Chronique japonaise

Nicolas Bouvier, Chronique japonaise: sans les activités organisées par Lire le monde, je n’aurais sans doute pas continué ma lecture des Œuvres de Nicolas Bouvier. J’avais acheté ce gros volume il y a une dizaine d’années suite à la sortie du disque Poussières et musiques du monde qui reprenait ses enregistrements de terrain. A vrai dire, à l’époque, seul L’usage du monde m’avait intéressée (et passionnée) et je n’avais pas envisagé de lire les autres récits rassemblés dans ce lourd pavé peu pratique à emporter. Entre temps, j’ai voyagé au Japon et au Sri Lanka; j’ai donc choisi de lire Chronique japonaise (j’aurais aussi pu lire Le Poisson Scorpion).

Dans ce récit, Nicolas Bouvier parle de deux voyages au Japon, un premier en 1955-56, juste après son séjour désastreux à Ceylan et un second en 1964-65, avec son épouse Eliane et son fils. Il retrace d’abord l’histoire du pays puis raconte quelques épisodes de son voyage, des épisodes très épars, aux ambiances très différentes. D’abord son séjour à Araki-Cho, un quartier de Tokyo, et son immersion dans la vie du quartier, puis un périple dans le nord, sur l’île d’Hokkaido, à la rencontre des Aïnous. L’ensemble est fort décousu, mais peu importe, c’est l’écriture qui compte, une écriture poétique qui emporte le lecteur à la découverte intime d’un peuple. Une écriture qui m’a convaincue que je ne dois plus abandonner ce gros pavé aussi longtemps et que je dois continuer mes lectures de Nicolas Bouvier. Une écriture qui m’a également donné envie de relire L’usage du monde qui parle de ces périples sur la route de l’Asie que les anglophones ont surnommé « Hippie trail » – un sujet qui me passionne.

J’en ai profité pour regarder deux documentaires (l’avantage de travailler dans une médiathèque). 22 Hospital Street se base essentiellement sur le séjour de Nicolas Bouvier à Ceylan (après sa traversée du Moyen-Orient et de l’Inde) et sur ses neufs mois de réclusion à Galle, luttant contre diverses maladies. Il a relaté ce séjour dans Le poisson-scorpion, un récit qu’il n’a pas eu la force d’écrire de suite mais qui a attendu les années 1970. Un documentaire passionnant (si on oublie les images d’horribles bestioles en gros plan), avec des témoignages de personnes qui l’ont connu. Le hibou et la baleine m’a moins intéressée mais il donne l’occasion d’entendre parler l’auteur et montre des documents d’archive.

Lu dans le cadre de l’activité Lire le monde organisée par le blog Tête de Lecture – pour la Suisse.