Short diary of the week (383)

Lundi: une nouvelle semaine qui commence, et deux réunions un peu pénibles en vue, écouter et encoder des disques, mal de tête ou pas mal de tête ?, je survis à la réunion, une balade de 25 minutes pour me changer les idées, The Flight Attendant, commencer aussi The Serpent – sur un sujet qui m’intéresse tout particulièrement – des meurtres à Bangkok dans la communauté hippie des années 70

Mardi: des courbatures au cou dès le matin, préparer la réunion, un peu de Russie, le colis arrive à vélo – j’ai donc acheté un tensiomètre suite aux résultats pas très encourageants chez la gynéco, un premier test qui montre que j’ai une tension tout à fait normale, apparemment je peux relier la machine à une app, une longue réunion, mes yeux sont trop fatigués pour lire, The Flight Attendant, Kodoku no gurume

Mercredi: organiser des agendas de publications, les bardes russes, cet oeil qui coule toujours, une sortie pour un rendez-vous à la banque, une grosse fatigue, deux épisodes de The Flight Attendant (mais pas assez de suspense pour terminer la saison ce soir)

Jeudi: fatiguée dès le matin malgré une bonne nuit, maux de tête, le rock russe, la boucle est bouclée: j’avais écrit un article sur le sujet quand j’étais à l’université – article perdu depuis longtemps (à moins qu’il ne se trouve sur une vieille disquette ?), la tempête, la fin de The Flight Attendant, Kodoku no gurume

Vendredi: des mails, du tri de disques de Touva, terminer le roman-pavé, des bouts de Say yes to the dress – cette émission où des Anglaises ou Américaines choisissent leur robe de mariée – bien trop de bling et de robes de sirènes à mon goût !, Your garden made perfect

Samedi: apprendre que ma tante ne va pas bien, traîner beaucoup ce matin, tailler le sureau, commencer à tailler le rosier mais le vent puis la pluie m’empêchent de continuer, de la lecture, préparer une sauce tonkatsu selon la recette de Tim Anderson, me lancer aussi dans une tentative de porc pané sans friteuse – avec juste un millimètre d’huile dans la poêle, et le résultat est plutôt positif (mais je n’ai pas fait de photos), Coal Miner’s Daugther – ou l’histoire de la vie de Loretta Lynn

Dimanche: commencer une nouvelle robe, la suite du taillage des rosiers, cette fois-ci j’abandonne parce qu’il me faudrait sortir l’échelle ou emprunter le sécateur à long manche de ma voisine, de la lecture, préparer le plat du soir – un ragoût à l’agneau et aux pois chiches à la turque mais une recette adaptée parce que je n’avais pas bien lu les quantités (indiquée dans le système américain d’onces et de cups) ni acheté le bon type de poivrons, Ride The Whirlwind (Monte Hellman, 1966)