Autopsie d’une déprime passagère mais récurrente

En général, ça commence avec la découverte d’un site de voyage aux photos époustouflantes, souvent un blog, de la traversée du continent américain à des road trips divers. Je les lis, je passe de page en page, mes envies de voyage grandissent et puis arrive la constatation que seule, ça va être compliqué. J’ai déjà voyagé seule, avec plaisir même, mais cela a ses limites. Un road trip en solo me semble tellement peu écologique et je n’aime pas assez conduire une voiture alors que cette manière de voyager offre tant de possibilités et de liberté. J’aime manger mais je me rends compte que je n’ai plus toujours le courage après une journée chargée de chercher un restaurant. Si j’en trouve un, il est de préférence très proche de mon lieu d’hébergement et parfois, l’expérience est un peu bizarre. Comme à Kyoto, où je me suis retrouvée dans genre de box et où la serveuse a fermé le store (c’était malgré tout délicieux, ce barbecue coréen).

Je me dis alors: trouvons un compagnon de voyage. Il doit bien y avoir des sites pour ça ? Il y en a mais rien de transcendant. Encore moins où on peut choisir en fonction de l’âge, et clairement, ce sont les 18-25 qui recherchent de la compagnie pour faire un tour du monde sans argent (j’ai croisé plus d’une annonce) ou des pensionnés en moindre mesure. Je suis bien tombée sur un site plus intéressant mais les quelques personnes qui avaient un vague potentiel ne s’étaient plus connectées depuis six mois.

Les voyages en groupe restent bien sûr une option mais j’ai tellement envie de voyager autrement par moments, de prendre la voiture ou en louer une, de traverser un continent, de faire un tiki road trip, de découvrir des lieux peu connus, de ne pas être entourée de 15 personnes que je ne connais que très peu mais aussi de pouvoir partager mes impressions et sentiments du moment.

J’ai quelques idées pour cette année mais j’attends une réponse de mon boulot: Katowice en octobre ou pas ? Or mon mail d’hier n’a pas eu réponse et la personne en question était malade aujourd’hui. J’avais fait une enquête sur FB pour trouver des idées de citytrip mais je n’arrive pas à me décider pour une ville, ni d’ailleurs à prendre une décision tout court et de commencer l’organisation. Et les jours filent et bientôt ce sera l’été alors que j’aurais souhaité partir au printemps. Je suppose que je cumulerai à nouveau mes voyages à l’automne quand la nécessité de prendre mes jours de congé sera à nouveau plus forte.

La nostalgie du voyage qui m’avait mené vers ces superbes blogs se transforme progressivement en une déprime et en un sentiment toujours plus fort de solitude. Et dans cette impression qu’elle est récurrente et qu’elle s’immisce de plus en plus souvent dans ma vie quotidienne. Et dans l’intime conviction qu’il n’y a que moi-même qui peut trouver une solution alors que j’ai trop tendance à compter sur les hasards de la vie et les apports extérieurs.

Est-ce que je dois vraiment m’inscrire à nouveau sur un site de rencontres ?

Advertisements

7 thoughts on “Autopsie d’une déprime passagère mais récurrente

  1. Ces derniers temps, j’ai quelques fois logé dans des auberges de jeunesse (lorsque j’avais des courses de natation loin d’Auckland et que je restait le weekend sur place), et j’ai été étonnée de la moyenne d’âge qui etait bien plus haute que ce que j’imaginais (mais j’avais sélectionné les auberges pour leur calme, ceci explique sans doute cela). Et beaucoup de personnes semblaient voyager seules, ou avec des personnes rencontrées “sur le tas”. Certaines aussi logeaient visiblement pour plusieurs semaines sur place.

    Je ne sais pas si c’est réaliste/réalisable, mais tu peux sans doute prendre contact avec les auberges de jeunesse une fois que tu as décidé de la location à l’approche de ton voyage, pour demander qu’ils mettent sur le panneau d’information une petite annonce où tu expliqure chercher un-e compagn-e/on de voyage?

    Je trouve ça fou qu’il n’y ai pas plus de site de voyage qui mettent en contacte des personnes comme toi, tu ne dois pourtant pas être la seule!

    1. Je me sens mal à l’aise avec le concept d’auberge de jeunesse où le but est de rencontrer des gens. C’est clairement lié à mon caractère très introverti et méfiant. J’ai beaucoup de mal à parler de tout et de n’importe quoi avec des gens que je ne connais pas, et donc je m’imagine encore moins faire des activités avec eux. Bref, ma solitude est très clairement créée par moi-même.
      Et puis, je gagne convenablement ma vie, ce qui permet de me payer des endroits un peu plus luxueux/confortables.
      Je pense que nous sommes vraiment fort différentes 😉

  2. Navrée que tu sois bridée par ta solitude (tout à fait compréhensible). Et je pense que, oui, indépendamment des voyages, tu as l’air d’être mieux en couple que célibataire. Pour ce qui est des sites de rencontre, je ne connais pas bien mais il me semble que ton expérience n’avait pas été très fructueuse ?
    Quant aux « vacances de l’amour », j’en ai vu mais version croisière, ça avait l’air terriblement kitsch. En plus, si jamais tu tombes sur la mauvaise pioche, dur dur de la fuir ! En tout cas, courage et bonnes réflexions.

    1. Mon expérience de site de rencontre avait été infructueuse pour deux raisons principales: je n’étais absolument pas prête à ce moment-là et j’ai chois un site gratuit pas super intéressant. Si je me lance cette fois-ci, j’investirai dans un site plus sérieux.
      Mon souci est de toutes façons que je ne voudrais pas partir avec un inconnu, j’aimerais connaître la personne un minimum avant de partir ! Quand j’ai été au Cambodge, je ne connaissais pas encore très bien la fille qui m’accompagnait mais j’avais un bon feeling de départ. Résultat: nous sommes devenues de très bonnes amies.

      1. J’allais te parler des sites payants, qui ne seraient pas forcément plus efficaces. Mais j’imagine que ça permet déjà de faire un premier tri des plans couette.
        Quant au voyage, ça pourrait venir, mais pas dès la première rencontre, c’est sûr.
        Bonne continuation en tout cas 🙂

  3. Ton billet me touche parce que lorsque je me suis retrouvée seule il y a peu, je me suis demandée comment j’allais voyager maintenant. J’ai la chance d’avoir des enfants qui sont grands mais veulent encore voyager avec moi mais je me pose la question pour les années à venir. Moi qui aime randonner par exemple, j’ai regardé comment randonner en groupe mais je ne suis pas sûre que ce soit pour moi.

    1. Merci de ton commentaire !
      Voyager en groupe n’est pas désagréable, surtout quand tout est organisé, et cela restera toujours une option pour moi.
      J’imagine en effet qu’une randonnée en solo peut être angoissante mais tout dépend de la randonnée. Au Japon, j’ai beaucoup marché, parfois seule sur des chemins peu fréquentés et je ne me suis jamais sentie en danger. Bon c’est le Japon aussi et la civilisation n’était jamais très loin.
      Mais par ailleurs, je me rends compte que j’aimerais marcher plus en Belgique mais je ne le fais jamais…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s