Short diary of the week (365)

Lundi: une difficile journée au point de vue des émotions: mon papa était né un 2 novembre – jour des morts – et cette date est plus significative pour moi que le 1er, commencer un texte, appeler la banque par rapport aux comptes de mon papa, m’entendre dire qu’il manque une signature – sauf que personne ne m’a prévenue, le début d’un crise de vertiges et de maux de tête, et puis voir la pluie tomber alors que je voulais aller à pied au cimetière, j’irai finalement en voiture, des larmes mais des larmes nécessaires qui permettent d’avancer, la suite et la fin du film: Another Happy Day de Sam Levinson (2011) – une féroce chronique familiale

Mardi: des insomnies – stress à cause du boulot ou manque de magnésium ?, corriger des textes, trier des disques, une visoconférence, rentrer quelques plantes, le gros coup de pompe, un documentaire sur les trains au Vietnam

Mercredi: une bien meilleure nuit, m’attaquer à ce nouveau texte et me rendre compte que je ne dirai pas grand-chose avec cette limite de signes, et puis me sentir oppressée, avec le retour des maux de tête, tenter de soigner ça en allant me promener, mais c’est pire après, ne plus rien faire de bien, angoisser à l’idée de devoir aller seule aux urgences (ça n’a jamais été nécessaire – mon cerveau a juste déraillé complètement), une tentative de yoga

Jeudi: une mauvaise nuit évidemment, mais ne pas réussir à rattraper le sommeil perdu le matin, j’imagine que tout ça est en fait causé par un stress auto-imposé concernant le boulot, le but du jour: terminer les trucs en cours à mon aise, de la lecture, tout et n’importe quoi à la tv

Vendredi: pas mieux, j’espère que ma semaine de congé va arranger tout ça, des mails, des publications, un courte sortie pour acheter la revue America et des livres, encore une soirée tv avec de tout et n’importe quoi – on voit que je suis fatiguée

Samedi: youhou – une semaine de congés !, me remettre à la couture après un mois d’interruption, rien de très original mais une robe qui fonctionne bien avec un joli tissu, ramasser les feuilles, ranger les loupiotes d’été, de la lecture, le soulagement, Martha Marcy May Marlene (Sean Durkin, 2011)

Dimanche: de la couture, sortir pour une promenade mais changer mes plans à la dernière minute (je soupçonne déjà ce qui va suivre): ce sera dans le quartier dans des rues que je ne connais pas, de nouveaux maux de tête me forcent à rentrer au plus vite, me coucher, et puis me traîner le reste de l’après-midi, ma voisine me disait que j’avais sans doute trop de tension et elle me prête un appareil pour la mesure, ce n’est pas du tout le cas: ma tension est normale – ce qui fait redescendre un peu mes inquiétudes, du scan de dias, de la lecture, le début d’un film mais ces maux de tête m’ont épuisée