The travel virus

358-BTBangkok

Bangkok, en route pour de nouvelles aventures – décembre 2014

J’ai toujours aimé voyager, et c’est de famille. Mon papa a attrapé le virus en 1959-60, l’année où il a fait son service militaire au Congo Belge, au moment de l’indépendance. Par la suite, il a épousé ma maman et rencontré mon oncle qui organisait des voyages culturels. Il est devenu guide et partait lors des vacances scolaires. Il avait ses destinations de prédilection: le bloc de l’Est, le désert du Sahara, l’Islande… Ma maman et moi l’avons souvent accompagné lors de ces voyages mais nous avons aussi fait beaucoup de citytrips à trois, en voiture dans les pays voisins, Pays-Bas, Allemagne, France. J’avais un an et demi lors de mon premier voyage en avion – nous avons été aux Canaries. Je le reprendrai la fois suivante à l’âge de 11 ans, pour aller en URSS. Et puis en Hongrie, en Tchécoslovaquie, en Ouzbékistan, à New York et j’en passe.

Une fois adulte, j’ai continué à voyager mais j’étais un peu frustrée: je cherchais des compagnons de voyage que je ne trouvais jamais et je me suis rabattue sur les voyages en groupe: le Guatemala, la Chine, l’Indonésie… J’ai découvert l’Asie avec le second de ces périples – je n’avais pas choisi le pays le plus évident, le Laos, qui sortait à peine d’une longue période troublée et qui s’ouvrait tout doucement au tourisme. Et je suis tombée amoureuse de la région où j’ai continué à aller depuis.

J’ai aimé mes périples en couple (parfois au sein d’un groupe) mais je suis retournée au voyage en groupe une fois à nouveau célibataire, avec l’exception d’un voyage au Cambodge avec une amie – voyage qui était un heureux concours de circonstances. J’ai tout doucement gagné en confiance, notamment grâce à une conversation avec une amie habitant en Thaïlande. Et je me suis lancée: après le circuit en Birmanie, j’ai passé dix jours en Thaïlande, dont six toute seule – j’ai rejoint l’amie en question les quatre autres jours. Et j’ai adoré. Mon plus grand défi à ce jour était de passer trois semaines seule au Japon. Et j’ai adoré. Depuis, j’alterne les types de voyages, gardant les circuits organisés pour des pays plus « difficiles » comme l’Inde et des voyages en solo pour des citytrips ou des destinations plus « faciles » – ou disons, plus organisées.

— ce texte est né quand j’ai souhaité améliorer mon texte de présentation sur mon blog de voyage, et il est devenu bien plus long que prévu. Je me suis donc dit qu’il avait toute sa place ici —

J’ai d’ailleurs un grand projet: j’aimerais raconter les voyages de mon papa même si c’est une entreprise assez titanesque au vu du nombre de diapositives qu’il me faudra trier. Je pense aussi que c’est une manière de parler différemment avec mon papa et peut-être de renouer d’autres liens avec lui, mais j’ai bien peur que sa mémoire soit très fragmentée. J’hésite entre créer un nouveau blog (encore !) ou les publier sur mon blog de voyage où ils ont quelque part leur place, surtout dès que je commence à accompagner. Est-ce que cela vous intéresse ?

Parmi mes grands voyages du passé, il y en a quatre que je n’ai pas encore relatés, parce que je n’ai pas pris de notes mais je pourrais au moins scanner les photos et les publier, avec un texte minimum. Un des quatre, celui en Thaïlande, sera compliqué à raconter vu que j’étais en couple à ce moment là. Avez-vous donc une préférence entre le Guatemala, l’Inde du Sud ou le Vietnam ?

5 réponses sur « The travel virus »

  1. Tu as de la chance d’avoir eu des parents voyageurs. Et en plus, tu es allée en URSS ! Ma sœur et moi étions passionnées par le bloc de l’Est depuis l’enfance, mais ma mère avait peur qu’ils ferment les frontières. Et une de ses collègues d’origine polonaise lui avait aussi monté la tête. Nous avions prévu de retrouver nos correspondantes d’Allemagne de l’Est à Budapest chez la correspondante hongroise de ma sœur. Inutile de te dire que nous avions dû attendre la chute du mur de Berlin et qu’elles viennent à Paris pour les rencontrer. 😉

    1. Je ne sais pas si l’idée a jamais traversé l’esprit de mon père. Cela n’a pas l’air vu qu’il a été une dizaine de fois en URSS ! Il racontait même avec fierté ses achats de roubles au marché noir 😉
      Après la chute du mur de Berlin, il n’y est retourné qu’une ou deux fois.

      Qu’est-ce qui a provoqué cet intérêt pour le bloc de l’est chez toi ? Ce n’est pas courant !

      1. Je pense que c’était à cause de lectures, et de feuilletons/films pour enfants qui nous semblaient très kitsch et qui présentaient une vie différente de la nôtre. Nous aimions voir comment vivaient les enfants dans d’autres pays.

  2. mon père a bcp voyagé en étant jeune : Grèce mais URSS, Iran, Liban, avant que tout cela ne parte en cacahuète… il a gardé toutes ses photos, toutes ses diapo, tous ces carnets de voyage rédigés, et j’avais adoré tout lire et découvrir.
    je trouve que c’est une très belle façon de faire plus connaissance avec lui, même si sa mémoire n’est plus aussi vive qu’avant. et puis, ça lui fera peut être du bien à lui aussi de partager ces moments avec toi.
    je trouve que de les publier sur ton blog de voyage est une bonne idée.

    1. Oh, tu as encore plus de chance que moi: il a rédigé des carnets de voyage ! Moi je n’ai que les dias et les parcours écrits à l’avance par l’agence.

      Merci pour ton soutien !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.