13 Reasons Why, Masterchef

Vendredi: plein d’aller-retours de mails, du boulot de communication, à nouveau des maux de ventre, un mix de Filastine pour accompagner le travail, c’est mon groupe préféré du moment, rentrer en me rendant compte que je n’ai rien prévu de spécial pour le long weekend, Better Call Saul, The 100, Masterchef

Samedi: quelques courses dans le quartier complètement en travaux, dieu que c’est cher de faire réparer ses chaussures !, commander un livre et en acheter un, un passage chez mon papa, à la chasse aux pissenlits et autres menus travaux de jardin, de la lecture, Bend of the river (Anthony Mann, 1952) – un début plutôt lent mais une seconde moitié pleine de suspense, tenter un film japonais mais m’endormir après 15 minutes – L’épée Bijomaru de Kenji Mizoguchi (1945) – je pense que je préfère des films japonais aux sujets plus modernes

Dimanche: le retour de la zumba, plein de semis (du basilic, des courgettes, des concombres, de la coriandre…), de la lecture, un plat indien qui demande une certaine attention lors de la cuisson, Doctor Who – un peu mieux que la semaine passée, 13 Reasons Why

Short diary of the week (142)

Lundi: envie de sortir de ce métro bondé au plus vite, partager mes impressions à propos de vendredi avec mes collègues, aujourd’hui ça n’avance pas, rentrer sous l’averse, le tajine était en effet meilleur, China Beach, The Good Wife, Masterchef, m’endormir comme une masse avec dodow

Mardi: ne pas aimer le résultat sur la balance, dieu qu’il fait froid !, se dire qu’on va bien avancer et puis tomber sur les bourdes de l’assistant, commencer à corriger puis remettre à plus tard, des disques qui ne m’intéressent pas, tout le monde est un peu déprimé/fatigué, oublier mon gsm et mes courses – mais où avait disparu ma tête ?, en fait j’avais tous les ingrédients pour une salade grecque à la maison, Black Sails – dernier épisode de la saison 1, The 100, ces deux séries ont en commun un acteur que je n’aime pas – pas de chance !, même pas besoin du dodow

Mercredi: j’ai froid, il fait mouillé, j’ai peur d’abîmer mon livre avec les gouttes de pluie, les heures passent, un trou dans mon gilet, du shopping express: de nouveaux gilets des bouteilles à pipette un parapluie, un burger et une conversation sur plein de sujets, des cocktails chez Hortense, rentrer avec le jour qui faiblit, Masterchef, trop de choses en tête

Jeudi: un ciel très bleu, une violente agression verbale de la part d’un collègue, évidemment que je suis dans tous mes états après ça mais mon chef – comme je m’y attendais – me dit que ça me dessert, et alors ? chacun réagit différemment non ?, toute cette affaire m’a vidée, manger trop de comfort food ça n’aide pas en fait, Better call Saul, Masterchef

Vendredi: au vu des circonstances je n’ai pas si mal dormi, par contre mes yeux sont encore un peu gonflés (un remède miracle ?), la direction n’accepte pas les agressions verbales tout comme moi – cela me rassure, pas mécontente que la semaine soit terminée, Better Call Saul, Masterchef

Samedi: bien dormi, courses, excursion dans le Brabant Wallon à la recherche d’un magasin pour étangs et bassins, lecture, un repas léger, Better Call Saul, The 100

Dimanche: bien dormi, je n’arrive pas à trouver le patron idéal pour une robe tiki, excursion en Flandre et achats de palmiers et autres plantes exotiques, un w-e très productif pour le jardin sans y avoir mis les pieds, la fin de la seconde saison de Better Call Saul – pas mal mais sans plus

Better call Saul (Random remarks about…)

better-call-saul-episode-106-main-jimmy-odenkirk-mike-banks-590

Spin-off et prequel de Breaking Bad, la première saison de Better call Saul suit les début de James McGill, futur Saul Goodman.

  • 10 épisodes dont seulement 2-3 sont vraiment passionnants. Je m’explique: les quatre premiers sont une longue préparation à l’histoire. Le cinquième devient enfin un peu plus intéressant, le sixième est passionnant. Par la suite, l’histoire qui a enfin trouvé un fil conducteur s’épuise à nouveau, partant dans plusieurs sens différents
  • je n’ai jamais adoré les histoires de procès et d’avocats (et par extension, les femmes qui s’habillent comme des hommes pour s’intégrer)
  • je n’ai pas très bien compris l’apparition de Tuco et cie, mais peu importe
  • le générique est moche et change à chaque fois. Je ne sais pas si la coupure abrupte à la fin de celui-ci était due à ma version ou pas
  • tout n’est cependant pas perdu:
  • le couple Kettleman, accusé pour abus de confiance (embezzlement – j’ai appris un nouveau mot) est vraiment très drôle
  • James McGill a tout les ingrédients de la petite frappe. Tous les éléments sont là pour qu’il devienne Saul Goodman. Beau parleur, il sait aussi se faire apprécier, notamment par les personnes âgées.
  • son frère par contre, atteint d’une maladie un peu spéciale, ne m’a pas intéressé
  • on apprend enfin quel était le passé de Mike Ehrmantraut, et là c’est passionnant. Bien plus que Saul, c’est lui le personnage qui fascine et qui porte la série. D’un côté on a un guignol, de l’autre un tueur froid et sans états d’âme (ou presque, parce qu’il cache beaucoup de choses).
  • j’ai retrouvé Albuquerque avec plaisir même si on voit surtout la ville et quasi pas les paysages désertiques de la région
  • et donc oui, je regarderai la deuxième saison même si mon avis est assez mitigé

Et vous ? Avez-vous regardé la série ? Ou avez-vu d’autres séries qui sont à conseiller ?