Why are the weekends so short ?

Parfois, les journées sont trop courtes et les envies démesurées. Je m’étais fait une liste de choses à faire ce weekend mais nous voici lundi et je me sens frustrée… j’aimerais pouvoir écrire ici une fois par jour, ou tous les deux jours surtout quand, comme pour le moment, j’ai plein d’histoires à raconter. Je vais essayer de me rattraper (mercredi, c’est congé, j’en profiterai !). En attendant, un petit résumé du weekend dans lequel j’ai réussi à caser des activités plus ou moins intéressantes.

Samedi d’abord: shopping ! Je devais aller chercher les vêtements retouchés chez Mademoiselle Jean et je comptais bien faire des photos de celles-ci (c’est repoussé à plus tard). J’ai néanmoins entraîné Armalite dans un lieu de perdition que j’apprécie beaucoup. J’y ai d’ailleurs vu de très jolies boucles d’oreilles, des pendentifs en pierre noire, en forme de goutte allongée ! Et puis direction rue Neuve pour des achats divers (t-shirts basiques, lingerie, une jolie jupe très Mad Men chez H&M, avec cardigan assorti…). Plus quelques livres chez Brüsel (dont une bd pour le travail – tout peut arriver) et à la Fnac (suite au cours de cuisine moléculaire de jeudi – un billet suivra sans doute).

Dimanche: ménage, vidage de valise, lessives, rangement, tri de photos (avec une galerie sur les artistes présents au Womex (World Music Expo, à Copenhague cette année) créée sur Flickr – merci à diane pour l’aide et les retouches), quelques lapins crétins et voilà que l’après-midi était terminée. Le soir, nous avions prévu d’aller chez Mademoiselle Reçoit dans l’idée de voir si l’endroit était compatible avec un spectacle de burlesque, ou du moins quelques numéros. La présentation de la soirée avait l’air alléchante, je m’attendais à une ambiance assez feutrée, très salon, avec des canapés et des cocktails, des pin-ups et dandys. L’interview sur The Devil must have a Delvaux bag allait dans ce sens. J’ai été bien déçue: l’atmosphère ressemblait plus à une boîte, aux couleurs froides, avec musique allant trop fort et cocktails trop sucrés, s’adressant à un public bien plus jeune que moi et plutôt branché, mais sans style particulier. J’ai vraiment regretté de m’être habillée avec une jolie robe, du rouge à lèvre rouge cerise et mes chaussures Shelly’s à fleurs. Bref, franchement pas le lieu idéal pour se relaxer en fin de weekend… Je vous renvoie à la chronique d’Armalite pour une vision bien proche de la mienne ! Comme elle le dit si bien, il manque un endroit où passer des soirées agréables en discutant autour d’un verre. A priori, je ne vois que les bars d’hôtel mais ils sont souvent sans âme, avec juste des gens de passage. Et donc, pour 22h, j’étais de nouveau à la maison où j’ai profité de ma fin de soirée en lisant une bd devant le feu ouvert en sirotant un Hemingway daïquiri !

Ce week-end: miam miam glou glou

Projets pour le week-end:

– samedi: journées portes-ouvertes chez Mig’s World Wines, avec dégustation de nombreux vins

– dimanche: dégustation de cuisine thaïe et autres activités liées à la Thaïlande à Essence of Thailand

Que demander de plus ? (euhhhh, aller chez Les Belles Chaussures de Melle François s’acheter une paire de la nouvelle collection – c’est prévu aussi !)

UPDATE: j’oubliais le Brussels Design Market samedi !

So much to do this summer !

Entre l’emballage de mes nombreuses affaires et le déménagement vers notre nouvelle maison, j’espère que j’aurai le temps de visiter quelques expositions. A Gand, il y en a deux que je ne voudrais rater pour rien au monde, leur sujet étant tout à fait conforme avec mes intérêts (dadas) du moment:

De tentoongestelde mens. Andere culturen als amusement parle de la fascination des Occidentaux au 19e siècle pour les cultures exotiques et l’exposition de celles-ci d’une manière quelque peu douteuse, tout comme on montrait à l’époque les personnes “anormales” dans les foires. (Musée du Dr. Guislain, Gand, jusqu’au 13-09-2009)

.

.

.

De dolle jaren van het variététheater 1880-1940 parle des théâtres de variété en Belgique et des spectacles proposés, musique, chant et humour souvent teintés d’exotisme et d’érotisme, cherchant toujours le sensationnel. (Het Huis van Alijn, Gand, jusqu’au 13-09-2009, ticket combiné avec l’autre expo)

J’en profiterai évidemment pour acheter les catalogues ! Et aussi pour passer chez Mieke qui vend certaines collections de vêtements pin-up comme Bettie Page – Las Vegas.

Saturday part I: pimp my bar with Galliano

Un samedi en deux parties, toutes deux très productives. Nous avions trouvé l’authentique marasquin Maraska de Croatie, il était temps de le comparer à son rival italien, le Luxardo. Google, notre caviste préféré et beaucoup de ténacité nous ont renseigné Le Cellier, à Uccle. Véritable caverne d’Ali-Baba pour mixologistes en herbe ou confirmés, ce sombre hangar aux néons blafards regorge de trésors rares. Voici notre butin: à chacun(e) son Galliano (que nous cherchions désespérément depuis 2 ans, il est bien en vente au départ de Zaventem mais impossible de le ramener), liqueur de Cacao blanc Monin, Sirops de Litchi, Grenadine, Gingembre et de Mangue aux Epices Monin, Rhum Blanc Agricole martiniquais Trois Rivières, Rhum ambré Jamaïcain Myers, Gin Beefeater, Kahlua, Limoncello et…. marasquin Luxardo bien sûr. Accessoirement, il y a du vin (listes sur le site) !

Et voici notre bar après la razzia:

Si ce n’est pas une Microplane, je n’en veux pas !

Il y a quelques mois, j’avais réalisé du falernum, un rhum aromatisé contenant entre autres le zeste de 10 citrons verts. Après zestage sur ma vielle râpe Ikea, je n’avais plus de poignet tant le travail était ardu. On m’avait vanté les mérites des râpes / zesteurs Microplane sur plusieurs blogs culinaires… mais je n’avais pas encore eu l’occasion d’en trouver en magasin. Un passage par un tout nouveau magasin de matériel culinaire (International Home of Cooking) a réparé ceci. J’ai opté pour la râpe qui tient debout toute seule, avec poignée, 3 grilles de grosseur différente et un éminceur, en étudiant le rapport qualité-prix. Pour 55 euros (ce n’est pas donné mais ça en vaut vraiment la peine), ce modèle me semblait plus complet que les petites râpes spécialisées. Et vu notre utilisation fréquente de l’instrument (deux-trois fois par semaine), ce sera vite remboursé.

Premier essai ce week-end: gingembre sans filaments et zeste hyper fin sans peau jaune (donc sans l’amertume) ! diane s’est jetée dessus, ne me laissant pas l’occasion de l’utiliser. Et en plus, vaisselle facile: la râpe la plus fine peut s’enlever, et le tout peut aller au lave-vaisselle. La vieille râpe Ikea va filer à la cave illico-presto, à moins que quelqu’un ne la veuille, en attendant de pouvoir acheter une Microplane évidemment. Tout était prêt pour la photo, sauf la batterie de l’appareil, ce sera pour une autre fois.

Le passage au Home of Cooking ne s’est évidemment pas limité à ça. Il est impossible de me lâcher dans ce genre d’endroit sans que je ne sorte le panier rempli. Quoique diane soit assez enthousiaste aussi. Résultat: une nouvelle poêle à griller (l’ancienne est usée), une petite sauteuse à moitié prix et une pince traiteur Rösle au mécanisme bien ingénieux, mais pas de moules en silicone, ne sachant pas quoi choisir.

Cook & book


Allez, encore une librairie que j’aime beaucoup et d’où je ne ressors jamais les mains vides. Le seul avantage à ce niveau, c’est qu’elle est située à Woluwe et que je ne vais pas très souvent par là, bien que le magasin Habitat m’y appelle de temps à temps:

Le lieu est magnifique, chaque pièce est consacrée à un thème et décorée avec goût et on peut manger partout (je n’ai pas encore essayé mais ça a l’air pas mal). Le rayon cuisine est un des plus complets que je connaisse, celui des livres d’art est pas mal aussi, géré par une ancienne vendeuse de la Fnac toujours ouverte aux suggestions, seul le rayon littérature laisse un peu à désirer: ils ont les grosses nouveautés mais pas beaucoup de littérature étrangère, par contre leur rayon SF et fantastique est plus grand que la moyenne (pas difficile me direz-vous). Et comme je viens de découvrir qu’ils ont un beau site internet aussi maintenant, c’était l’occasion d’en parler.