Laurel Canyon

51xhpa2bazpl-_sx341_bo1204203200_Arnaud Devillard, Laurel Canyon ou comment se perdre en musique dans les collines d’Hollywood: en achetant ce livre, je pensais qu’Arnaud Devillard avait écrit un récit suivi comme dans Journal des canyons. Ce n’est donc pas le cas, et cela ne m’a pas dérangée. L’auteur part ici de Laurel Canyon Boulevard, cette avenue qui serpente dans les collines d’Hollywood, cette avenue qui a hébergé de nombreuses rock stars, surtout dans les années 60-70. Il raconte l’histoire de la musique en partant des maisons où ont habité Crosby, Stills & Nash, Jim Morrison, Joni Mitchell et bien d’autres. Parfois il fait des incursions dans un passé plus ancien, parfois il parle de stars actuelles. De cette manière, il offre un panorama de tout un quartier et explique l’importance de celui-ci dans la création d’une scène musicale, égrenant les anecdotes mais aussi les moments forts de l’histoire du rock californien. J’ai beaucoup apprécié ma lecture même si j’ai regretté de connaître si peu de cette musique – j’aurais dû prendre plus temps à écouter les clips en même temps que ma lecture. En tous cas, cette approche rue par rue, maison par maison est une manière différente et insolite d’aborder l’histoire.

Journal des canyons

Arnaud Devillard, Journal des canyons: je suis tombée sur ce livre un peu par hasard: je cherchais à mieux connaître les éditions Le Mot et le Reste et au lieu d’acheter des livres concernant la musique comme je comptais le faire, j’ai acheté un récit de voyage. Mais il y a des liens: Arnaud Devillard est journaliste musical et la musique n’est jamais loin dans son récit. C’est l’été, il part avec sa femme pour un road trip aux Etats-Unis. Les premiers jours servent d’acclimatation dans les canyons de New York, puis, c’est le départ pour Las Vegas. De là, le couple sillonnera les routes à travers les grands parcs nationaux de la région, sur les traces d’Edward Abbey, un écrivain et écologiste américain des années 60-70. Devillard est assez critique sur son environnement, drôle parfois, tout en se rendant compte qu’il participe au tourisme de masse qu’il dénonce. Et la musique dans tout ça ? Elle s’immisce dans les conversations avec sa femme pendant les longs trajets, souvent suite à des désaccords sur les goûts respectifs. Voici en tous cas un récit de voyage d’un auteur français qui sort des conventions poético-chiantes comme c’est souvent le cas. Je recommande !

Book_RATING-40