Divergence ou les poncifs du genre

Divergence, de Benny Chan (Hong Kong, 2005)
ou
– ralentis
– fusillades sous la pluie battante
– héros solitaire et amoureux transis d’une disparue
– méli-mélo de piano et de chansons interprétées par le jeune premier (ben tiens)
– montage aléatoire d’un scénario bien divergeant pour le coup
(vu au Musée du Cinéma)