Short diary of the week (256)

Lundi: une mauvaise nuit – la semaine risque d’être angoissante et mon cerveau le savait, et en effet voilà le premier mail a priori positif – sauf que mon cerveau ne le voit pas comme ça et je me mets à angoisser, me rendre compte que la date limite pour la vente est le 15 août (donc le 14) – au pire, il ne me reste que 9 jours à angoisser, du tri de disques, pas de réponses, rentrer chez moi où il fait frais, préparer un cocktail du LIB, sortir une fois que les températures ont baissé

Mardi: une mauvaise nuit – bis, appeler l’étude du notaire et apprendre que le document tant attendu a été envoyé là – toutes ces angoisses (enfin une partie) pour rien, parfois il faut changer de pays: le Kazakhstan donc, puis de la musique de film, rentrer chez moi et préparer à manger, et puis le rebondissement: l’acquéreur a engagé un autre avocat et il est presque sûr que l’acte ne sera pas signé pour le 15 août, ou comment se décomposer en quelques minutes, et comment perdre une soirée à ruminer, tenter de me calmer finalement devant deux (mauvais) épisodes de A Cook’s Tour

Mercredi: réveillée à minuit par l’orage, à nouveau réveillée plus tard par un second orage, réveillée à 5h30 à cause de mes nerfs, me lever vers 6h30 – au moins je serai tôt au boulot, quelle affaire pour créer ce pdf, le boulot comme d’habitude, le dossier suit son cours mais le délai de la vente va devoir être reporté – mon dépit est grand, mon père m’appelle pour me dire que quelque chose ne fonctionne plus mais il ne sait plus quoi, et il ne le sait toujours pas au troisième appel, je ne pourrai donc pas lui parler des suites de l’affaire, le temps des soirées passées au jardin a probablement pris fin – quelques sursauts sont encore possibles – revenons donc aux séries tv: The 100 puis le début de la nouvelle saison de Better Call Saul

Jeudi: une bonne nuit, attendre encore et encore, ma patience est vraiment mise à rude épreuve, bim bam bum ou babalu ?, et puis voici revenir cette inquiétude que tout tourne mal, envie de comfort food mais pas grand chose qui corresponde dans mon frigo, The 100, Harlots – début de la deuxième saison

Vendredi: une bonne nuit mais au bord de la crise de nerfs, les trucs du vendredi, de l’encodage, un peu de Cuba, enfin le week-end, The 100 – fin de la cinquième saison, commencer à m’inquiéter pour ma voiture qui n’est pas encore de retour après une sortie au garage et au contrôle technique, et bam – une voiture est rentrée dedans tandis que l’aide de mon papa la conduisait et le coffre ne ferme plus très bien, j’ai craqué – je n’en peux plus – je vais à nouveau devoir gérer et régler des trucs en plus

Samedi: une très mauvaise nuit, une matinée paresseuse, heureusement la voiture roule encore et ce ne sont que des dégâts de tôle froissée – mais quand même, des courses, du rangement, une agréable soirée entre amis

Dimanche: une journée passée au lit après une sérieuse crise de vomissements, aucune énergie

Short diary of the week (222)

Lundi: partir sous la pluie, arriver sous la neige fondante, changer mes bottes d’hiver pour des chaussures d’intérieur à talons, le dragon a frappé et même si cela ne me concerne pas cela m’inquiète, en fait la méchanceté gratuite m’interpelle toujours, splash splash – le retour fait splash, regarder le premier épisode de Godless qui est une longue exposition et ne rien regarder d’autres parce que l’épisode était long, lire au lit

Mardi: ah ce passage épistolaire dans mon roman est pas mal !, un gros sentiment de déprime m’envahit, je ne sais pas comment dire à mon papa qu’il peut aller très vite en maison de repos, et voilà que je n’arrive plus à le joindre – son téléphone a une fois de plus un problème, oublions tout ça pour la soirée, une visite à la superbe Maison Cauchie et un repas léger à Hanoi Station, rentrer et constater que les trottoirs sont glissants par endroits

Mercredi: une nuit agitée, de légers maux de tête, avoir juste envie de pleurer quand le vent m’empêche d’avancer et que la pluie me tombe dessus de partout, trop de choses en tête, finalement joindre mon papa mais devoir reporter le rendez-vous parce qu’il n’est pas bien, en avoir juste marre, en fin de compte mon papa est plutôt positif à l’idée, Masterchef the Professionnals

Jeudi: réveil à 4h et plus moyen de m’endormir, mon cerveau s’emballe et je n’arrive plus à l’arrêter, des maux de tête qui ne partent pas malgré un médicament, une crise de larmes me permet finalement de me rendormir un peu, on ne parlera donc pas de mon état pendant la journée, enfin pour une fois il ne pleut pas sur le trajet du boulot, tout cela me rend asociale et irritable, de la comfort food, non je ne veux pas faire partie de ce groupe fb, The Crown, Masterchef the Professionnals (avec un moment de sommeil), enfin au lit !

Vendredi: une très bonne nuit, arriver au bureau, ne voir personne, aller à la recherche de collègues 40 minutes plus tard, en trouver quelques-uns heureusement, sauf qu’ils ne restent pas longtemps et me retrouver à nouveau fort seule l’après-midi, le coup de fil qui enclenche une soirée d’angoisses et d’incertitudes, mon papa craignant une crise cardiaque s’est retrouvé aux urgences, au final il s’agit (juste) d’une grosse crise de panique, beaucoup de gratitude pour les personnes qui m’ont écoutée et rassurée ainsi que pour l’aide de mon papa qui s’est occupé de tout, et pour passer le temps j’ai regardé Vengeance de Johnnie To

Samedi: une nuit d’insomnies avec des maux de tête et à la poitrine, au final tout se termine bien mais nous laissant tous épuisés (mon papa, son aide et moi), le voir de bonne humeur et en relative bonne forme, il pense cependant que le médecin généraliste a un peu paniqué et agi trop vite alors que ce n’était pas entièrement nécessaire – un xanax ou deux auraient suffi, trier quelques photos, lire un livre de cocktails, préparer une nouvelle recette, Johnny Guitar (Nicholas Ray, 1954)

Dimanche: me réveiller et me dire que je fais de nouveau des insomnies, regarder l’heure et me rendre compte que non – il est 7h30, somnoler encore un peu au chaud, le dernier cours de zumba de l’année, terminer de coudre la jupe – elle n’est pas parfaite mais je n’avais pas le courage de découdre, lire dans le canapé, préparer à manger, être interrompue par un coup de fil de mon père complètement confus – ce qui ramène de nouveau les pensées négatives, une séance de méditation pour me calmer, Vikings, The Crown, me décider pour un demi xanax avant d’aller dormir

Short diary of the week (217)

Lundi: un sommeil agité, et c’est parti pour une semaine de trois jours et pour une fois je n’ai pas plein de deadlines avant les vacances, commencer malgré tout un nouveau (petit) pays, me faire couper les cheveux – on ne va pas dire que ça a été très bien fait mais ça passera pour cette fois – la prochaine fois je retourne chez Boomba, The Last Post, Feud

Mardi: choisir de nouveaux pays avec mon collègue, des courbatures et un début de mal de tête, le vernissage de l’exposition Europalia Power and other things – ou l’art contemporain indonésien en dialogue avec l’histoire récente du pays – pas mal mais un peu court, continuer la soirée au Bozar Café Victor puis à la Pharmacie Anglaise avec Gentiana Lutea très frais et un peu amer tout en discutant, rentrer finalement vers 22h45 alors que ce n’était pas vraiment prévu

Mercredi: un dernier jour de boulot mais pas de deadlines pressantes – juste une envie de terminer un pays, ne pas le terminer mais presque, ranger mon bureau et jeter les piles de cartons amassés, des maux de tête, Anthony Bourdain Parts Unknown à Lagos, le début de Feud mais m’endormir devant

Jeudi: rester éveillée une partie de la nuit pour cause de problèmes digestifs, pas très en forme ce matin, un peu de fièvre même, le stress du départ sans doute, m’occuper de moi, une dernière visite à mon papa qui pour la première fois depuis longtemps me dit qu’il se sent bien, courir dans tous les sens pour faire ma valise, rentrer quelques plantes et prendre le risque d’un gel possible mais très incertain pour les autres, terminer ce short diary ici – je recommencerai dans quelques semaines – il y aura cependant un peu d’animation: j’ai programmé quelques critiques de livres pendant mon absence

Short diary of the week (215)

Lundi: réveillée juste avant le réveil, tenter de rattraper le boulot des semaines passées, une très mauvaise nouvelle – pas pour moi – mais j’en suis triste, c’est toujours un peu angoissant de parler dans une émission radio, configurer le nouveau téléphone, The Deuce, crevée de ma journée

Mardi: lire au milieu de la nuit pour cause d’insomnies, je ne sais pas quand j’aurai du temps à consacrer au travail que j’aime à cause de toutes ces autres choses à faire et cela me frustre, donc oui une fois de plus je me suis laissée faire, le retour des infos peu rassurantes pour mon travail, tenter d’évacuer toutes ces frustrations en rentrant, le retour d’Anthony Bourdain Parts Unknown – un portrait sans concessions de Singapour, Longmire, terminer mon roman

Mercredi: me réveiller au milieu de la nuit avec des maux de ventre, m’attaquer à un boulot boulet, boulet qui me poursuit toute la journée et qui coupe toute envie de travailler, arriver à ne pas préparer plus de nourriture que nécessaire, un w-e fort occupé en prévision – ce qui ne m’arrange pas tout à fait si je pense à la couture que j’aimerais encore faire pour mon voyage, The Handmaid’s Tale, Longmire, une séance de méditation aux milles pensées parasites et mouvements perturbateurs – bref, ce n’était pas très réussi

Jeudi: il faudrait vraiment que je discute du problème, procrastiner avant l’écriture – un mal nécessaire ?, ou comment cette journée d’écriture et de réflexion autour de l’écriture a réussi à régénérer mon esprit et me mette de meilleure humeur, ah mais y’a plus !, The Handmaid’s Tale, Longmire

Vendredi: me faire mouiller, les trucs du vendredi, après mûre réflexion me décider pour samedi – le confort ça compte, mais où est ce colis ? (une constante ces derniers temps), faire les courses du weekend, Longmire – les deux derniers épisodes de la saison 5, découvrir qu’une sixième saison est en préparation

Samedi: me réveiller tôt, frissonner en attendant que le chauffage réchauffe la pièce, attendre avec impatience mes amis, partir pour Spa, des boulets sauce lapin, déguster plein de rhums et faire quelques découvertes, rentrer un peu saoule, m’endormir devant le premier épisode de Feud

Dimanche: traîner dans le canapé puis me décider à faire le repassage, de la couture: transformer une blouse puis coudre une jupe – je pense que ma garde-robe de voyage est terminée, télécharger le guide pour mon voyage, arriver à mettre la sonnerie que je désire dans mon téléphone, un curry pas mal mais peut faire mieux, The Handmaid’s Tale – fin de la première saison – une très bonne série même si le sujet est glaçant

Short diary of the week (210)

Lundi: dormir comme une masse (mais ce n’est pas encore suffisant pour récupérer), écrire sur un sujet que je connais très bien, ce qui me prend quand même la journée, et plus de signes que prévu, apprendre que l’opération de mon papa est prévue pour vendredi, faire mille et une choses mais pas ce qui est prévu, Twin Peaks

Mardi: où la dermatologue me rassure quant à mes grains de beauté (tout particulièrement à propos de celui qui se trouve à la même place que le mélanome de mon papa – oui, ça fait un mois que j’angoissais) et me dit que j’ai une belle peau, vais-je réussir à terminer deux choses aujourd’hui ?, oui !, continuer le boulot à la maison: il faut une photo pour illustrer mon article, me dire que si je ne tonds pas la pelouse maintenant c’est probablement reporté à la semaine prochaine, Halt and Catch Fire

Mercredi: peiner sur un texte et être souvent distraite, un rendez-vous en ville entre amies, des cocktails – évidemment, assister au déluge bien à l’abri à l’intérieur, des plats au canard pour toutes les trois, rentrer dans le noir – les jours ont vraiment raccourci

Jeudi: ressortir les bas sans joie, une grosse fatigue malgré de bonnes nuits, contente du challenge PAL de vacances – à refaire l’année prochaine !, lire la longue liste d’effets spéciaux des antibiotiques que je dois prendre pour guérir une irritation de la peau due à une bactérie et reporter le début de la cure au weekend – c’est ce qui se passe quand on n’est pas vraiment incommodée et que ce n’est pas très grave – mais j’aimerais en être débarrassée quand même, The Leftovers, Big Little Lies

Vendredi: bien dormi mais pas suffisamment, le chauffagiste est là tôt !, à peine en retard au boulot du coup, ne voir personne, travailler dans mon coin, ne plus avoir envie de travailler et commander des livres, attendre des nouvelles tout l’après-midi, en recevoir en début de soirée et même avoir mon papa au téléphone, il a l’air d’aller bien, The Leftovers, Big Little Lies tout en buvant un bon verre de vin blanc

Samedi: l’histoire de cette batterie de voiture est toute une aventure: la remplaçante n’est toujours pas là pour cause de magasin fermé aujourd’hui, envie d’un long congé (ou au moins une semaine) juste pour lire – ça m’a manqué cet été – c’est en partie lié au mauvais temps, la visite à l’hôpital a vidé toute mon énergie (mais j’ai pu parler au médecin et c’est donc un carcinome), enlever quelques mauvaises herbes au jardin puis ne plus faire grand chose, les deux derniers épisodes de Big Little Lies – une série que j’ai beaucoup aimé

Dimanche: une bonne nuit mais encore ce sentiment de fatigue, la visite à l’hôpital, tenter de lire mais ne pas réussir à me concentrer, jouer à Simon’s Cat – ce qui m’aide à retrouver un semblant de concentration et donc me remettre à lire (mais c’est aussi un signe que je suis fatiguée), faire des photos de robes au jardin, profiter d’un (dernier ?) barbecue et lire tout en étant réchauffée par les flammes (ça c’est après avoir mangé quand j’ai rajouté une bûche dans le feu)

Short diary of the week (208)

Lundi: au vu des prévisions météo j’ai pris congé !, journée qui se passera donc au jardin et donc je ne sais pas trop quand je traiterai les photos de mon séjour à Hambourg, les courses pour moi et mon papa, tondre une pelouse qui avait bien trop poussé, laver les grandes vitres, m’installer au jardin avec des livres, un barbecue, profiter de la soirée et du chant des criquets

Mardi: me réveiller une première fois avec le soleil et une seconde fois avec la pluie, une météo parfaite pour avancer dans le tri des photos, de la lecture, je ne serai pas beaucoup sortie du canapé aujourd’hui, Twin Peaks, Top of the Lake, sentir l’angoisse qui monte

Mercredi: et en effet une nuit de mauvais sommeil a suivi alors que pour le moment tout va plutôt bien au travail, cela doit être dû à un traumatisme plus ancien et la peur qu’il revienne, arranger plusieurs rendez-vous dont un qui est un peu spécial, une journée efficace, rien à signaler, poster une photos dans un groupe de couture fb c’est extrêmement réconfortant au niveau des like, The Leftovers – début de la saison 3, Top of the Lake, les angoisses qui recommencent

Jeudi: me réveiller fatiguée, un gros projet est terminé ! (il reste deux autres importants, et quelques petits), dangdut – ou comment le nom d’un style est une onomatopée de son rythme, voir le bus passer devant mon nez trois minutes avant son horaire, trouver une jolie broche perroquet (et Gasparde aussi), nous installer au Stoefer – rapidement rejointes par Maja pour des cocktails intéressants, sauf que tout les clients se font ennuyer par un type bizarre qui sera finalement emmené par les flics, de délicieux dim sums chez Dam Sum, un des deux chats à nourrir m’attend impatiemment et ne fuit même pas quand j’arrive (l’autre sera resté invisible toute la semaine)

Vendredi: arriver au boulot sous le déluge avec les ballerines crocs qui font flop flop et qui ont abîmé mes pieds, vite remettre des chaussures sèches, chercher un disque chez un collègue alors qu’il est devant mon nez dans mon bureau, quasi m’endormir après le repas en discutant boulot, du saumon fumé et des chips à l’airfryer – peu importe si ça ne va pas tout à fait ensemble !, Top of the Lake, Big Little Lies – début de la première saison

Samedi: me lever et découvrir que mon talon est en sang, projets du w-e: pas grand chose de spécial mais vu la météo je pourrai avancer en couture et terminer le tri des photos de Hambourg, faire les courses pour moi et mon papa, décalquer un patron de jupe et ne rien comprendre aux plis qui ne donnent pas comme sur le modèle, abandonner et chercher un autre patron, sortir acheter des boutons, cette impression de n’avoir rien fait de bien cet après-midi, thon et avocat, Top of the Lake – fin d’une deuxième saison bourrée de clichés et avec un fin qui n’en est pas une

Dimanche: rédiger quelques billets lecture en avance, TBBT S03 E05&06, du rangement, du repassage, de la couture, pas sûre que ce sera très réussi, de la lecture, The Leftovers, Big Little Lies, savoir à l’avance que je ne vais pas bien dormir (et désespérément vouloir sortir de ce cercle vicieux mais ne pas savoir comment)

Short diary of the week (205)

Lundi: comment passer cette journée pour le mieux sans trop m’inquiéter ? préparer ma valise, préparer mille et une choses, tenter de finaliser une commande sans succès, lire un peu, terminer la saison 3 de Fargo qui me laisse un sentiment mitigé

Mardi: un réveil bien trop tôt, et puis c’est parti pour l’aventure

Mercredi, jeudi: de la pluie, du soleil, de l’eau, de belles choses, marcher beaucoup, des cocktails, des musées, des bateaux…

Vendredi: rentrer vers 21h30 à la maison – heureuse de mon citytrip – quatre jours sans penser à mes soucis

Samedi: un sommeil fort agité sans raisons, la fatigue est bien présente ce matin, finaliser la commande de lundi (le service de vente de Coolblue a fait un excellent suivi), encoder des données personnelles pour le prochain (prochain) voyage, parce que le prochain prend forme aussi (juste un weekend, mais quand même), enfin pouvoir discuter avec mon papa de certaines choses qui me tiennent à cœur, une après-midi à trier des photos et à lire un peu mais sans concentration aucune, L’Indonésie – la puissance, l’islam et la démocratie – un passionnant double documentaire encore visible pour quelques semaines sur Arte

Dimanche: le vent dans les branches des arbres, les avions qui passent, des lessives, la flemme de faire du vélo d’appartement, des angoisses par rapport à tout le boulot qui m’attend et par rapport à la situation de mon papa, de la couture mais la flemme de terminer la robe en cours, préparer l’infusion pour le cocktail du soir, de la lecture, American Gods, Longmire

Short diary of the week (135)

Lundi: passer la matinée à faire tout ce que j’aurais dû faire la semaine passée, acheter d’autres boutons, comment améliorer un cocktail très moyen ? en y ajoutant des bitters à la cardamome !, The Good Wife, Call the Midwife – le dernier épisode de la saison 5 qui fait évidemment pleurer

Mardi: me réveiller en sursaut dans un état de trop grande excitation pour continuer à bien dormir, l’impression de passer sous un rouleau compresseur pour la deuxième année de suite, l’impression surtout que la musique n’a plus aucune importance, rentrer chez moi triste et déprimée, être en manque de quelqu’un avec qui parler et qui pourrait me changer les idées, une recette de Jamie Oliver, Vinyl, This is England ’90 – la fin, savoir dès que je me mets au lit que je dormirai mal – l’angoisse faisant battre mon coeur trop fort

Mercredi: pas mieux, un panda à patins à roulettes, ah mais je ne suis donc pas la seule à penser ça, des difficultés de concentration, l’envie de commencer deux nouvelles séries: The 100 puis Black Sails

Jeudi: le magnésium aurait-il aidé à mieux dormir ? ou alors ce sont ces discussions entre collègues ?, mes yeux vont bien, vivement la fin du tex mex, choisir des lunettes seule – je n’ai jamais fait ça (et j’ai un petit pincement de coeur quand même), une mini séance shopping (Marks & Spencer, Hema, Flying Tiger), La trêve, The 100, une boule d’anxiété, un médicament parce que je n’ai pas envie de rater la soirée de demain pour cause d’épuisement

Vendredi: repousser les corvées, en faire quand même quelques-unes, sashimis en ville, en route pour Schaerbeek, des bières inconnues au Barboteur, une jolie soirée d’anniversaire et des chouettes rencontres de blogueurs ou pas, un long retour avec stib – ratant le tram puis le métro

Samedi: hésiter sur les choses que j’ai envie de faire, courses, l’appel du soleil est le plus fort: tailler le lierre, nettoyer des plantes, faire des photos des crocus, lecture: terminer deux livres, étape deux des bitters, La trêve, The 100, Anthony Bourdain’s Parts Unknown à Marseille

Dimanche: préparer des billets de blog, récupérer les poubelles bleues de ma voisine pour mon projet « tomates », attaquons ces boutonnières ! ah ben c’est tout simple, par contre j’ai horreur de coudre des boutons: 4 sur 6 – la robe ne sera donc pas terminée ce dimanche, lecture, cailles aux raisons sans recette et donc pas de recette pour le Winter Cookbook Challenge ce w-e, Vikings – un épisode un peu ennuyeux, The 100

Ce moment où…

Ce moment bizarre où je n’arrive pas à prendre de décision alors qu’en fait tout est déjà décidé… Plus rien ne s’oppose à des vacances au Japon: j’ai choisi la saison, j’ai des sous sur mon compte en banque, j’ai encore assez de jours de congé, j’ai eu une discussion avec mon chef pour trouver le meilleur arrangement par rapport à mon travail (et cela ne le dérange pas que je ne vienne travailler que deux jours entre Budapest et le Japon)… et pourtant je n’arrive pas à faire ce dernier clic pour acheter mon billet d’avion, chose qui conclurait l’affaire. Je pense qu’il me reste à faire un travail mental de quelques jours sur tous ces méchants démons qui me rendent anxieuse, les détruire un à un, les contrecarrer avec les arguments inverses, rêver même d’un voyage où rien n’a été préparé à l’avance (cette nuit donc), m’habituer à l’idée que je partirai dans un pays totalement inconnu dont je ne parle pas la langue pendant trois semaines toute seule (je crois que ceci résume mes angoisses).

Bref, il n’y a plus qu’à !

(L’année passée déjà, j’avais résumé ces craintes avant mon voyage, en les détruisant une à une.)

Etes-vous comme moi ? Ou ce genre de questions ne vous traverse pas l’esprit ?

Crises d’angoisse

Je pars dans une dizaine de jours et comme toujours, j’ai de nombreux doutes qui se traduisent par des crises d’angoisse et qui se terminent en crises de larmes (c’est le seul moyen de les arrêter). Cela a toujours été comme ça avant chaque voyage, sauf ceux où je suis partie en couple. Donc y compris la plupart des minitrips pour le Womex (sauf cette année où j’étais contente de partir). C’est un mauvais moment à passer, mais je sais que ce n’est que temporaire. C’est juste un peu plus difficile pour moi maintenant parce que je n’ai pas les bras d’un compagnon pour me rassurer ou une maman à appeler. J’ai appris à contrer chacune de mes angoisses par une réponse rationnelle. Les écrire ici est peut-être aussi une solution. Les voici:

  • pendant que je suis partie, quelque chose va arriver à la maison (incendie, cambriolage, catastrophe naturelle). Réponse: rien n’est arrivé pendant mes voyages précédents, il y a une alarme, la boîte aux lettres sera vidée, je mettrai une lampe sur minuterie, quelqu’un passera de temps en temps et la voisine veille.
  • je pars seule et je rejoins un groupe en Birmanie. Je devrai donc partager ma chambre avec une inconnue. Et ça peut mal se passer. Réponse: oui, en effet, au Vietnam, ça s’était mal passé. Le groupe a été divisé en deux factions dès le début. Mais ce n’est arrivé qu’une fois, je me suis toujours retrouvée parmi des gens très sympathiques et entretemps, j’ai mûri. Je ne me laisserai pas entraîner dans ce genre de chose. Si vraiment cette personne est une emmerdeuse, j’aviserai à ce moment-là. Et je pourrais aussi avoir de la chance et avoir une chambre single parce qu’il n’y a personne avec qui partager.
  • et si tout le groupe est un groupe d’emmerdeurs ? Réponse: voir plus haut. Il y a peu de chances. Et je vis de mieux en mieux ma vie seule maintenant. Je pars pour en profiter et je ne vais pas laisser d’autres personnes détruire cela.
  • et si je tombe malade. Réponse: ça m’est déjà arrivé. J’ai eu une insolation au Guatemala et des allergies aux piqûres de moustiques au Laos. A chaque fois, le guide et des membres du groupe se sont occupés de moi. Le seul risque, c’est que j’aie quelque chose de plus grave, mais alors on avisera (j’ai une bonne assurance). Je suis en bonne santé et il y a peu de chances que ça arrive.

Et puis, j’ai un téléphone, un compte en banque avec de l’argent dessus, de la famille et des amis.

Et vous, quelles sont vos angoisses pré-voyage ? Et quelles sont vos réponses ?