Short diary of the week (450)

Lundi: un début de matinée paresseux avant de partir à la première vision de presse de la semaine, y retrouver ma collègue, Fire of Love (Sara Dosa, 2022), retourner au bureau après est toujours un peu difficile, avancer dans la résolution d’un problème, plus de trams suite à un accident qui vient de survenir et voir arriver ambulances et voitures de police, faire le bout à pied jusqu’au métro du coup, ce qui me fait une heure de trajet en tout, un fou sur le quai du métro, une famille envahissante dans la rame – bref tout ce qu’il faut pour me mettre de mauvais poil, mais en rentrant mon voisin m’annonce que ma voiture est réparée, un voisin comme ça c’est précieux, préparer un plat pour les midis qui viennent mais aller trop vite et mettre trop de sel (le mauvais côté du flacon s’est ouvert sans que je ne m’en rende compte), j’espère que ce sera mangeable malgré tout, un autre documentaire sur le même thème que celui de ce matin: Maurice et Katia Krafft – Au rythme de la terre (Maryse Bergonzat, France, 1995)

Mardi: ah mais non voilà un torticolis, mettre en ligne mon article pour demain en attendant de partir pour la seconde vision de presse, autre cinéma avec un autre film – anglais cette fois-ci, pleurer comme une madeleine, le retour au bureau, la réunion d’équipe (20 minutes de réunion, 40 minutes de conversations avec pas mal d’ânes dedans), m’écrouler une fois rentrée, heureusement un dafalgan me fait du bien, un court documentaire sur le même dvd qu’hier: Regarder le feu en face (Isy Morgensztern, France, 1995), aller dormir tôt en espérant me sentir mieux demain

Mercredi: une très mauvaise nuit, la troisième vision de presse, pleurer de rire, le retour au bureau, le repas entre collègues au jardin, tenter de régler le problème de la semaine (suite), rassembler mes affaires pour mes deux jours de télétravail, lire au jardin et me voir attaquée par les moustiques

Jeudi: ça va mieux aujourd’hui après une bonne nuit même si j’ai encore quelques raideurs dans le cou, écrire un texte, chercher des idées pour d’autres, et puis à nouveau cette voiture qui ne démarre plus (j’en ai marre), mais d’abord une séance de sport, redémarrer la voiture grâce aux câbles du gentil voisin et faire de l’autoroute pour la recharger un minimum, c’était donc la faute de ce foutu plafonnier que je cogne parfois sans m’en rendre compte, plus envie de rien après tout ça, et beaucoup de frustrations et d’énervement parce que je voulais passer une fin d’après-midi calme (et continuer mon roman), Tokyo Vice

Vendredi: et en plus de tout ça une très mauvaise nuit – mon cerveau n’a jamais trouvé le bouton off, écouter des disques sur Bandcamp pour un futur article collectif, la frustration au supermarché à cause du selfscanning qui a complètement déconné (je crois que la vieille dame avant moi n’a pas fait ce qu’il fallait et ça a mélangé nos deux comptes), une première commande de vêtements en soldes (et j’ai repéré aussi des chaussures – il y a cette éternelle recherche des sandales idéales pour voyager !), terminer le roman en cours et choisir le suivant (c’est l’époque des pavés de l’été), le début d’un film, je crois que je suis accro à pédantix et pedantle (et j’aime en discuter avec une amie qui aime tout autant trouver ces pages wikipedia cachées)

Samedi: une journée sans surprises ce serait parfait – ou alors juste de bonnes surprises, traîner dans le canapé, de la couture, du rangement, tailler un buisson et traquer du liseron, m’installer au jardin avec ma pile de livres, m’interrompre un moment pour préparer un shrub de nectarines et menthe basilic, changer de fauteuil à mi-parcours pour m’installer sur la terrasse, regarder la finale de The Great British Sewing Bee, et donc une journée sans surprises

Dimanche: traîner dans le canapé, terminer la robe en cours, attacher les tomates (et repérer les premières qui se forment), lire au jardin, préparer à manger, la suite du film (mais pas encore la fin)

(J’aurais bien publié ce short diary plus tôt mais une panne internet au bureau m’en a empêchée.)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.