Mistress of nothing

9c5e529eaf53bd951a415f73656628bbKate Pullinger, Mistress of nothing: c’est sur un conseil de Gasparde que j’ai commencé ce livre, et elle avait bien raison de m’en parler (elle connaît bien mes goûts aussi) ! Dans l’Angleterre victorienne, Lady Duff Gordon mène la belle vie dans la haute société mais elle est atteinte de tuberculose et seul un air plus chaud et plus sec peut la soigner. Elle part pour l’Egypte avec Sally, sa servante dédiée qui donne voix au roman. Celle-ci décrit le voyage, l’arrivée à Alexandrie puis au Caire où les deux femmes se sentent fort perdues avant que ne soit engagé Omar, un local, qui se met au service de Lady Duff Gordon. Elles s’adaptent aux us et coutumes, apprennent l’arabe, abandonnent leurs corsets et vêtements occidentaux. La première partie du roman est une longue description de leur voyage, la descente du Nil, l’installation dans une maison à Louxor… Il ne se passe pas grand chose mais les paysages, les coutumes, les sentiments sont détaillés avec précision et finesse. Le lecteur est emmené dans l’Egypte du 19e siècle. L’histoire s’accélère avec la seconde partie, les relations entres les différents protagonistes ayant changé et malheureusement Sally se rend compte qu’elle est devenue “maîtresse de rien”. Même si la première partie m’a semblé un peu longue, j’ai été happée par ce roman qui oscille entre romance et histoire et qui décrit un monde révolu. Depuis la fin de ma lecture, mes pensées retournent souvent à Sally et à l’Egypte…

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.