Le problème à trois corps

Liu Cixin, Le problème à trois corps: a priori, je n’aime pas la science-fiction. Et pourtant j’ai été tentée par ce roman à la suite du billet d’Ingannmic, avec qui je m’entends souvent au niveau des lectures. Une mise en garde: ne lisez pas la quatrième de couverture, ou même le résumé sur Goodreads: cela raconte des choses qui arrivent à la moitié du roman. Le livre commence avec l’exécution publique du père de Ye Wenjie, éminent scientifique, par les Gardes Rouges en pleine Révolution Culturelle. Sa fille est bannie et envoyée en rééducation puis invitée à travailler dans une base scientifique où se trame le mystérieux projet Côte Rouge, sachant qu’elle n’en sortira jamais. Ce projet envoie des ondes radio dans l’espace, espérant une réponse. La suite du roman se passe aujourd’hui et suit Wang Miao, spécialiste en nanotechnologies. Celui-ci vit des choses bizarres et inexplicables. Ceci n’est que le début d’une histoire très fouillée, notamment au niveau scientifique.

Je ne sais pas trop quoi penser de ce roman: d’un côté, j’ai beaucoup apprécié l’ancrage dans la réalité des années 60 et d’aujourd’hui mais d’un autre, j’ai été perdue par les renseignements scientifiques. Je n’ai jamais vraiment accroché à ces matières et je connais peu sur le sujet. Certains passages m’ont semblé longs et pourtant j’ai continué ma lecture, happée par le récit – ceci explique ma cote de 3 étoiles. Il s’agit d’un roman complexe, aux multiples facettes, qui m’a fait penser quelque part à du Neil Stephenson dans le Cryptonomicon (qui est un roman que j’ai adoré). Est-ce que je lirai la suite ? Je ne sais pas encore…

Short diary of the week (303)

Lundi: une nuit moyenne (normal du dimanche au lundi), reprendre l’écriture, un immense coup de pompe en rentrant, Big Little Lies – une fin de la seconde saison qui n’est pas tout à fait satisfaisante à mon goût

Mardi: une mauvaise nuit, une journée qui se passe entre activités diverses, lire au jardin, un immense coup de pompe qui me pousse au lit

Mercredi: réveillée en sursaut par une alarme en milieu de nuit, ne même plus ouvrir ma fenêtre au bureau, c’est long quand même, surtout qu’aucune mesure exceptionnelle n’a été prise (ah mais il y a de l’eau et des ventilateurs, c’est le minimum légal), une voiture toute propre et passée au contrôle technique, lire au jardin jusqu’à la tombée de la nuit

Jeudi: une bonne nuit, une journée qui se passe sans grand entrain, et avec de moins en moins d’énergie au fur et à mesure que les températures montent, 40° donc, une escapade dans la fraîcheur du supermarché, une forte pluie, cette humidité !, Buffy, Angel

Vendredi: réveillée par le bruit du rideau qui bouge avec la fenêtre ouverte, réussir à planter word parce que trop de documents sont ouverts, préparer le repas du soir, un barbecue, une soirée très agréable entre amis avec la fraîcheur qui tombe tout doucement et les loupiotes qui s’allument (et juste une goutte de pluie), et des cadeaux d’anniversaire: une hutte tiki (avec des verres) et une peluche chat coussin qui est baptisée Marcel Augustin (le chat coussin)

Samedi: réveillée par la pluie, me rendormir, la fraîcheur – enfin !, aller chez mon papa qui me parle de son regret toujours présent de n’avoir pas pu étudier à l’université, les courses, de la couture, toute cette pluie !, un peu de déménagement, tenter de jouer à Zelda breath of the wild sur la Nintendo Switch prêtée par le bureau mais je suis nulle avec la manette, Angel, Buffy, m’endormir sans avoir lu une lettre

Dimanche: dormir longtemps – j’avais sans doute du sommeil à rattraper, et c’est reparti pour l’été à la belge – les prévisions me dépriment déjà – ce sont toujours des extrêmes ici, de la couture, du déménagement – toutes le bouteilles sont descendues à la cave, de la couture, reprendre Zelda et m’en sortir déjà bien mieux, canard et salade à la mangue, Angel, Buffy, lire un moment au lit

The Rumble in the jungle skirt with a black Rita blouse

L’année passée, j’avais acheté le dernier mètre trente du magnifique tissu Menagerie de Rifle Paper Co, chez Atelier Moondust à Woluwe. Il y avait juste assez pour coudre une jupe. Cherchant le confort, je me suis dit qu’un modèle à taille élastiquée serait très agréable et qu’il ne faudrait pas de patron: deux rectangles et une bande pour la taille. Sauf qu’évidemment, j’ai changé d’avis et décidé que ce serait plus joli avec un élastique juste à l’arrière. Je me suis lancée aveuglement dans le montage, n’ayant pas trouvé de tutoriel sur le net (j’ai mieux cherché depuis). Ce qui devait être un projet rapide a pris un temps fou. D’abord, j’ai voulu des plis à l’avant mais je n’arrivais jamais à la bonne mesure. J’ai bien recommencé dix fois. Puis j’ai cousu toute la bande de taille – dans un autre tissu parce que la jupe aurait été trop courte autrement – en laissant une ouverture pour l’élastique. J’ai dû la découdre: elle n’était pas assez large. J’ai recommencé. En insérant l’élastique, il s’est replié. Je l’ai enlevé. J’ai recommencé. Il s’est à nouveau replié et j’ai abandonné. J’ai fermé le tout tel quel.

The rumble in the jungle skirt 01

J’ai compris en regardant ce tutoriel que ma marche à suivre était mauvaise: j’aurais dû fermer uniquement la partie arrière de bande de taille, puis insérer l’élastique, puis fermer la partie avant. Et prévoir plus de place pour l’élastique. Mais j’ai appris beaucoup de choses et la jupe est super confortable. Elle pourra évoluer avec mes changements de poids et il est donc prévu d’en coudre d’autres.

The rumble in the jungle skirt 02

Quant à la blouse, j’ai fait une seconde tentative de blouse Rita, tenant en compte les problèmes de la précédente. Celle-ci, en simple tissu de coton noir, est donc plus grande mais je ne suis pas sûre du résultat une fois portée. Je l’ai même mise ce matin puis enlevée à nouveau, n’étant pas à l’aise. Je trouve tout particulièrement qu’elle accentue la zone de mon ventre que je veux camoufler. Bref, je ne sais pas encore si je vais en coudre de nouvelles (malgré le stock d’élastique que j’ai fait entre-temps).

The rumble in the jungle skirt 03
The rumble in the jungle skirt 04

Conquerors: how Portugal forged the first global empire

Roger Crowley, Conquerors: how Portugal forged the first global empire: il y a quelques mois, je souhaitais en apprendre plus sur l’exploration et la découverte des nouveaux territoires en Asie et dans l’Océan Pacifique à partir de la fin du 15e siècle. Et à ce moment-là, un ami m’a prêté ce livre. Il s’attache à une période bien plus courte que celle qui m’intéressait, et à un territoire bien plus réduit mais il s’est avéré passionnant. Dès la fin du 15e siècle, les marins portugais commencent à longer les côtes de l’Afrique, pour finalement réussir à les contourner et arriver en Inde en 1498. Dès lors commence une conquête des richesses et de divers lieux qui deviennent des comptoirs. Cela n’a pas été sans mal et il y a eu de nombreux revers de situation. Roger Crowley explique ceci avec minutie mais tout en gardant un style très accessible. Un livre que j’ai lu lentement au départ et que j’ai dévoré sur le fin. Même si j’aurais aimé en savoir plus sur le voyage de Magellan qui n’est pas abordé, j’ai appris énormément de choses sur cette époque, et tout particulièrement sur les horreurs de la conquête, menée par des hommes durs et violents, parfois très loyaux, mais surtout avides de richesses.

Short diary of the week (302)

Lundi: fatiguée dès le matin (et pourtant j’ai bien dormi), commencer un nouveau pays, j’ai froid !, des maux de dos, préparer une quiche pour la semaine, Big Little Lies, Buffy – début de la troisième saison

Mardi: pas super en forme à nouveau, une journée qui se passe, des maux de dos bien plus douloureux qu’hier, emprunter le ballon de pilates de mon collègue – ce qui aide un peu, rentrer et faire du yoga pour la bas du dos, Euphoria, Angel – début de la première saison

Mercredi: me réveiller bien trop tôt, et donc partir plus tôt mais passer par la boulangerie, travailler, une croûte aux fraises en dessert avec les quelques amis-collègues présents pour fêter mon anniversaire, travailler à mon aise, un délicieux cocktail au Modern Alchemist puis tester une nouvelle création, un délicieux repas de tapas portugais Chez Luis

Jeudi: une journée qui se passe, une dispute avec mon père, je l’appelle, il se plaint que ses tableaux ont été déplacés, j’attends… et puis rien, il a à nouveau oublié mon anniversaire et cette année je lui dis, il me répond qu’il est gêné, mais le mal est fait, et je sais pourtant qu’il n’a plus de mémoire immédiate mais j’étais quand même vexée, et puis il a recommencé à se plaindre sur ses tableaux, j’ai raccroché, j’ai pleuré, j’ai tenté de me consoler avec deux épisodes de Buffy (tout en râlant sur la personne qui a programmé le menu de manière illogique – ce qui m’a fait regarder l’épisode 3 avant le 2), terminer mon roman

Vendredi: une très mauvaise nuit (une conjonction probablement de la pleine lune, du vin et de mon chagrin), pas trop envie de travailler et puis ne pas voir le temps passer en travaillant, une sortie entre voisins chez une ancienne voisine qui habite maintenant Anvers, cette vue sur l’Escaut est magnifique, un GPS qui décide de nous emmener par les nationales pour rentrer

Samedi: un manque de sommeil certain – je ne suis plus faite pour les sorties au delà de 23h, aller chez mon papa qui s’excuse encore d’avoir oublié mon anniversaire (et ses tableaux sont presque bien remis), par contre il a perdu son rasoir, du déménagement pendant que la pluie tombe, de la lecture, deux épisodes d’Angel

Dimanche: monter des livres, commencer une nouvelle robe, descendre des verres – j’en ai beaucoup trop !, de la lecture au jardin, cuisiner un plat indonésien, mon papa m’appelle pour me dire qu’il a retrouvé son rasoir dans son fauteuil, encore de la lecture, Buffy

Hong Kong et Macao mis en scène

Adrien Gombeaud, Hong Kong et Macao mis en scène: à la recherche d’informations sur Hong Kong et Macao, je suis tombée sur ce livre qui m’a tout de suite attirée. Adrien Gombeaud analyse la filmographie américaine, française et asiatique et décrit les films qui représentent les deux villes. Beaucoup ont été tournés sur place mais d’autres utilisent des décors ou d’autres villes pour idéaliser l’Asie (Macao, l’enfer du jeu de Jean Delannoy est entièrement tourné à… Nice !). Au contraire, Hong Kong est parfois filmé pour montrer Shanghai. Ce petit recueil est passionnant dans sa description des films mais aussi pour les quelques cartes qui situent des lieux précis. Je recommande, même sans voyage dans la région.

The “Escape from fantasy land” dress

Quand je souhaite coudre un projet rapide, je retourne toujours vers les mêmes patrons, en y faisant parfois quelques modifications. Cette nouvelle robe est donc une combinaison du haut de la Night & Day Dress (Charm Patterns, déjà testé ici), mais avec une nouvelle encolure, celle de la Chemise Dress (Gertie sews Jiffy dresses), mais en version un peu plus profonde, et avec une jupe froncée parce qu’il ne me restait pas assez de tissu pour un autre type de jupe après un placement de motif un peu compliqué. Le tissu est “Leis luaus & alohas” d’Alexander Henry que j’avais acheté il y a un certain temps. A part ça, rien de spécial à dire: le montage s’est fait sans problèmes et le modèle me va.

The escape from fantasy land dress 04
The escape from fantasy land dress 03
The escape from fantasy land dress 02
The escape from fantasy land dress 01