Short diary of the week (186)

Lundi: mettre une nouvelle robe très printanière (et constater qu’il y a un souci d’ajustage au niveau des seins – oh well…), ressortir un parfum plus printanier, sentir des maux des tête qui apparaissent, Black Sails, Call the Midwife – fin de la saison 6 et triste que ce soit fini

Mardi: calculer combien de temps il me faudra pour terminer ce livre et pouvoir commencer un nouveau – ça devient une habitude (et ce n’est pas que je ne l’aime pas – au contraire), constater que le premier jet de mon texte écrit hier n’est pas si mal et en éprouver une certaine fierté, reprendre un certain rythme – le travail sur la Grèce m’a vraiment aidé, Broadchurch, Longmire

Mercredi: tenter de repérer ce que lisent mes voisins dans le métro, oh cet homme lit Dans la forêt de Jean Hegland qui est sur ma PAL, une journée de formation à propos des pages facebook, des discussions communication, rentrer à mon aise, me faire débloquer de partout chez Coyote, je n’avais même pas senti les blocages dans mes doigts, quelques fous rires parce que je suis une patiente différente paraît-il, un épisode de Twin Peaks pour rester dans une ambiance un peu rêveuse, terminer mon roman

Jeudi: deux chats qui s’observent, je peux à nouveau tourner la tête à droite sans avoir mal !, ce livre est juste ce qu’il me fallait pour ce projet dont le futur est de plus en plus lointain, une grande fatigue malgré tout, tenter de trier les disques d’Oum Kalsoum et trouver une liste de ses chansons avec les dates, ce soleil…, un cocktail complètement raté au goût trop bizarre, The Americans, Longmire – fin de la saison 2

Vendredi: écrire mon budget pour l’exercice suivant mais manquer d’éléments, du travail répétitif, Chaussée d’Amour, Gardener’s World, terminer mon roman

Samedi: lancer une lessive, réfléchir à une future robe, aller acheter sous la pluie des fournitures de couture, hésiter devant les fleurs au marché mais ne rien acheter, aller voir mon père qui est complètement déprimé à cause d’une future opération et ne pas savoir comment réagir, tenter de ne pas me laisser entraîner par son humeur, transformer ce patron de 1954 à mes mesures, lire dans le canapé, me souvenir de cette lessive qui aura eu le temps de bien chiffonner, Devil’s doorway (Anthony Mann – 1950) – un western pro-indien même si le personnage principal Indien est joué par un Blanc – avec en prime une femme forte et intelligente – enfin pour l’époque, Longmire – début de la saison 3

Dimanche: réveillée tôt, de la zumba, de la couture – une première toile qui demande un certain nombre d’adaptations, de la lecture, du shrub au concombre, Rio Grande (John Ford – 1950)

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s