Short diary of the week (384)

Lundi: la plus mauvaise nuit depuis des mois, tout ça à cause de ce 1/5 temps qui me pèse de plus en plus et où on me demande de plus en plus, aller au bureau pour quelques heures – aussi l’occasion de me ravitailler en disques et dvd, de l’encodage le reste de l’après-midi, une tentative de sieste qui ne fonctionne pas, le premier épisode de la série Vietnam de Ken Burns

Mardi: ce mail assassin qui enfonce encore plus « il reste de la marge » (en temps, donc), une réunion en visioconférence consacrée à « ça » – le temps de travail donc, encoder un article et réfléchir sur sa mise en page, de la lecture mais peu de concentration, l’épisode compilatif de Gardener’s World de vendredi passé

Mercredi: attaquer cet article compliqué, une réunion juste avec mon chef pour parler du boulot mais aussi comment je me sens par rapport à « ça », me proposer donc pour un article urgent vu que j’ai très vaguement un peu plus de marge que lui (et qu’aucun autre collègue s’est proposé), et donc abandonner l’article en cours pour commencer un autre, y travailler tout l’après-midi puis décider de sortir pour faire redescendre un peu toute cette adrénaline, un ciel très menaçant mais je rentre finalement avant la pluie et en ayant marché une heure environ, cette sauce tonkatsu maison est vraiment une réussite, Say yes to the dress, The Serpent

Jeudi: une heure suffira-t-elle pour terminer le premier jet de cet article avant la réunion ?, participer à un jury pour des prix musicaux en visio, continuer et terminer cet article, tout ceci me laisse vidée, The Serpent, Kodoku no gurume – la fin de la troisième saison

Vendredi: rajouter les photos et hop l’article peut être publié ! (enfin les articles), le retour du mal de tête, du tri de disques, un moment au soleil pour nettoyer les kniphofias, mal de tête et nausées maintenant, le second épisode de Vietnam de Ken Burns

Samedi: de la couture, nettoyer la terrasse à grande eau – un des gros boulots du printemps, de la lecture, des sushis, cette fatigue !, Vietnam de Ken Burns, Gardener’s World

Dimanche: m’endormir, me réveiller très vite en sueur, une nuit agitée, un cauchemar au petit matin, cette impression que mon corps change et que ça ne va pas être facile – ce qui me déprime (mais aussi tenter de penser positif, de me dire que tout peut bien se passer), de la couture en écoutant du western swing, il fait trop gris pour sortir, terminer le roman en cours, choisir le suivant, une recette de poulet cacciatora à la Jamie Oliver pas vraiment réussie – c’est mangeable mais j’en attendais bien plus, Madame Bovary (Sylvie Barthes, 2014)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.