No off switch

Andy Kershaw, No off switch: vu le travail que je fais, je suis toujours intéressée par les (rares) livres qui parlent de musiques du monde. Et quand il s’agit d’une autobiographie de quelqu’un qui en a écouté beaucoup et qui a travaillé en partie dans le milieu, je suis encore plus attirée. Andy Kershaw est un anglais qui a été organisateur de concerts à Leeds, animateur radio sur plusieurs chaînes anglaises, journaliste et correspondant pour la BBC World Service, amateur de courses à moto, découvreur d’Ali Farka Toure et des Bhundu Boys et j’en passe. Dans ce livre, il se raconte, pas toujours en ordre chronologique, plus selon des thèmes précis. Les passages où il parle de musique ou de ses voyages dans des pays sinistrés ou en guerre (Haïti, le Rwanda au moment du génocide, la Corée du Nord…) sont passionnants, le reste, son enfance ou sa passion de la moto m’ont un peu ennuyés. Quant à ses relations avec les femmes, il n’en parle pas beaucoup mais c’est peut-être mieux. Il n’a pas l’air d’être un saint à ce niveau-là. En fait, c’est un livre où j’aurais dû sauter des pages, aller tout de suite aux chapitres qui m’intéressaient…