Un été au Kansai

Romain Slocombe, Un été au Kansai: Friedrich Kessler, 24 ans, débarque au Japon en 1941 pour travailler à l’ambassade du Reich. Par l’intermédiaire de lettres, il raconte à sa sœur restée en Allemagne ce qui se passe à Tokyo, les jours insouciants du début, puis les bombardements et les incendies de la fin de la guerre. Il parle de ses rencontres, de l’attirance qu’éprouvent pour lui plusieurs femmes, l’épouse de l’ambassadeur et l’infirmière qui s’occupe de lui pendant un accès de malaria. Ce roman épistolaire montre l’envers du décor, donnant la parole aux vaincus qui malgré tout croient encore à une victoire (pas tous, mais un grand nombre). J’ai eu un peu de mal à entrer dans le roman mais je me suis très vite intéressée au récit de la grande histoire – l’auteur s’est beaucoup appuyé sur des sources de l’époque et connaît bien le Japon. Et ce n’est pas désagréable à lire.