“Parlons d’autre chose”

Un extrait de conversation avec mon papa samedi dernier:

Moi: “Comment va ta compagne ?” (elle est en dépression depuis plusieurs mois)

Lui: “Pas bien. Je n’ai vraiment pas de chance avec les femmes. Mais n’en parlons plus.”

Moi: “Moi non plus je n’ai pas de chance avec les hommes.”

A ce moment, j’avais envie d’embrayer sur la difficulté de trouver un amoureux mais il me coupe la parole: “Parlons d’autre chose.”

Ou la difficulté de parler de sujets intimes avec mon père. Depuis toujours. Je n’arrive que très peu à parler de sujets qui me tiennent à cœur parce qu’il n’a pas envie d’écouter, que ce soit heureux ou triste. Et lui n’arrive pas à s’exprimer alors que je me dis que ça lui ferait probablement du bien. Il a sans doute construit cette carapace pour se protéger, mais il fait partie d’une génération où on ne parlait pas de problèmes personnels.

Je pense que je dois me résoudre à ces silences après toutes ces années mais cela m’attriste, pour lui et pour moi.

Advertisements

4 thoughts on ““Parlons d’autre chose”

  1. Ne connaissant pas ton papa, je vais m’exprimer de manière générale, sans savoir si ce dont je parle peut s’appliquer à lui ou pas.
    Je sais que ça peut paraître difficile à croire pour les gens dont ça n’est pas le cas (= toi, par exemple), mais parler de ses problèmes personnels ne fait pas de bien à tout le monde. Certaines personnes (= moi, par exemple) détestent ça, parce qu’elles n’aiment pas se mettre à nu dans une conversation et/ou parce qu’elles savent qu’en parler ne résoudra pas le problème, donc, à quoi bon? Mieux vaut discuter d’autre chose et tenter plutôt de se changer les idées.
    Je dois pouvoir compter sur les doigts d’une main le nombre de choses personnelles qu’on s’est dites un jour, mon père et moi. Et ça nous allait très bien comme ça, et ça ne nous empêchait pas de nous aimer et d’assez bien nous connaître respectivement, je crois.
    Le problème, je crois, c’est plutôt quand deux personnes ont des styles de communication différents, comme dans votre cas à ton papa et à toi – que l’une n’a pas envie qu’on la pousse à aborder des sujets dont elle ne veut pas parler, parce que ça ne lui ferait pas de bien, tandis que l’autre est malheureuse de ne pas pouvoir discuter de choses qui lui tiennent à coeur parce que ça lui ferait du bien à elle.

    1. En même temps, physiquement, je vois mon père se contracter de partout quand il dit ça et je me dis que ce n’est pas bon pour lui.
      Plus généralement, je ne suis pas convaincue que ne pas évacuer (peu importe la manière) soit une bonne idée, cela mène souvent vers des explosions ou des maladies, ou encore des addictions…
      Pour revenir à mon père, du coup, ça limite encore plus nos sujets de conversation.

  2. Est-ce que c’est juste ce sujet en particulier ou tous les sujets un peu intimes ? Peut-être que vous pouvez communiquer autrement : par des attentions, de petits mots, des livres s’il lit… Ça me semble difficile de revenir sur un mode de communication que vous avez depuis des années, mais opérer de petits changements est peut-être possible.

    1. C’est plus l’intimité en général, mais tout particulièrement les questions amoureuses.
      Tes propositions sont intéressantes mais je sens que c’est moi qui vais bloquer 😉 je me sens incapable d’écrire des petits mots.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s