Normal people

Sally Rooney, Normal people: Connell est un garçon populaire dans son école, Marianne n’a pas d’amis et est très solitaire. Et pourtant ils se rapprochent progressivement quand Connell vient chercher sa mère qui travaille comme femme de ménage dans la maison de Marianne. Ils garderont cette relation secrète par peur du qu’en dira-t-on. Un an plus tard, ils étudient tous les deux à Trinity College à Dublin et les rôles se sont inversés: Marianne s’est intégrée dans un groupe d’amis tandis que Connell peine à trouver sa place dans un milieu qu’il a du mal à appréhender. Il y retrouve Marianne – leur relation s’était brisée suite à des malentendus. Le reste du roman raconte comment ils continuent à se tourner autour, se rapprochant et se séparant à tout moment. Sally Rooney a un talent certain: son récit est d’une finesse psychologique assurée. Elle fait le portrait de jeunes adultes qui ne savent pas vraiment ce qu’ils veulent mais aussi de la différence des classes sociales et son implication sur la vie de tous les jours. On en arrive à aimer Connell par moments, mais aussi Marianne à d’autres, et puis à les détester tous les deux, puis à les aimer à nouveau.

Si ma note n’est que moyenne, ce n’est pas vraiment dû au roman en tant que tel mais au fait que j’ai vu la série. Et la série est très fidèle au roman. Je n’ai donc eu aucun élément de surprise, revivant les scènes que j’avais déjà vues, et mettant constamment des images sur les mots. C’est la raison principale pour laquelle je n’ai pas apprécié le roman à sa juste valeur.