Un peu de lecture

Je m’étais bien dit que je parlerais de chaque livre juste après l’avoir lu… et bien c’est raté ! J’en ai lu 5 depuis le dernier billet. Evidemment, ce ne seront plus mes premières impressions qui seront écrites ici mais plutôt quelques vagues souvenirs.

– Brian Evenson, La confrérie des mutilés: j’avais été séduite par Inversion, je me suis donc jetée sur le suivant… et j’en garde un souvenir un peu partagé. L’histoire est, pour moi, un peu trop bizarre mais passé ce problème, le livre est passionnant, très bien écrit et pousse l’horreur dans ses confins les plus lointains. Je ne raconterai pas l’histoire, mais il s’agit bien, comme dit le titre, d’une secte où la mutilation est extrêmement importante. A mettre en rapport avec Survivant de Chuck Palahniuk. Ames sensibles, s’abstenir. Je serais curieuse d’avoir l’avis de John et François qui m’ont fait découvrir cet auteur.

– Laura Kasischke, La couronne verte: le livre de l’année ! D’accord, j’ai un faible pour cet auteur mais elle arrive à chaque fois à me séduire avec ses histoires de la vie de tous les jours américaine… jusqu’au moment où tout bascule. Trois adolescentes partent passer leurs vacances pour la première fois sans parents dans un club de vacances au Mexique. Elles en reviendront transformées. Atmosphères troublantes, tropicales, où la mythologie se mêle à l’histoire et avec une prédominance de la couleur verte.

– Ian McEwan, Sur la plage de Chesil: une nuit de noces, dans les années soixante, pleine de non-dits, d’inhibitions. Très beau court roman qui m’avait été conseillé par mon papa. Je suppose qu’il s’est en partie retrouvé si non pas dans l’histoire, au moins dans l’époque. Pour plus d’impressions sur ce livre, je vous conseille ce billet de Krotchka.

.

– Denis Johnson, Arbre de fumée: le pavé de la rentrée: presque 700 pages d’une écriture dense mais avec beaucoup de bavardages. Pas beaucoup d’histoire même si l’action se déroule sur toute la période de la guerre du Vietnam et ses conséquences. Malgré ça, c’est un livre qui retient l’attention par ses ambiances, son style, sa manière d’élaborer le récit. Mon avis est mitigé bien que la lecture m’ai laissé une certaine satisfaction.

.

– Alissa York, Effigie: un autre livre de l’année ! Le résumé décrit l’histoire d’une famille de Mormons aux Etats-Unis vers 1870 et de taxidermie… mais il y a bien plus que ça. La famille Hammer n’est qu’un prétexte pour retracer toute l’histoire de l’Amérique du Nord mais aussi de l’Angleterre victorienne, de l’immigration, de la ruée vers l’or, des spectacles itinérants du genre freak show, du massacre de Mountain Meadows, des Indiens, de la religion, des sectes… et j’en passe. Le tout enveloppé dans une histoire passionnante.