Au bonheur des fautes

Muriel Gilbert, Au bonheur des fautes: confessions d’une dompteuse de mots: repéré chez Keisha, ce livre m’a tout de suite tentée: je suis maintenant rédactrice, et je dois souvent relire les textes de mes collègues pour traquer les fautes. Muriel Gilbert est correctrice au Monde, un poste qu’elle a obtenu après de nombreux détours et changements de carrière, comme elle l’explique au début de son récit. Elle décrit son travail à la rédaction, dernier maillon avant l’envoi à l’impression, une tâche souvent réalisée dans l’urgence. Mais avec les années, elle a rassemblé un nombre d’outils qui l’aident. Au fil des pages, elle dévoile ses trucs et présente certaines des règles compliquées, voire même tordues, de la langue française. Elle parle également des nouveaux mots, comment ils se créent, comment ils entrent dans le vocabulaire courant. J’ai trouvé ces pages très instructives et je les conseille à toute personne passionnée d’orthographe.

Bilan culturel – septembre 2020

Romans, récits de voyage

  • Alex Taylor, Le sang ne suffit pas – 4/5
  • Jenni Ferrari-Adler, Alone in the Kitchen with an Eggplant : Confessions of Cooking for One and Dining Alone – 2/5
  • Tan Twan Eng, The gift of rain – 5/5

Bandes-dessinées

  • Yaro Abe, La cantine de minuit 3 – 5/5

Séries tv

  • Betty – saison 1 – 5/5

Films

  • Rocks, Sarah Gavron (2019) – 4/5
  • Bande de filles, Céline Sciamma (2014) – 3/5
  • Le repas, Mikio Naruse (1951) – 4/5
  • La porte de l’enfer, Teinosuke Kinugasa (1953) – 3/5

Documentaires

  • Prohibition – une série en cinq épisodes sur arte.tv – 4/5
  • Sing me a song, Thomas Balmès (2019) – 3/5
  • Overseas, Sung-A Yoon (2019) – 4/5