Les simples

Yannick Grannec, Les simples: Située en Provence, l’abbaye Notre-Dame du loup abrite une communauté de bénédictines, qui en cette année 1584 continue ses tâches traditionnelles: la prière pour certaines des religieuses et le soin aux malades pour d’autres, grâce à la connaissance des plantes – les simples – de soeur Clémence. Mais le nouvel évêque de Vence, Jean de Solines, voit d’un mauvais oeil l’indépendance du couvent et souhaite s’attirer les revenus de la vente des remèdes. Assisté par ses deux vicaires, dont le jeune Léon, il élabore un plan pour semer le trouble, mais ses intrigues dépassent ses prévisions et c’est un véritable brasier qu’il allume.

Le récit est conté par différentes voix, celles de Clémence et de la mère principale mais aussi de Jean et Léon, plongeant le lecteur dans les pensées divergentes des protagonistes. Si les parties consacrées à l’herboristerie sont intéressantes, l’intrigue met un certain temps à se mettre en place et semble même un peu exagérée au fil des pages, comme s’il fallait toujours en rajouter. Mais cela reste un roman agréable à lire et une plongée dans le monde de la fin du 16e siècle. Et c’était assez drôle de lire comment une communauté de religieuses n’est pas exempte de jalousies et de chamailleries dignes du jardin d’enfants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.