Short diary of the week (347)

Lundi: commencer les recherches pour un nouveau texte à plusieurs mains et commencer à écrire ma partie, en publier un autre, terminer l’après-midi en lisant, hésiter à passer la soirée dehors et puis plutôt regarder un épisode de Breaking Bad et de Kodoku no gurume

Mardi: une belle insomnie, je me fais déjà du souci pour la visite médicale de mon papa de la semaine prochaine (c’est à présent moi qui devra l’accompagner), et ne pas arrêter de penser au décès de cet ami qui faisait tant de choses pour lui, commencer un autre texte bien plus long et difficile à écrire, et puis me préparer à partir pour visiter mon papa, sauf que la voiture ne réagit plus – morte, sauvée par mon voisin qui me conduit – ce n’est pas très loin, mon papa va mieux pour le moment même s’il est triste du décès de son ami, la tentative de recharge de la batterie se révèle être un échec – il faudra la remplacer, toutes ces aventures m’ont bien fatiguée, du puzzle pour me calmer

Mercredi: me remettre au long texte, bien avancer, régler les problèmes de batterie de la voiture – je sais presque comment faire moi-même maintenant, Breaking Bad

Jeudi: toujours ce long texte puis le laisser reposer, passer à autre chose, une journée comme les autres, une envie de frites mais me rendre compte que je n’en ai plus au surgélateur, Breaking Bad, Kodoku no Gurume

Vendredi: de l’écriture, la voiture est à nouveau morte, le dépanneur pense qu’une loupiote est restée allumée (j’espère que c’est ça), rouler trois quart d’heure pour recharger la batterie, les courses, me mettre au jardin un court moment mais il fait un peu trop frais pour lire, The Great British Sewing Bee

Samedi: pour le moment je me réveille bien trop tôt – aux alentours de 6h – et je n’arrive plus à me rendormir, quelques rapides courses pour acheter les choses oubliées hier, du rangement, tondre la pelouse, terminer le puzzle, lire au jardin, un western trop bavard à mon goût (même si c’est un classique) en accéléré: The man who shot Liberty Valence (John Ford, 1962)

Dimanche: préparer quelques marinades, un peu de couture (robe sac ou pas robe sac – c’est encore trop tôt pour le dire), la suite de la préparation, un barbecue avec deux amis – un rendez-vous repoussé depuis la mi-mars, une chouette après-midi à beaucoup parler, et donc oui les contacts sociaux me demandent beaucoup d’énergie mais me font tellement plaisir aussi, le jeu sera de trouver le juste milieu, c’est aussi pour ça que j’aime le télétravail – je suis moins fatiguée en fin de journée, commencer le nouveau puzzle et lire un peu, Breaking Bad – deux épisodes – je m’ennuie un peu avec cette cinquième saison, cette pointe de tristesse annuelle liée au solstice – je n’aime pas quand les jours raccourcissent, de l’anxiété qui monte en prévision de la semaine à venir (juste mardi en fait)