Short diary of the week (395)

Lundi: une nuit un peu agitée mais ça aurait pu être pire, me remettre au boulot sans grand enthousiasme, une crise de courbature et de maux de tête aussi violente que subite, et surtout qui disparaît après quelques heures en prenant du dafalgan, et puis voilà le programme qui me permet de faire des commandes qui ne fonctionne plus, une sieste, de la lecture – terminer un court roman, Call The Midwife – fin de la 10e saison, Garden Rescue avec un thème sur les pirates mais du coup il y avait des plantes exotiques

Mardi: une mauvaise nuit, une belle crise d’angoisse par rapport au vaccin, appeler mon médecin qui me dit qu’il ne peut rien changer à la date mais qui prend son temps pour me parler, de la relecture et de l’encodage, la réunion d’équipe et les sombres perspectives d’avenir, complètement craquer quand je parle de mes angoisses à ma voisine et qu’elle ne comprend pas du tout, sangloter pendant une heure, me rendre compte quand je me suis un peu calmée que j’ai évacué bien plus que les angoisses du matin (le sombre futur à mon boulot, la pandémie, mon poids, ma solitude, mon papa qui me manque…), évidemment j’ai les yeux tout gonflés et ce n’est pas très propice à de la lecture, j’arrive quand même à terminer le film en cours – El Dorado de Howard Hawks (1966)

Mercredi: une mauvaise nuit – encore – avec des maux de tête, le boulot, est-ce qu’on aurait enfin reçu cet accès gratuit demandé il y a plus de deux ans ?, de le lecture, The Outsiders (Francis Ford Coppola, 1983) – c’était mon film préféré quand j’étais plus jeune mais je me rends compte aujourd’hui qu’il m’a moins touchée, l’orage

Jeudi: ça va mieux aujourd’hui, me plonger dans le taarab tanzanien, aller voir ces salons de jardin en vrai dans un immense magasin, et puis aller à la jardinerie un peu plus loin, m’excuser auprès de ma voisine, The Great British Sewing Bee, Garden Rescue

Vendredi: relire un texte écrit la semaine passée et constater qu’il tient la route, trier des disques, l’orage, les litres d’eau qui tombent du ciel, de la lecture, commencer Mare of Easttown et être accro dès le premier épisode, Anthony Bourdain’s No Reservations au New Jersey

Samedi: lecture de blogs, un aller-retour à Schaerbeek en voiture pour aller chercher une pile de vieux magazines Burda, un retour laborieux après avoir raté l’entrée de l’autoroute, un temps si gris qu’il invite à la lecture, céder à la fatigue en fin d’après-midi et faire une mini-sieste, The painted veil (John Curran, 2006)

Dimanche: le jour des lessives, les jour où j’écris des brouillons d’articles pour le blog, de la couture, le retour des maux de tête, une sieste, de la lecture, Mare of Easttown, No Reservations au Vietnam