Short diary of the week (376)

Lundi: quand mon sommeil est troublé par une des choses urgentes à faire pendant la journée, et que franchement cette chose à faire n’est vraiment pas une montagne, on voit que mon cerveau cherche vraiment à montrer qu’il est là pendant la nuit, et donc terminer la chose urgente en moins d’une heure, de l’encodage, une réunion avec l’autre service dont je fais partie, au début tout va bien mais après un moment je commence à sérieusement m’énerver de ces problèmes qui portent à discussion pour la xième fois, après 2h30 (c’est bien trop long !) je ferme rageusement mon ordinateur en criant et je sors marcher pour tenter d’évacuer mes frustrations, mais ça ne suffit pas et le reste de ma soirée est troublée – ce qui me frustre encore plus, je crois que je fais un burn out pour 1/5 de mon temps de travail, I may destroy you, Undercover, avoir du mal à m’endormir

Mardi: une nuit bien trop courte et pas réparatrice, m’attaquer à un nouveau texte, c’est un peu laborieux, une visioconférence pour régler des problèmes informatiques, une visioconférence avec mes collègues – une toute autre ambiance qu’à celle d’hier, un gros coup de mou et de déprime, envie d’avoir des conversations avec des gens, I may destroy you, Undercover

Mercredi: le plaisir de ces mails journaliers avec un collègue et ami – un peu comme nos discussions en live à la machine à café, fignoler ce texte d’hier que j’ai bien fait d’abandonner à un moment, terminer une série d’autres choses, de la lecture, la fin de I may destroy you – je comprends pourquoi The Guardian était si enthousiaste mais je me suis pas mal ennuyée

Jeudi: réveillée en sursaut par la pluie et le vent, réveillée en sursaut par le réveil, terminer et publier un texte, réfléchir à ce que je vais faire après, de l’encodage, de la lecture, Undercover, terminer le roman en cours et choisir le suivant

Vendredi: congé !, faire les courses dans un supermarché en travaux – pas la meilleure expérience du monde – en fait ils installent un nouveau comptoir traiteur, faire des plans pour l’après-midi, me souvenir de justesse que j’ai un rendez-vous, et du coup mon après-midi n’est pas comme je le souhaitais, de la lecture, un cocktail partagé, deux épisodes d’Undercover

Samedi: le temps commence à être bien long tous les jours à la maison et avec une météo trop froide et triste pour faire de grandes choses dehors, de la couture, me lancer dans le début du rangement et du tri de ma garde-robe, en fait il y a beaucoup de boîtes à chaussures vides mais la poubelle à papier est déjà remplie, de la lecture, terminer un intéressant livre de cuisine et choisir le suivant, des frites !, Far from the madding crowd de Thomas Vinterberg (2015), pas de neige ou presque par ici

Dimanche: oh une montgolfière, écrire quelques brouillons d’articles pour le blog, de la couture, la suite du rangement de la garde-robe, de la lecture, terminer un livre plutôt moyen, un documentaire sur les sentos sur NHK World, Garden Rescue

2 réponses sur « Short diary of the week (376) »

  1. Je pense qu’on fatigue tous, l’hiver est dur pour nos humeurs et le couvre-feu nous empêche de sortir le soir et profiter du peu de jour qu’il nous reste ! bon allez courage ! on tient le bon bout !

    1. je l’espère, les nouvelles étaient peu encourageantes cette semaine, avec l’apparition des nouvelles variantes en Belgique.
      Mais oui, on va s’en sortir ! bon courage aussi !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.