Short diary of the week (425)

Lundi: une nuit pas trop mauvaise pour une veille de retour au travail, bon ben j’ai l’impression que je suis une des seules à être présente (difficile à savoir en télétravail), une séance de vélo d’appartement, la fatigue qui me tombe dessus – de même que des maux de tête et ces fichues courbatures qui reprennent en force, de la lecture pour terminer l’après-midi, Call the Midwife, Garden Rescue

Mardi: est-ce que ce sera plus animé aujourd’hui au bureau (enfin en télétravail) ?, le silence est assourdissant, et puis comme si de rien n’était ce mail qui annonce la réunion d’équipe pour cet après-midi, des discussions par mail entre collègues, la réunion donc – qui n’aidera pas à motiver les troupes, d’ailleurs il est peut-être mieux que dorénavant je ne parle plus trop de mes activités au boulot à part les événements marquants, des maux de tête, de la lecture sans trop de conviction, Mata Hari (George Fitzmaurice, 1931)

Mercredi: pas grand-chose à dire sur le boulot, terminer cette liste chronologique de films à regarder, le retour des maux de tête, faire une sieste et ne pas du tout être reposée, de la lecture, tenter de ne pas succomber aux idées noires, A free soul (Clarence Brown, 1931) – encore un très beau rôle pour Norma Shearer

Jeudi: ce n’est pas la grande forme, déprimer complètement, écrire à deux amis-collègues et trouver du réconfort, et même réussir à construire une certaine perspective (vu que la direction a totalement laissé tomber les bras), une promenade au soleil (rien de très spécial – le tour du quartier en forme de rectangle depuis ma rue), de la lecture – une longue nouvelle de 50 pages (mais vu que ce sont des grandes pages écrit petit et en anglais, ça me met le double du temps habituel – 100 minutes donc en gros), hésiter longtemps pour le film du soir, choisir finalement un film de Hong Kong: My Prince Edward (Norris Wong, 2019)

Vendredi: ne même pas allumer mon ordinateur du bureau ce matin (j’ai vérifié sur mon téléphone: pas de mails importants), et puis partir en ville pour l’activité du jour: la première vision de presse de l’année, et donc voir C’mon C’mon de Mike Mills (2021), une rapide course sous la pluie – acheter une cloche à gâteau – ce qui me permettra de ne plus utiliser plein de papier alu, rentrer à la maison, répondre aux mails du matin, de la lecture, et bam ! le retour des maux de tête et une sieste impromptue en fin d’après-midi, un film ? ou plutôt le premier épisode de la quatrième saison de A house through time (j’ai complètement loupé la diffusion en direct mais il y a une chaîne youtube), aller dormir tôt

Samedi: un rêve plein de frustrations juste avant le réveil (j’étais en voiture avec mon père, nous avions débarqué d’un ferry et nous étions dans une grande ville en Nouvelle-Calédonie. Il fallait rejoindre l’hôtel mais mon père roulait dans la mauvaise direction, et quand je lui disais d’aller à gauche comme l’indiquait google maps, il allait à droite – je me suis réveillée à ce moment-là), reprendre enfin la couture de cette robe mais prendre beaucoup de temps pour couper la jupe et marquer l’endroit des plis (de grandes pièces dans un tissu très fluide donc), terminer le livre de nouvelles en cours, choisir un nouveau roman, l’abandonner après une vingtaine de page (je vais les noter dans ma PAL cette année pour laisser une trace de ces abandons), commencer un autre et me forcer un peu à persévérer, il sera peut-être très bien mais j’ai toujours cette impression d’être dans un marasme littéraire, une recette russe en partie modifiée (et sans photo parce que j’ai vraiment présenté n’importe comment), le début d’un film

Dimanche: une nuit un peu agitée parce que je me suis réveillée plusieurs fois à cause de la pluie qui tombait à verse, je prends du poids à vue d’oeil alors que je tente vraiment de limiter les quantités, mais je lis partout que les régimes ne fonctionnent pas et d’ailleurs je n’ai pas envie de me priver (même si c’est ce que je fais quand même un peu, je mange peu de pâtes et de gâteaux par exemple), je sais d’ailleurs très bien qu’une partie de la solution est de bouger plus (mais j’ai beaucoup de mal et je dois me forcer presque à chaque fois), de la couture (je pensais terminer aujourd’hui mais il y a encore trop à faire), filtrer l’infusion de myrtilles et de prunelles et en faire de la liqueur et du sloe gin, le rhum arrangé à la mangue par contre est totalement raté – la mangue ne donne pas bon goût dans une infusion, de la lecture, le fin du film: Lincoln (Steven Spielberg, 2012), Garden Rescue

2 réponses sur « Short diary of the week (425) »

  1. flyingelectra dit :

    bonne idée, je note aussi dans GR mes abandons y a pas de honte, certains livres ne sont pas fait pour nous ou arrivent au mauvais moment ! désolée pour tous les maux de têtes, j’magine que tu as passé une myriade de tests ? le stress par rapport à ton job ?

    1. Je note maintenant mes abandons dans ma PAL, et pas spécialement dans GR (là, c’est uniquement ceux que j’ai traîné un moment – celui de cette semaine, je n’ai mis qu’une demi-heure avant de décider de l’abandonner, c’est « Interior Chinatown » de Charles Yu).

      A vrai dire, je n’ai passé aucun test pour mes maux de tête ! Ce ne sont pas des migraines, et ceux que j’ai eu la semaine passée étaient d’un type différent de ceux que j’avais avant (ceux accompagnés de vertiges). Je crois surtout qu’ils sont liés à mon mauvais sommeil et le tout est lié à mon boulot, c’est clair. Mais on ne peut pas exclure non plus mes hormones.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.