The glass hotel

Emily St. John Mandel, The glass hotel: dès que ce roman est sorti, je me suis précipitée pour l’acquérir, me souvenant du fabuleux Station Eleven. Sauf que, comme souvent, je ne l’ai pas commencé de suite, et comme je ne voyais quasi pas de critique apparaître sur mes blogs préférés, et que sa note goodreads n’était pas immensément bonne, je l’ai laissé traîner. Et puis Electra l’a lu et l’a adoré.

Raconter l’histoire de ce roman est un peu compliquée, et la quatrième de couverture dévoile beaucoup trop. Il y a Paul, qui travaille dans un hôtel de luxe isolé dans la forêt, sur une île; il y a Vincent, sa soeur, qui travaille au bar de ce même hôtel; et puis il y a Jonathan, client richissime de ce même endroit. Leur histoire est racontée de manière assez chaotique, changeant de période à chaque chapitre (mais les années sont toujours indiquées) et au début, c’est un peu compliqué de rentrer dans le livre. Mais chez moi, la magie a opéré très vite, je me suis attachée au personnage de Vincent, cette femme qui se laisse porter par les événements. Il y a la beauté de l’écriture qui m’a emmenée dans des mondes très divers, entre pauvreté et richesse extrême, d’une île isolée à New York, dans la forêt et sur les mers. Il y a une grande mélancolie et beaucoup de tristesse, mais ce n’est pas un livre déprimant pour autant. C’est un roman qui parle des changements soudains dans une vie et de l’adaptation à ceux-ci. C’est un roman dans lequel on est aspiré et qu’on a du mal à quitter une fois la dernière page atteinte.

9 réponses sur « The glass hotel »

  1. J’ai lu tous ses livres. Et à chaque fois, je me replonge dans l’atmosphère si particulier de ces histoires avec les personnages qui vont et viennent de nulle part, sans qu’ils sachent vraiment ce qu’ils veulent faire de leur vie.
    Un brin d’atmosphère absurde et poétique. C’est formidablement bien écrit et c’est envoûtant.

      1. 🙂 désolée pour les dépenses mais franchement, on lit rarement ce genre de livres, non ? elle réussit à créer une telle atmosphère et comme tu dis, une fois dedans, même si c’est pas franchement joyeux, on y est bien quand même !

        1. ne t’inquiète pas pour les dépenses ! ce livre en valait la peine !
          ce n’est pas joyeux en effet, mais j’aime bien de genre de mélancolie et quelque part ça me met en joie de lire ce type de récit.

    1. Après avoir lu « Station Eleven » pour moi c’était évident que je lise le suivant, mais il a fallu qu’Electra publie son billet pour que je m’en souvienne ! Bonne lecture ! et je suis curieuse de ton avis !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.