Short diary of the week (414)

Lundi: une nuit très moyenne, une grosse fatigue dès le matin (ça faisait longtemps !), lire tous ces mails en attente et envoyer des réponses, difficile de commencer quelque chose alors que je sais que demain on m’en imposera d’autres, un immense coup de pompe après manger, tondre la pelouse, un peu de lecture, une soirée tv avec des émissions enregistrées: Air Crash Investigation et Garden Rescue

Mardi: la journée au bureau, la bruine n’est pas très agréable, une réunion d’équipe le matin et constater avec plaisir que l’idée d’article qui m’intéresse le plus pour le magazine est aussi celle qui est acceptée, une mini-réunion juste après, manger avec les collègues, de la gestion de disques, et puis rentrer bien fatiguée de la journée, Garden Rescue

Mercredi: attaquer ce premier sujet, ça prend un certain temps quand même pour tout écouter – c’est un podcast, à nouveau un immense coup de pompe en début d’après-midi, finaliser ce court article, le blanc complet quant au repas du soir, finalement préparer quelque chose à partir de tomates et de saucisse qui était au surgélateur, Morocco de Josef von Sternberg (1930) – quel film magnifique !

Jeudi: en attente de réponses pour plein de choses, sentir que toutes les deadlines vont se bousculer bientôt, et voilà elles se bousculent, le choix du film de la semaine a changé plusieurs fois en cours de route, et donc regarder White Building de Kavich Neang (2021), m’endormir à la moitié – j’étais bien fatiguée, de la lecture, une soirée tv très n’importe quoi

Vendredi: attaquer cette playlist cinéma, le gentil commentaire d’un collègue, une première notice écrite – plus que deux (mais mon cerveau doit d’abord se reposer un moment), rédiger une seconde un peu in extremis avant de manger, l’excursion de l’après-midi: les expositions d’art contemporain de la triennale Magma à Ottignies et à Louvain-la-Neuve, une drôle d’ambiance au centre culturel d’Ottignies quasi flippante d’ailleurs, une expo plus classique au Musée L et puis totalement différente dans le parking souterrain, des embouteillages pour rentrer, bien crevée après tout ça mais en même temps avoir l’impression d’avoir trouvé un nouvel élan pour des sorties, Garden Rescue

Samedi: une mauvaise nuit, et puis c’est la course, retrouver un ami pour visiter l’expo Hockney à Bozar – pas mal mais je préfère sa période piscines, photos interdites mais ce n’est pas plus mal vu le monde (je n’ai toujours pas digéré ce besoin incessant de selfies vu en Espagne), se promener en ville en faisant un détour par le Kam Yuen, un curry rice chez Konchu – nouvelle cantine bruxelloise, remonter du côté de l’avenue Louise pour commander mes nouveaux verres à lunettes (on me l’avait dit, et en effet, les verres progressifs ça coûte un pont), rentrer vidée et bien courbaturée dans le cou, grignoter ce délicieux feuilleté grec acheté chez Strofilia (le traiteur), Vivre dans la peur (Akira Kurosawa, 1955) – j’ai beaucoup de mal à apprécier Kurosawa: tout est trop extrême

Dimanche: une bonne et longue nuit, de la lecture de blogs, de l’écriture de brouillons de billets, du tri de photos (une nouvelle constante, et j’ai à peine commencé), hésiter à écrire un compte-rendu de mon voyage et puis me dire que ce serait quand même pas mal (mais je n’ai pas encore écrit une lettre), récolter les tomates encore vertes et préparer un pickle, récolter les piments et mettre une grande partie au surgélateur mais aussi tenter une fermentation de deux variétés, de la lecture, terminer un livre mais du coup ne pas avancer dans le roman en cours, commencer une nouvelle série: Foodie Love sur Arte (en espagnol, et me rendre compte qu’après mon voyage j’aime écouter cette langue) (et découvrir qu’il y a une seconde saison de 37° in February