Short diary of the week (463)

Lundi: bizarrement j’ai bien dormi – mais la raison est très claire, puisque que je dois aller à cette réunion jeudi j’ai échangé mon jour de télétravail avec aujourd’hui – ça me fera sept jours de suite à la maison en fait vu que demain c’est congé, corriger les textes d’un collègue, de l’encodage, de la lecture, abandonner très vite le roman en cours (Exciting Times de Naoise Dolan) pour cause de manque d’intérêt (pourtant ça se passe à Hong Kong, mais lire les aventures d’une jeune femme de 22 ans qui se cherche ainsi que ses amours ne m’intéresse pas), chercher un autre roman dans ma PAL, terminer le film d’hier: Elvis (Baz Luhrmann, 2022)

Mardi: une mauvaise nuit avec un réveil intempestif où je suis persuadée que j’ai de la fièvre (après vérification: 36,3°), congé donc aujourd’hui pour la fête de la Fédération Wallonie-Bruxelles, aller à la recherche d’une petite plante à offrir, heureusement le fleuriste près de la maison est déjà ouvert à 9h, aller chez mon cousin à Hoeilaart (heureusement j’avais pris le GPS – la route habituelle était fermée), partir ensemble pour une visite de ma vieille tante, elle n’arrive plus à parler mais était relativement en forme, des achats de tissu à Tervuren en vue d’un ou deux nouveaux pantalons pour mon voyage, une sieste, de la lecture, George Clarke’s Old House New Home, Garden Rescue

Mercredi: réveil matinal et donc un métro matinal – ce qui n’était pas une bonne idée vu la foule d’enfants/étudiants, de retour au bureau après une semaine, parler avec les collègues, et puis encore plus l’après-midi lors du drink de départ/renouveau, une journée pas productive du tout au niveau du boulot mais très agréable au niveau des relations humaines, plus trop envie de cuisiner en rentrant, commencer un long film que je suis très impatiente de voir (et me délecter de sa musique)

Jeudi: un quart d’heure plus tard et le métro est bien plus praticable – vidé de sa foule de jeunes, me préparer mentalement à cette longue réunion à 34 tout en écoutant le score du film vu à moitié hier, c’est sombre et dissonant mais aussi lumineux par moments, la réunion – donc – qui dure trois heures et qui a de grosses tendance à s’éparpiller avec quelques piques assez désagréables, sortir de la vidée et fondre en larmes dans mon bureau – un vrai « meltdown » de ma part, je suis clairement la seule à avoir aussi mal vécu cette réunion même si certains collègues sont malgré tout fâchés de son (absence) de contenu, je ne sais même pas où me positionner par la suite: tout le travail que j’aimais faire est balayé – reste l’encodage (mais avec un budget d’achat tellement limité que ce ne sera même pas intéressant), tenter de me consoler avec des makis du Tagawa (après 17h30, ils sont mis à -30% en plus), trop vidée pour regarder la suite du film et me tourner vers un épisode de George Clarke’s Old House New Home

Vendredi: une très mauvaise nuit entrecoupée de réveils intempestifs et d’encore quelques crises de larmes, cette dernière séance de sport est une fois de plus reportée alors que ça me ferait du bien de pouvoir passer à autre chose (et ça me ferait un poids de moins même si je ne sais pas trop encore comment je vais continuer à faire de l’exercice), m’occuper du site (site voué à disparaître sous sa forme actuelle mais « ce n’est pas urgent »), de la lecture, aucune énergie, n’empêche le meltdown de jeudi va sans doute me pousser à réagir et à reprendre certaines choses en main, découvrir six mois plus tard que j’ai maintenant un compteur d’électricité bi-horaire et donc reporter la mise en route du lave-vaisselle à demain, la fin du film: Blonde (Andrew Dominik, 2022) – superbe et tellement triste à la fois

Samedi: espérer que le soleil sorte de derrière les nuages pour réchauffer mon salon, une toile de pantalon qui révèle que je me suis complètement plantée dans les mesures, de la lecture, me sentir fatiguée d’un coup, et ne pas réussir à me réchauffer, cette fois-ci j’ai vraiment de la fièvre (et mal à la gorge), me traîner tout l’après-midi, faire un autotest qui est clairement négatif, aller dormir tôt

Dimanche: une très mauvaise nuit avec la fièvre qui ne baisse pas, mal à la gorge et un nez qui a envie de se boucher, traîner du lit au canapé et retour, me sentir très seule, discuter en fin de journée avec un ami qui me fait des câlins virtuels et qui essaie de calmer mes angoisses, aucun appétit mais il faut quand même que je mange, George Clarke’s Old House New Home, Garden Rescue

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.