Short diary of the week (351)

Lundi: une nuit très moyenne – ce qui est dommage parce que j’avais enfin plus moins récupéré, congé aujourd’hui !, tout le monde a eu la même idée que moi: aller chez Ikea, je fonce dans le magasin en évitant le plus possible les gens pour acheter cette chaise de bureau qui rendra mon télétravail plus confortable, et j’achète aussi quelques loupiotes de jardin, l’assistante sociale de l’hôpital m’appelle pour me dire que mon papa peut retourner à la maison de repos mercredi matin, ce qui est un soulagement, tailler la haie, de la lecture au jardin mais au bout d’un moment je frissonne, 21° ce n’est pas suffisant pour moi, aller à la clinique et voir le médecin qui m’annonce que la sortie de papa est reportée – elle veut encore faire un examen du cœur parce qu’il a des soucis de rythme cardiaque, papa est agité et gémit constamment, quand je lui demande pourquoi il me répond qu’il veut embêter son monde (je reconnais bien là son fichu caractère), il me répète aussi qu’il est « foutu », et moi je sors de là bien triste à nouveau – ce n’est pas une vie, je ne sais pas si je dois l’encourager à faire des efforts ou lui dire qu’il peut se laisser aller, cela me rongera toute la soirée et pendant la nuit, et donc des émissions de la BBC pour tenter de me changer les idées: A house through time et Garden rescue

Mardi: une mauvaise nuit donc, congé ! c’est la fête nationale, commencer de la couture et puis me rendre compte que si je veux manger ce midi je dois cuisiner ce plat de courgettes, préparer de la liqueur de fruits rouges et du shrub au mûres, lire au jardin, Babylon Berlin, Kodoku no gurume – deuxième saison

Mercredi: me lever tôt pour conduire la voiture au garage, rentrer à pied (il y a environ 6km) et en profiter pour faire des photos du paysage très contrasté entre autoroutes et champs de blé, de la préparation de couture, lire au jardin, et puis les choses s’enchaînent: mon voisin me conduit pour aller chercher la voiture et au moment où je rentre mon cousin est là pour aller avec moi à l’hôpital, mon papa est de meilleure humeur – peut-être parce que mon cousin est là, les dernières recommandations du médecin avant la sortie demain, ça m’a fait du bien d’aller à l’hôpital accompagnée et partager mon désarroi face à l’état de mon papa avec quelqu’un qui l’a vu aussi, un repas improvisé, Babylon Berlin, Inside Burma: land of fear de John Pilger (1996) – tous ses documentaires sont sur sa chaîne vimeo

Jeudi: le retour au (télé)travail, le retour de l’Afrique du Sud, une longue discussion avec la directrice de la maison de repos à propos de mon papa, lire un peu au jardin, un court documentaire pour le boulot, et puis commencer à réfléchir à mon texte en regardant des bêtises

Vendredi: écrire ce texte dans ma tête pendant que je m’habille, l’écrire en vrai, un premier jet qui sort tout seul, et en même temps mon nouveau bac étang fontaine est installé, je pourrai réaménager le fond du jardin maintenant, continuer à travailler, lire un peu, Gardener’s World, et puis la vision de ce bac la nuit avec les lumières allumées – vision qui m’enchante

Samedi: un tour dans le Brabant Wallon pour acheter érables et poirier nashi, un tour dans le Brabant Flamand pour acheter un érable de plus et d’autres plantes, commencer à vider l’ancien étang, cuisiner de la sauce bolognaise pour la surgeler, lancer un film, m’endormir après dix minutes – un record !, la pluie

Dimanche: traîner un moment comme tous les dimanches matin, de la couture: le début d’une toile, le jardin en chantier: enlever l’ancien étang et remplir le trou, me sentir agitée et tenter de remédier à ça, de la lecture, un plat birman pas trop réussi, un bout de film (oui, je me suis endormie), terminer mon roman