Short diary of the week (440)

Lundi: le premier jour férié depuis le nouvel an !, en espérant qu’il fasse aussi beau que les deux derniers jours, de la couture, préparer une quiche pour ce midi et les suivants, du jardinage interrompu par un malaise heureusement vite passé, de la lecture, cette fatigue à nouveau, le début de la deuxième saison de Gentleman Jack – le rythme effréné est un peu fatiguant à vrai dire

Mardi: un réveil intempestif à 3h et puis impossible de me rendormir, mon cerveau voulait me convaincre que je n’aurais pas le temps de faire ce qui devait être fait au boulot, être maladroite dans ma salle de bain et renverser un étui rempli de fards, les métros qui ont du retard, il n’aura fallu que deux-tiers de la matinée pour corriger et publier ce texte – donc aucune raison pour ne pas bien dormir, du tri de disques, être maladroite dans la cuisine et tacher ma robe, le début d’un film

Mercredi: la fatigue – encore, c’est de nouveau une mauvaise période à ce niveau-là, écrire un texte – je ne pensais pas arriver à 4500 signes, discuter avec des collègues, attendre l’heure du pointage (j’ai déjà dit que j’ai l’impression de trop travailler par rapport à plein de collègues dont on se demande ce qu’il font ? en fait certains d’entre eux me le disent d’ailleurs), par contre attendre l’heure du pointage c’est vraiment chiant, la fin du film: Downton Abbey (Michael Engler, 2019)

Jeudi: une meilleure nuit, tenter de travailler un tout petit peu, et puis c’est assemblée générale du personnel en visio, heureusement que c’est en visio – j’ai pu mettre le son en sourdine à un moment, je n’en pouvait plus d’entendre les commentaires de certaines personnes et je n’ai aucune envie d’absorber leurs frustrations (parfois très confuses en plus), ceci a évidemment coupé toute envie de travailler, du jardinage donc (planter quelques lys et autres bulbes d’été, enlever des pissenlits, couper le genêt qui n’a pas survécu et déterrer sa souche étonnamment facilement), de la lecture, des ramens, le film du soir: Cavalcade (Frank Lloyd, 1933)

Vendredi: repérer le jardinier chez les voisins (en fait il travaille pour quasi toute la rue) et lui demander un devis pour ma porte de jardin cassée et pour la terrasse, j’ai comme l’impression que lui m’enverra quelque chose (il se souvenait même de mon nom alors qu’il n’a travaillé pour moi qu’une seule fois il y a onze ans), reprendre et terminer – enfin – les textes sur Trinidad, enlever les mauvaises herbes de la pente de garage (et me dire que je devrais peut-être acheter un appareil à désherber thermique), terminer un livre, et donc plus que trois livres entamés en même temps – il est grand temps d’en commencer au moins un en plus !, cette légère appréhension avant de commencer un film – vais-je l’aimer autant qu’avant ?, My Own Private Idaho (Gus Van Sant, 1991), la magie opère toujours donc

Samedi: une bonne nuit reposante, les prévisions météo sont très peu sûres d’elles-mêmes aujourd’hui: soleil ou nuages ?, de la couture, du jardinage: repiquer les tomates et enlever des mauvaises herbes au fond du jardin, de la lecture – d’abord au jardin puis à l’intérieur à cause de ce soleil qui ne sait pas trop quoi faire, le début d’un film mais c’est sans compter cette grosse fatigue du samedi soir

Dimanche: traîner dans le canapé et faire la liste des romans et nouvelles de Ron Rash lus et à lire (c’est dans ma PAL), bien avancer en couture, semer une série de légumes (cucamelon, mini-concombres et cornichons et puis aussi du shiso et du mitsuba), de la lecture au jardin mais c’est compliqué avec le soleil qui vient et qui va, et donc moi qui ai chaud puis froid, préparer le repas du soir et des midis de la semaine – ça fait beaucoup quand même, la suite et fin du long film: Printemps précoce (Yasujiro Ozu, Japon, 1956)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.