Short diary of the week (427)

Lundi: une nuit agitée, une panne du site du boulot qui m’empêche de commencer ce que je comptais faire aujourd’hui, avec tout ça c’est déjà l’heure de la réunion, m’énerver un peu sur un collègue qui dénigre complètement le travail de mon équipe, quelques minutes plus tard il est de mon avis à propos d’autre chose, l’Ethiopie, un gros coup de pompe mais ne pas réussir à faire une sieste, de la lecture, Call the Midwife, Garden Rescue, de maux de tête aussi soudains que douloureux

Mardi: chargée comme un baudet pour aller au bureau, parler avec les collègues – enfin ceux qui sont présents parce que mon couloir est quasi vide, du tri de disques, la réunion d’équipe en visio, rentrer vidée, A House through Time

Mercredi: je ne peux pas oublier ce rendez-vous (et on répète encore et encore), mettre en ligne un article, arriver bien trop tôt à mon rendez-vous mais être reçue quasi immédiatement, une discussion intéressante, du tri de disques du Japon – c’est toujours une activité distrayante et pleine de mystères à résoudre vu que je ne comprends pas le japonais, de la lecture – ah ce serait donc ça le tournant dans l’histoire ?, un plat improvisé, 20th Century Women (Mike Mills, 2016) – j’ai adoré ! – maintenant j’ai vu tous ses films

Jeudi: travailler un moment, puis c’est une (longue) AG du personnel pour organiser les cinq mois et demi qui viennent (s’il n’y a pas de solution après ce temps, c’est chômage assuré), l’attente continue donc et l’incertitude pèse très fort, un coup de pompe gigantesque – c’est comme si j’avais le covid mais je n’ai pas d’autres symptômes que cette fatigue extrême qui me tombe dessus tous les après-midi, une sieste donc, de la lecture, À nous la liberté (René Clair, 1931)

Vendredi: les courses avant de me mettre au boulot, de l’Ethiopie, terminer un chapitre (le second, pas le premier), yes ! enfin un contact avec ce distributeur de films, toujours cette fatigue, de la lecture, Arrowsmith (John Ford, 1931) – dire que ce film a gagné l’Oscar du meilleur film cette année-là !

Samedi: de la lecture de blogs, de la couture, de la cuisine: préparation d’un gâteau chocolat-coco, de la lecture: terminer ce classique et terminer aussi ce livre de non-fiction, commencer à regarder Orgueil et préjugés (le film de 2005) et abandonner en cours de route – je n’ai plus la tête à ça après avoir lu le livre

Dimanche: un matin paresseux dans le canapé, terminer la couture de cette robe commencée… en octobre, commander des semences pour le printemps – malheureusement mon site anglais préféré ne livre plus dans l’Union Européenne, pour les basilics il n’y a pas d’alternative aussi bien fournie mais bien pour les piments et tomates, de la lecture, de la cuisine – un plat franco-vietnamien de coquelets à l’orange et au citron, Bad Girl (Frank Borzage, 1931)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.