A year in culture – 2016

Mon année culturelle, ou le bilan des bilans mensuels, avec mes coups de cœur des 12 derniers mois.

J’ai lu 41 romans cette année, une nette amélioration par rapport à l’année passée (29) ainsi que 36 livres de non-fiction (15 l’année passée). Même si beaucoup parmi ces derniers étaient des livres de cocktail avec peu de texte, cela fait une belle pile. Mes romans préférés sont (avec un duo gagnant):

Quant à la non-fiction, je recommande en duo gagnant deux livres totalement différents, le second ayant eu beaucoup d’impact sur ma vie personnelle, le premier m’ayant fortement touchée:

J’ai vu 38 saisons de séries. Pour certaines, j’ai commencé à la saison 1 et rattrapé tout mon retard (The 100, The Americans, Black Sails…), pour d’autres, j’ai continué mon visionnage avec la nouvelle saison. Mon top 6, avec mes deux préférées:

  • Black Sails
  • The 100
  • This is England
  • Indian Summers
  • Halt and Catch Fire
  • Masters of Sex

J’ai eu l’occasion de voir 15 documentaires, la plupart musicaux mais j’inclus ici aussi Anthony Bourdain Parts Unknown dont j’ai enfin vu tous les épisodes.

  • Pulp: A film about life, death and supermarkets – Florian Habicht, 2014: Pulp à Sheffield
  • Salad days: A Decade of Punk in Washington, DC (1980-90) – Scott Crawford, 2014: un documentaire passionnant sur le monde du hardcore
  • Don’t think I’ve forgotten: Cambodia’s lost rock & roll – John Pirozzi, 2014: la pop cambodgienne d’avant les Khmers Rouges
  • Jakarta Jakarta ! – Vincent Moon, 2016: un voyage sonore à Jakarta
  • My Buddha is punk – Andreas Hartmann, 2015: la scène punk en Birmanie

Et enfin, j’ai vu 25 films, des westerns (aucun n’a rejoint cette liste) mais aussi quelques films contemporains, dont plusieurs asiatiques. Mes favoris:

  • The diary of a teenage girl – Marielle Heller
  • The Assassin – Hou Hsiao-Hsien
  • Notre petite soeur – Hirokazu Kore-eda
  • Carol – Todd Haynes
  • An – Les délices de Tokyo – Naomi Kawase

En musique, j’ai complètement décroché en cours d’année, notant de moins en moins souvent quels étaient mes disques favoris, arrêtant même complètement dès octobre. Je comptais sur 2016 pour écouter plus de musique mais cela ne m’a pas vraiment réussi. Peut-être que je dois arrêter de faire des efforts et juste apprécier les disques qui me passent par les mains. Voici cependant une petite sélection:

  • Daughter, Not to disappear: une fille qui chante sur un fond de guitares et qui fait penser à The XX
  • Hongthong Dao-Udon, Bump lam phloen, essential Hongthong Dao-Udon: morlam et lukthung des années 70 et 80 en Thaïlande
  • Indian talking machine: – ou l’Inde en 78 tours. Un livre magnifique, une musique d’un autre temps
  • Ryuichi Sakamoto & Alva Noto, The revenant: sombre et très prenant
  • Carter Burwell, Carol: un petit air de Downton Abbey mais en mieux
  • Soul sok sega. Séga sounds from Mauritius 1973-79: des disques oubliés aux rythmes très rock et funk
  • Marissa Nadler, Strangers
  • Bear McCreary, Black Sails
  • Jambinai, A Hermitage
  • Khwanta Fasawang, Lam phaen motorsai tham saeb – morlam thaï
  • Phairin Phonhibun, Lam klom thung: essential Phairin Phonphibun – morlam thaï
  • Space echo: the cosmic sound of Cabo Verde 1977-1985

Des restaurants et découvertes culinaires:

  • Seino (Ixelles): cuisine fusion très réussie aux accents franco-japonais
  • Maru (Ixelles), cuisine coréenne
  • des légumes, association entre plats et cocktails de Matthieu Chaumont et Nicolas Decloedt – un essai chez Hortense encore situé à l’époque au Sablon. L’expérience continue rue de Vergnies à Ixelles.
  • le menu gastronomique de Culinaria Autumn

Et pour le reste, j’ai cousu 15 vêtements (dont une série n’a pas encore été montrée ici) et j’installé un bassin et une petite cascade dans le jardin (je n’ai jamais écrit de billet sur le sujet mais bien posté quelques photos sur Instagram).

This was 2016

Autant 2016 a été une année violente et pleine de morts dans le monde, autant au niveau personnel, elle a été très calme et introspective. Elle avait mal commencé avec la chute de mon père qui l’a fait séjourner deux semaines à l’hôpital puis quatre semaines en revalidation, me laissant vidée et pleine de questions quant à son avenir. En fait, il s’est réadapté à la vie à la maison, avec beaucoup d’aide, mais n’a pas voulu entendre parler d’une maison de repos (il commence juste à se faire à l’idée en cette fin d’année mais je sens bien qu’il ne faut pas le presser). Nous avons évidemment eu quelques accrochages, parfois liés à du chantage affectif et nous ne sommes pas très forts en échanges intimes, mais pour le reste, ça s’est relativement bien passé.

Ce manque d’intimité est quelque chose qui m’a pesé plus généralement toute l’année. Sans doute que je n’étais pas encore prête pour rencontrer quelqu’un. Je suis beaucoup restée à la maison, en profitant pour coudre, jardiner et lire mais je suis sortie aussi, une fois par semaine ou parfois moins. J’ai continué les sorties avec des amis proches, découvrant de nouveaux restaurants et cafés. J’ai été à quelques concerts – très peu en fait, sauf pendant mes quelques jours à Saint-Jacques de Compostelle. J’ai rencontré de nouvelles personnes grâce à mon blog de cocktails, The Lady from Canton, et certaines m’ont accueillies à bras ouverts pour aller à la découverte de nouveaux bars mais aussi de nouveaux restos ou d’autres sorties. J’ai même été invitée à quelques événements pour blogueurs. Ces amitiés, anciennes et nouvelles, prennent une place très importante dans ma vie et son mon lien avec le monde extérieur.

Au travail, rien n’est simple, mais la participation d’un collègue à mon grand projet m’a donné un nouvel élan et même si je n’ai toujours pas de deadlines, le fait de travailler à deux me permet d’avancer plus vite. Par contre, je dois de plus en plus être sur mes gardes quand je communique avec mon chef ou ma directrice. Surtout cette dernière a l’art de décortiquer chaque mot que je dis ou écris.

Mon grand voyage n’était sans doute pas le plus extraordinaire mais j’ai passé un excellent moment au Sri Lanka. J’ai pu découvrir un pays que je n’avais jamais visité, tout en y faisant des activités différentes de celles que j’exerce d’habitude: un safari, de la marche, du vélo… Les quelques jours à Saint-Jacques étaient fantastiques grâce à mes amis. Je n’ai pas beaucoup visité – j’avais eu l’occasion de le faire deux ans plus tôt – mais ce n’est pas toujours la culture qui compte. Juste rester sur une terrasse à discuter pendant quelques heures peut suffire à se sentir bien.

J’ai pris du temps pour apprendre des choses sur moi-même, sur mes différences. Je les ressentais mais sans vraiment les nommer, m’entourant de préférence de personnes comme moi. Je me suis rendu compte que ces personnes ne sont qu’une minorité et que le reste du monde est fort différent. La lecture de Quiet a prolongé et approfondi cette réflexion, me fournissant quelques armes de plus pour me défendre face à certains extravertis ne se rendant pas compte qu’ils empiètent sur mon territoire (je pense à mon chef, notamment, qui peut être assez terrible sans s’en rendre compte). Si je devais donner un mot à cette années passée, ce serait « introspection », et même si c’était assez solitaire, cela a permis de continuer à construire ma personnalité. Je n’ai pas écrit « reconstruire » parce que je pense que la phase la plus aiguë est passée – elle s’est déroulée en 2015.

En 2016, je me suis sentie sereine mais parfois un peu seule, surtout en fin d’année (les jours très courts ne m’aident pas). Et je me suis très souvent sentie heureuse même toute seule (tout est contradiction chez moi).

And for 2016…

Je n’aime pas faire de longues listes, je préfère me laisser porter par ce qui vient, mais voici quelques idées et envies:

  • un grand voyage: la destination n’est absolument pas choisie. Peut-être en Asie, peut-être en Amérique du Sud ? (Je l’espère vraiment, même si cela dépendra de l’état de santé de mon papa)
  • j’irai très probablement à nouveau à St-Jacques de Compostelle pour le travail. J’ai adoré cette petite ville et ça me fait plaisir d’y retourner et aller boire du vin blanc en terrasse et manger de bonnes choses.
  • un w-e à Paris me ferait plaisir pour revoir mes amies
  • mais aussi un « tour » de France en voiture. C’est peut-être mon défi pour l’année: oser partir en voiture pour quelques jours (à part le fait que ce n’est absolument pas écologique ni économique de faire ça seule). J’ai envie de visiter des distilleries d’alcools français anciens (Giffard, Combier et bien d’autres) et si en cours de route, je passe par des endroits où vivent des lectrices, c’est encore mieux !
  • j’aimerais pouvoir apprécier à nouveau plus de musique, découvrir de nouvelles choses, écouter plus
  • et voir un peu plus de films, à moins que les séries ne viennent à nouveau empiéter sur ce territoire. On verra.
  • comme l’année passée, lire au moins six Joyce Carol Oates. Les lectures décevantes de cette année ne m’ont pas découragée.
  • réaménager le fond du jardin, du côté gauche, là où est le rhododendron est mort. Yes ! de la place pour des érables ! et un petit étang ? avec cascade ? je ne suis pas sûre qu’il y ait la place.
  • en couture, tenter l’adaptation de patrons anciens trouvés dans la grande pile de Femmes d’Aujourd’hui des années 50 si généreusement donnés par un ami
  • maintenant que le grenier est repeint, je n’ai pas trop de projets pour le reste de la maison à part acheter un canapé lit pour pouvoir recevoir des invités pour la nuit
  • demander une estimation de prix pour réaménager le jardin avant et l’entrée de la maison
  • et puis surtout, continuer à sortir, voir des amis, aller à des concerts, être heureuse… et qui sait ?