World travel

Anthony Bourdain, World travel. An irreverent guide: ce n’est pas un secret que j’aimais beaucoup Anthony Bourdain, ses livres et ses émissions où il voyageait dans le monde entier (A Cook’s Tour, No Reservations, The Layover et Parts Unknown). C’est toujours un plaisir de les regarder aujourd’hui – en fait, il y a une grande partie de No Reservations que je n’ai pas encore vue. Ce livre rassemble un peu tout ça: il était à l’état de projet du vivant de Bourdain, et il a finalement vu le jour grâce au travail de son assistante, Laurie Woolever. Elle a rassemblé de nombreuses citations, ainsi que des textes d’amis, décrivant diverses villes et régions où Bourdain a voyagé au cours des ans. Le côté guide (aéroport, hôtels, taxis) est un peu superflu mais la partie sur les restaurants (qui fait guide aussi) et la nourriture est vraiment passionnante. Il y a clairement un côté nostalgique quand on relit ces textes, mais si on ne connaît Anthony Bourdain, c’est aussi une ouverture sur sa vision du monde, souvent caustique et brutale, mais tellement vraie et honnête. Et ça m’a donné envie de voyager !

The nasty bits

Anthony Bourdain, The Nasty Bits: Collected Varietal Cuts, Usable Trim, Scraps, and Bones: dans ce recueil, Anthony Bourdain rassemble des textes et articles écrits pour différentes revues et y ajoute quelques inédits. Cela parle de cuisine, de la vie des restaurants, de la production et du tournage de ses émissions, de voyages, de souvenirs mais tout cela reste fort éclaté. J’y ai retrouvé le style de Bourdain, passionné et cru, brutal parfois mais il m’est difficile d’écrire un long texte, sans doute aussi parce que ma lecture s’est étalée sur plusieurs mois. Donc, en quelques mots: intéressant mais je ne le conseille pas comme première lecture.

A cook’s tour

x4801Anthony Bourdain, A cook’s tour: suite à son décès – qui m’a attristée plus que je ne le pensais – j’ai ressenti le besoin de regarder ses premières émissions tv (elles se trouvent sur dailymotion), A cook’s tour donc. Et de fil en aiguille, j’ai ressorti le livre que j’avais déjà lu en 2011. C’était très intéressant d’apprendre ce qui se passait derrière les caméras, ce qui a été mis en scène, ce qui en fait énervait Bourdain mais qu’il laissait faire pour la télévision. Pour le reste, je n’ai pas grand chose de plus à dire que la première fois, je vous propose donc d’aller relire ma première critique.

 

Short diary of the week (247)

Lundi: lire au milieu de la nuit pour cause d’insomnies, râler sur les transports en commun bondés, et donc ça fait trois livres lus à 49%, cette envie de partager mes projets et envies mais ne pas savoir avec qui, une grosse déprime d’après-midi, les restes du barbecue, de la lecture au jardin – mais il fait plus frais aujourd’hui et je dois rentrer plus tôt

Mardi: dans mon rêve mon père et ma mère m’aident à préparer la maison pour le vide-grenier, ce qui me donne une impression bizarre, des transports en commun tout vides aujourd’hui, des disques, un avant-dernier portrait de ville, me lancer dans la réservation de mon prochain voyage, novembre = Japon !!!!, excitée et heureuse d’avoir pris une décision, cela mettra les prochains mois dans une optique plus positive que les précédents (même s’il reste quelques étapes), un curry indo-thaï improvisé – de quoi me nourrir pour trois jours, Anthony Bourdain Parts Unknown à Hong Kong qui sera donc une de mes prochaines destinations, terminer un roman

Mercredi: choisir le prochain roman dès le réveil, les détails de dernière minute, une réunion, de la publication de contenu – du travail fort répétitif, de la lecture au jardin

Jeudi: me dépêcher pour partir avant la pluie, éviter le pire, une réunion, tester le mode méditation pendant celle-ci, encore de la publication en mode répétitif, un peu barbouillée, acheter un livre et du bon fromage, The 100, revoir le tout premier épisode de The Americans

Vendredi: une foule de trucs du vendredi à régler – y compris les trucs reportés depuis plusieurs jours, sentir la tension qui monte lorsque que le payement de mon ticket d’avion est refusé deux fois, sauf que le helpdesk de ma banque me confirme que tout est en ordre de leur côté, à la troisième fois ça passe !, cette tristesse qui m’envahit suite au suicide d’Anthony Bourdain – son charisme et  sa liberté de parole m’ont marquée, terminer un roman au jardin et commencer un autre à l’intérieur parce que ça s’est bien rafraîchi

Samedi: une journée qui ne m’inspire pas vraiment, et du coup avoir du mal à me décider, et donc faire du rangement – au moins ça libère un peu l’esprit, aller chez mon papa – une conversation répétitive et décevante de plus – pourquoi n’arrivons-nous pas à nous parler ?, j’avais pourtant envie de parler de mon voyage et préparé une carte avec mon trajet – sauf qu’il la prise et posée par terre pour regarder plus tard, tondre la pelouse, prendre quelques dernières choses dans la maison paternelle, un début de mal de tête, un plat simple et de la lecture au jardin, terminer un livre décevant et commencer un autre

Dimanche: rédiger quelques comptes-rendus de lecture, le dernier cours de zumba de la saison, m’attaquer aux bambous, de la lecture, une recette de Jamie Oliver qui a l’air basique mais qui est savoureuse, de la lecture, j’arrive maintenant à reconnaître les avions de Ryanair juste au bruit

Short diary of the week (105)

Lundi: comme j’ai enfin fait des photos des mes nouvelles robes cousue j’en mets une ce matin, et mes nouvelles sandales, sauf qu’après un bout de chemin je commence à avoir mal à un muscle du pied droit qui n’est plus habitué à cette hauteur pas si extrême pourtant, zut j’ai oublié la lessive dans la machine hier, trop de choses à faire en rentrant, True Detective avec une belle reprise de Conway Twitty

Mardi: hésiter entre différentes paires de chaussures en soldes, tenter de déterminer quels oiseaux sont représentés sur ma robe, choisir finalement deux paires de sandales Esska à un prix plus que compétitif, quelques menues courses en rentrant – fournitures de couture et grandes enveloppes, plus envie de rien, enfin si: de frites, une nouvelle version du Royal Bermuda Yachtclub cocktail toujours aussi bon, Wayward Pines – oui euh bon – c’est quoi le rebondissement de l’épisode prochain ?, Anthony Bourdain Parts Unknown: Sicile – oui euh bon – la saison 2 n’est définitivement pas aussi inspirée que la 1

Mercredi: dieu qu’il fait froid !, drama queens, Ephemeral, The Good WifeAnthony Bourdain Parts Unknown: Afrique du Sud

Jeudi: l’été est fini, hésitations, un gros coup de fatigue, The Good WifeAnthony Bourdain Parts Unknown: Tokyo – la nuit

Vendredi: les pieds écorchés, une pelouse fraîchement tondue, Plastic Paradise et l’envie d’aller au Hukilau l’année prochaine, Anthony Bourdain Parts Unknown: Detroit – ville à l’abandon

Samedi: tristesse du matin, nouveau départ l’après-midi, des feuilles de la haie jusque dans mon décolleté, un barbecue, des bananes pas assez mûres

Dimanche: une matinée calme, une demi-heure de couture, une gigantesque fête de famille pour les 60 ans de mariage de mon oncle et de ma tante, Budapest est donc vraiment la destination à la mode, des infos sur le Japon, impossible de dormir

Short diary of the week (103)

Lundi: un premier jour d’été tout pourri mais enfin de l’eau pour le jardin, rentrer sans penser que je devais faire une course spécifique, Allegheny Cocktail – fort sucré quand même, True Detective – avec une chanson de Nick Cave en générique de fin – mêmes ambiances mêmes types de personnages – un bon début, Wayward Pines – l’épisode qui explique encore plus

Mardi: une concentration très défaillante et des mauvais disques qui se succèdent, je ne suis pas la seule à parler de liqueur de banane, mais qu’est-ce que le Cappelletti ? – un amer italien apparemment, une après-midi pas plus productive surtout après avoir vu un projet d’affiche sensé promouvoir mon grand projet, deux activités inopinées pour remplir les prochaines soirées, Royal Bermuda Yatchclub Cocktail (en fait vous avez comme ça une idée des cocktails que je teste et dont je vais peut-être parler sur The Lady from Canton), The Good Wife, Anthony Bourdain Parts Unknown: voyage dans une Lybie dévastée – on voit bien que les journalistes avaient leurs entrées grâce à CNN qui produit l’émission

Mercredi: quand fera-t-il assez chaud pour virer les bas et mettre des sandales ?, encore une journée qui sera fort peu productive: prévision de panne d’électricité qui n’aura finalement pas lieu, présentation du projet en réunion, discussion avec un artiste en résidence, tenter malgré tout d’avancer dans le reste du boulot, écouter entre temps des disques pour le concert de ce soir, sashimis, bières, concert à l’AB: FFS ou Franz Ferdinand & Sparks, entre rock opéra et musiques eighties avec de bons rythmes et de nombreux hymnes pop – bref un excellent concert, d’habitude le métro est calme à cette heure mais là il est envahi par des étudiants en route vers des beuveries

Jeudi: une nuit un peu courte, une jolie robe avec sandales assorties, encore une journée avec une réunion, Zacapa Room ou un pop up store très joliment aménagé et un rhum à goûter en parallèle avec des chocolats Marcolini, suivi d’un Old Fashioned au Zacapa et aux bitters au cacao de The Bitter Truth (dans lesquels il y a trop de cannelle), Anthony Bourdain Parts Unknown: à la recherche du cacao au Pérou

Vendredi: il fait déjà bon ce matin, enfin une journée sans interruptions intempestives, rentrer plus tôt pour tondre la pelouse avant la pluie, pluie qui ne vient pas, curry de scampis, The Good WifeAnthony Bourdain Parts Unknown: sur le fleuve Congo – encore un épisode étonnant, Gardener’s World – jamais vu un épisode aussi ennuyeux – ou comment bien entretenir sa pelouse

Samedi: quelques courses dans la campagne flamande: deux nouveaux gins mais pas les rhums que je cherchais, préparation de cerises au marasquin, tailler une des haies, lecture, The Good WifeAnthony Bourdain Parts Unknown: Jerusalem

Dimanche: tenter en vain de lire ma carte d’identité sur mon mac, un peu de sport, beaucoup de plantes pour peu d’argent, les derniers espaces vides du jardin sont maintenant remplis, un Polynesian Spell quelque peu inintéressant, The Good WifeAnthony Bourdain Parts Unknown: Grenade en Espagne et une envie de retourner par là

Short diary of the week (102)

Lundi: pas envie de me lever !, quelques maux de ventre et pas super à l’aise dans mes vêtements, matinée productive après-midi un peu moins, me pencher sur ma déclaration d’impôts, un cocktail très amer mais très équilibré, maux de gorges qui viennent de nulle part, Halt and Catch Fire, The Good Wife – début de la saison 2

Mardi: réveillée à 0h37 par des avions, pas un très bon sommeil, toujours ces maux de gorge, l’aide pour la déclaration d’impôts est reportée à la semaine suivante, recevoir une nouvelle édition augmentée d’un livre que je voulais de toutes façons relire, à la recherche de la recette originale de l’Hemingway Daiquiri – pas si simple – j’abandonne pour aujourd’hui et me fait un mélange qui approche – liquidant le reste du pamplemousse, Halt and Catch Fire, il ne fait même pas noir quand je me mets au lit pour lire et finalement m’endormir

Mercredi: je suis passée à la phase éternuements – nez qui coule, toujours ces vibrations extrêmement fortes – disons que ça fait un massage gratuit ?, non un martini à la banane ce n’est jamais une bonne idée, improvisation de plat avec le contenu du frigo, Halt and Catch Fire – fin de la première saison – une série aux personnages intéressants, aïe plus de médicaments contre le nez bouché – HE d’eucalyptus sur l’oreiller

Jeudi: pas très en forme aujourd’hui, pas très performante non plus, un Mary Pickford trop sucré à mon goût, The Good Wife, Anthony Bourdain’s Parts Unknown: Koreatown à Los Angeles – waw ! ou comment faire une série culinaire sur des sujets peu connus

Vendredi: pas mieux aujourd’hui, yeah le cadeau pour mon papa est arrivé !, me traîner puis finir par partir plus tôt, faire néanmoins un détour par un magasin de vêtements et y faire une réserve de t-shirts en pré-soldes (plus une jupe), difficile de bien goûter un cocktail quand son goût est parti en ballade à cause du rhume, The Good WifeAnthony Bourdain’s Parts Unknown: Colombie – toujours aussi enthousiaste par rapport à cette série

Samedi: mmmmh toujours aussi fatiguée et pourtant plein de choses à faire, courses, test de l’enregistreur, quelques fouilles dans les armoires paternelles à la recherches de verres et de livres de Mauriac, un bon repas au resto, un Moomin, un livre sur le gin tonic, deux verres, The Good Wife – ça commence à devenir vraiment intéressant, Anthony Bourdain’s Parts Unknown: une orgie au Québec

Dimanche: toute la journée pour moi !, les cours de zumba sont finis et j’ai un peu la flemme, je m’encourage cependant à faire 20 minutes de vélo d’appartement, filtrer à nouveau les bitters et les embouteiller (si quelqu’un veut goûter celui à la rhubarbe, j’en ai vraiment beaucoup), du jardinage express et de l’engrais qui pourra fondre avec la pluie annoncée, couture: la jupe Chardon est terminée mais j’ai grossi entre le moment où j’ai coupé le tissu et le moment où je l’ai assemblé – enfin elle me va après avoir réduit les marges de couture, tout conseil pour faire fondre le ventre est le bienvenu, un repas léger, The Good WifeAnthony Bourdain’s Parts Unknown: sur les traces de Paul Bowles à Tanger et une visite chez les musiciens de Jajouka

et une mini-enquête: sur The Lady from Canton, vous préférez 1. des recettes de cocktails, 2. des profils d’alcools, 3. de l’histoire ?

Medium raw

Anthony Bourdain, Medium raw: dernier livre en date d’Anthony Bourdain, le cuisinier américain qui avait quelque peu choqué les foules en écrivant Kitchen confidential, puis raconté ses voyages dans A cook’s tour. Autant ces deux premiers récits m’avaient passionnée, autant celui-ci m’a ennuyée – j’ai failli plusieurs fois le laisser tomber. Il s’agit de réflexions sans queue ni tête sur le monde des restaurants et sur sa propre vie, sur sa paternité notamment, avec quelques passages assez drôles mais aussi beaucoup de pages citant des noms évidemment pas ou peu connus en Europe. Je ne recommande pas.

A cook’s tour

Anthony Bourdain, A cook’s tour in search of the perfect meal: j’aime les récits de voyage, j’aime les récits culinaires, j’ai aimé le récit d’Anthony Bourdain sur les cuisines newyorkaises… que demander de plus quand tout est combiné dans un même livre ! Après le succès de Kitchen Confidential, son éditeur lui a demandé un nouveau récit, le laissant libre du sujet. Bourdain lui a proposé de faire un tour du monde, d’aller à la recherche de nourritures peut-être simples mais savoureuses. Et pour mieux exploiter le sujet, une équipe de film l’a accompagné pour tourner un documentaire sur le même sujet, offrant quelques situations très drôles mais souvent un peu honteuses dénommées « Reasons why you don’t want to be on television ». Le cuisinier part à la recherche des ses origines en France, rejoint les familles de ses assistants au Portugal et au Mexique, rencontre des anciens Khmers Rouges au Cambodge, mange du cobra au Vietnam, rejoint des gangsters à Moscou, dissèque le haggis en Ecosse… et tout ça est raconté sur son ton souvent un peu cru mais si passionnant. Je conseille aux amateurs de bonne cuisine et de voyages.

Kitchen confidential

Quand je suis tombée par hasard sur Kitchen confidential d’Anthony Bourdain chez Cook ‘n’ Book, je me suis rappelée que je voulais le lire depuis très longtemps ! Le livre a fait scandale au moment de sa sortie en 2000, levant le voile sur l’organisation des cuisines dans les grands restaurants aux Etats-Unis. Parce qu’il faut bien le préciser, c’est une vision toute particulière, basée sur sa propre expérience, que nous montre Anthony Bourdain, alors chef au restaurant-brasserie à la française Les Halles. Il raconte comment, enfant, la nourriture ne l’intéressait pas, jusqu’au jour où ses parents l’ont laissé lui et son frère dans la voiture pendant qu’ils mangeaient dans un restaurant 3 étoiles en France. A partir de là, son petit jeu était de goûter à tout, de préférences au pire (d’un point de vue américain en tous cas: des fromages puants, des huîtres..). D’abord plongeur, il décide que la cuisine sera sa vie et suit une formation dans une des grandes écoles newyorkaises. Description ensuite des cuisines des grands restaurants, de l’organisation toute militaire mais aussi des personnes complètement à l’ouest et droguées qui y travaillent. Et c’est cette partie-là qui a pu choquer mais qui est aussi passionnante ! Bref, un livre que j’ai dévoré, achetant de suite les récits culinaires de Bourdain de par le monde mais aussi la suite de Kitchen confidential, où apparemment, il modère un peu son propos, parlant d’une situation qui a évolué. Rendez-vous bientôt pour la suite !