Rodéo

Aïko Solovkine, Rodéo: une route de campagne, la nuit, une jeune femme rentre chez elle en voiture. Une autre voiture se rapproche dangereusement et la poursuit. Aïko Solovkine raconte l’histoire de ces gamins de province qui s’ennuient, qui s’amusent à se courser en voiture, qui sont à la recherche d’une fille conciliante qui se soumettra à leur désirs. Leur vie n’est pas très rose, leur chemin est tout tracé. Comme leurs parents, ils resteront dans la médiocrité, boiront des bières à la buvette du terrain de foot tout en observant leur progéniture se défouler. Certains ne se fixeront pas, vivant de petits boulots et trafics divers. L’auteur trace un portrait assez sombre d’une certaine partie de la population. Sans citer aucune lieu, le lecteur (belge) pensera de suite à la région de Charleroi, région sinistrée et parsemée de vestiges du passé industriel. Il ne reconnaîtra pas tout, l’auteur ayant créé un espace particulier, additionnant des sites qui en réalité ne sont pas aussi proches. Mais le lecteur imaginera sans problèmes les personnages qu’il a peut-être déjà côtoyé en vrai, pas spécialement les mêmes, mais leurs cousins bruxellois ou liégeois, ou français, ou hollandais…

Je lis peu d’auteurs belges, et si c’est le cas, ils sont en général flamands. Ce roman est ma première incursion dans la littérature belge francophone; il a été chaudement recommandé par Marie-Claude qui est québécoise. Je pense que sans elle, je ne l’aurais jamais lu; j’ai trop d’a priori. J’ai bien fait de me lancer, j’ai découvert une auteur qui possède un style et un ton propres, très percutants. Elle m’a fait penser un peu à la flamande Lize Spit qui décrit aussi cette vie médiocre de la province. Une très belle découverte.

6 réponses sur « Rodéo »

  1. je l’ai vu mais je n’aime pas ce thème dans les romans sur la jeunesse désœuvrée
    je lis aussi très peu d’auteurs belges (j’adore Bruxelles) mais je réalise que j’aime aussi peu leur série, une vision trop brutale et pessimiste ? alors qu’en vrai, ils sont très sympas et chaleureux. Là, ils apparaissent tout le contraire …

    1. Les Belges sont en effet très sympas et chaleureux 😉 mais ils ont aussi un sens de la noirceur assez particulier. Je peux comprendre que ce ne soit pas pour tout le monde.
      L’avantage de ce roman, c’est qu’il est court et que c’est donc vite passé !

  2. Il est sur mes étagères, suite au billet de Marie-Claude aussi ! Je me réjouis d’avance de sa lecture (mais pas tout de suite, je suis en pleine préparation du Mois Américain…).

    1. J’ai hésité à participer au Mois Américain, mais je préfère en fait ne pas trop m’attacher à un thème précis pendant un moment délimité… bref, je lis selon mes envies !
      Je lirai en tous cas tes billets avec attention, y compris pour Rodéo.

  3. Me voilà ravie de lire ton enthousiasme pour ce petit roman brut et brutal. J’y ai trouvé une voix et un ton singuliers et forts. Maintenant que tu le dis, je partage tes mots sur une certaine parenté de ton avec Lize Spit, dont j’ai tout autant adoré le roman (depuis, sa lecture, je ne regarde plus de la même manière les cubes de glace…!)

    Par ailleurs, moi, le sens de la noirceur, ça me convient parfaitement!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.