Short diary of the week (366)

Lundi: le début d’une semaine de congé, est-ce que ça va suffire pour soigner mes maux ?, de la couture, la préparation d’un chutney de figues et une tentative de stérilisation des pots (je n’avais pas bien étudié la question à l’avance), 5,5 kilomètres de marche dans le parc de Tervuren, de la lecture, oups j’ai de nouveau oublié la lessive dans la machine, la suite et fin de The Dallas Buyers Club (Jean-Marc Vallée, 2013)

Mardi: les courses, parler un moment avec ma voisine, préparer le rôti de porc pour la recette du soir, une vaine recherche de yuzu dans les magasins bio tout proches, la pluie, préparer un clafoutis aux figues, de la lecture, des ramens de Sapporo – pas mal mais à améliorer, un documentaire sur un crash d’avion à Taïwan

Mercredi: du brouillard qui se lève après une heure, du rangement, de la couture, de la lecture, il fait tout gris et donc hésiter longuement sur la promenade du jour, décider finalement de rester dans le quartier et puis découvrir un très joli chemin au milieu des champs (et pas trop boueux – j’avais mis des chaussures de ville), terminer un livre, choisir le suivant, le retour de Masterchef The Professionals, Garden Rescue

Jeudi: de la couture, préparer de la liqueur de figues, hésiter à partir avec ce ciel tout gris, prendre la voiture et aller à une quinzaine de kilomètres de la maison, des éclaircies, entre chemins creux et forêt, une averse dans la forêt, le retour des éclaircies, je crois que je préfère les balades avec des horizons ouverts à celles dans la forêt même si les couleurs sont belles pour le moment, transférer mes pas dans l’app World Walking – la carotte qui me fait sortir pour le moment – j’ai déjà marché à Singapour et là je suis entre Kamakura et Tokyo (merci à Zéphine qui m’a mis sur la voie), de nouveaux livres de cuisine, Bake Off Vlaanderen, Masterchef The Professionals

Vendredi: les courses et le remplissage du frigo pour la semaine, le tri des photos prises cette semaine, terminer ce gros livre d’histoire rempli de batailles, Masterchef The Profesionals

Samedi: passer une bonne partie de la matinée à choisir une balade, envoyer un message à un couple d’amis et décider en dernière minute de partir à trois, 14 kilomètres de marche sur le plateau brabançon près de Leefdal, le soleil est bas et la lumière est belle, emmagasiner de la lumière pour les prochains jours, ces balades vont me manquer pendant la semaine de travail, improviser un plat au poulet, le début d’un long film

Dimanche: un sommeil un peu agité, du rangement, du tri de photos (j’en ai mis des nouvelles sur mon compte flickr – des vaches, des betteraves… et des paysages), un après-midi lecture – trois livres différents et la revue America n°1, le fin du film: Cheyenne Autumn (John Ford, 1964)

4 réponses sur « Short diary of the week (366) »

  1. jolies photos ! moi qui me disais, mais non la limite d’un kilomètre avant de réaliser que tu n’es pas en France ! tu as de la chance de faire ces longues randonnées ! je me souviens de mes balades sur la plage le matin et le soir en septembre, ça m’avait fait un bien fou ! Bon là j’ai promené mon chien 40′ mais autour de chez moi, du coup paysage moins sympa !

    1. Merci ! oui, je pensais aux Français… je suis bien contente d’habiter en Belgique là 😉 en mars, les déplacements étaient limités (mais de plus que 1km, je ne sais plus de combien) et les gens qui ont une seconde résidence à la mer ou dans les Ardennes se sont plaints très fort. Du coup, cette fois-ci, on peut aller partout en Belgique. Et les librairies sont ouvertes aussi, de même que les bibliothèques et médiathèques.
      Autour de chez moi, le paysage est moins sympa aussi mais ça reste vert quand même – c’est une banlieue résidentielle – et on en a vite fait le tour !

  2. Contente de savoir que j’ai pu aider ! Je ne connaissais World Wlaking, je vais y jeter un coup d’œil…
    Tes photos sont magnifiques, tu as vraiment un coup d’œil pour ça !

    (en réaction aux commentaires) Je suis partagée sur le confinement belge: d’un côté, je comprend l’importance d’un confinement psychologiquement plus agréable à vivre (ou plutôt moins traumatisant) avec des restrictions plus souples, mais d’un autre côté ça me semble absurde, limite inutile puisque ça n’empêche pas vraiment la propagation du virus.
    Difficile de me faire un opinion, ayant vécu un lockdown national drastique (méthode « on frappe vite et fort »), suivi d’un régional tout aussi strict qui ont montrés leurs preuves et nous ont rendu notre liberté totale, je n’ais aucune idée de ce que mon état d’esprit serait si j’étais en Belgique ou en France, où le covid fait des dégâts depuis si longtemps…

  3. Merci !
    C’est clair que les mesures sont très différentes, et je rêverais d’être en Nouvelle-Zélande pour le moment, mais je pense que le fait d’être une île apporte quand même un gros avantage. Le souci en Belgique aussi, c’est que beaucoup de personnes cherchent des exceptions aux règles… Au moins, dans la situation actuelle, avec le télétravail, je peux vraiment éviter les gens (au bureau, dans les transports en commun) tout en sortant de temps en temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.