Les putes voilées n’iront jamais au paradis !

Chahdortt Djavann, Les putes voilées n’iront jamais au paradis !: après avoir lu Le pont des soupirs, j’ai cherché des romans courts, pour avoir l’impression d’avancer. Je me suis plongée dans ma vieille PAL et j’ai sélectionné ce livre qui s’y était ajouté lors de l’initiative « Lire le monde » d’il y a quelques années. Sous des airs de roman, Les putes voilées n’iront jamais au paradis ! décrit la prostitution en Iran: il raconte les histoires fictives de quelques femmes mais reprend également des cas réels, des femmes qui ont été retrouvées mortes ou qui ont été condamnées à la peine de mort. L’auteur leur imagine une vie antérieure pour leur donner un visage. Car c’est bien de cela qu’il s’agit: montrer une réalité qui est cachée, montrer l’hypocrisie des hommes et de tout un gouvernement qui se dit saint mais qui a besoin de prostituées. C’est dur, c’est très cru, et c’est important d’en parler.

Mais je n’ai pas du tout aimé la manière de faire de Chahdortt Djavann. Je m’attendais à un roman, à une histoire suivie de quelques femmes, pas à des interruptions intempestives de l’auteur qui commente ce qu’elle a écrit, et qui laisse même une fin ouverte tout en prévenant de ce qui se passe en général dans ces cas-là. Si j’avais voulu lire un récit documentaire sur le sujet, je l’aurais fait; je n’ai pas aimé ce mélange des styles dans ce qui est annoncé comme un roman. Ma note est donc une moyenne: 4 pour le sujet, 2 pour la manière de le rendre.

En faisant quelques recherches, je me suis rendu compte que j’avais déjà lu Big Daddy du même auteur. Mon avis était également mitigé, mais pour d’autres raisons. Et je n’ai aucun souvenir du roman après quatre ans.