Japonaises

Florence Plissart, Japonaises. Celles qui éclairent le ciel: en 2017, Florence Plissart arrivait au Japon, à Sapporo, avec son mari qui y était en mission pour le travail. C’est le coeur de l’hiver et il fait froid. Elle s’y sent seule et décide d’aller à la rencontre des femmes, dans un projet artistique. Elle les dessine tout en écoutant leur histoire. Le résultat, c’est Japonaises, un beau livre qui rassemble une quarantaine de portraits de femmes d’Hokkaido, mais aussi de Tokyo et de l’île d’Amami. A ses dessins crayonnés, elle ajoute des collages, et il faudrait les voir en vrai pour mieux s’approprier leur texture, mais ces portraits donnent malgré tout une image intime de ces femmes – certaines se racontent beaucoup, d’autres disent juste quelques mots (il y a la barrière de la langue, et la timidité aussi). J’ai beaucoup apprécié la diversité des portraits, des Japonaises évidemment mais aussi une Aïnoue, une Brésilienne, une chamane d’Amami (qui joue d’ailleurs son propre rôle dans le film de Naomi Kawase, Still the water – que je me suis empressée de voir après avoir terminé le recueil). Un livre à lire et à feuilleter au gré des envies.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.